Sylvain Maillard : « On a été élu pour faire baisser le chômage »

Sylvain Maillard : « On a été élu pour faire baisser le chômage »

Le député LREM de la 1ère circonscription de Paris, Sylvain Maillard, qui fait son entrée pour la première fois à l’Assemblée, était ce matin l’invité de Territoires d’Infos, sur Public Sénat et Sud Radio. Il assure qu’il se limitera à un seul mandat et s’appliquera à suivre scrupuleusement le cap défini par le Président.
Public Sénat

Par Alice Bardo

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Les députés LREM élisent aujourd’hui le président de l’Assemblée nationale. Quatre candidats sont pour l’instant en lice : un visage connu, François de Rugy, et deux quasi inconnus, Brigitte Bourguignon, Philippe Folliot et Sophie Errante. « Pour le symbole », Sylvain Maillard « comme d’autres » auraient préféré que ce soit une femme, « mais évidemment on va choisir le candidat ou la candidate qui a les capacités pour tenir le rôle ».

« Pour le symbole », Sylvain Maillard préfère une femme au perchoir
00:39

Outre la parité, l’exigence de renouvellement était l’une des promesses d’Emmanuel Macron. Et Sylvain Maillard compte bien se plier à cette exigence : « Mon engagement est pour 5 ans. J’ai eu une vie d’entrepreneur avant, j’espère que j’aurais une vie d’entrepreneur après. » Quant à l’annonce de Jean-Pierre Raffarin de quitter la vie politique, il répète à l’envi la nécessité de mettre fin à ces « mandats éternels ». « Le mouvement collectif s’inscrit dans le long terme, mais nos carrières à nous s’inscrivent au maximum dans le moyen terme », estime le député novice. Et d’ajouter : « La vie politique est épuisante. On passe énormément de temps à vouloir durer et pas à faire. »

Sylvain Maillard : « J’ai eu une vie d’entrepreneur avant, j’espère que j’aurais une vie d’entrepreneur après. »
00:48

« Me faire engueuler, ça remet les idées au clair »

Sylvain Maillard fait partie de ces députés « issus de la société civile ». Chef d’entreprise, il espère d’ailleurs pouvoir retourner un jour par semaine « maximum » auprès de ses salariés : « Me faire engueuler, revenir dans des réalités, refaire mes fiches de paie, ça remet les idées au clair. »

Son expérience, il veut la mettre au profit de son mandat. Il compte tout particulièrement se consacrer à la réforme de la formation professionnelle. « C’est l’un des piliers de notre projet et l’un des grands chantiers de réforme du quinquennat », explique-t-il. Un discours qui fait écho à celui d’Emmanuel Macron, et ce à plusieurs reprises : « On a été élu en priorité pour faire baisser le chômage et c’est là-dessus qu’on sera jugé au bout de 5 ans » ; « Nous sommes là pour réformer profondément le monde du travail » ; « Il faut un climat qui permette aux chefs d’entreprise d’avoir l’envie d’embaucher ».

Concernant l’ « hyper présidentialisation » du régime qui inquiète certains, il rappelle que ce sont « les Français qui l’ont élu ». Et il ne voit d’ailleurs aucun problème à ce que le Président prévoit de convoquer le Parlement en Congrès à Versailles la veille de la déclaration de politique générale du Premier ministre : « C’est lui le maître des horloges. »

Maillard au sujet de Macron : « C’est lui le maître des horloges. »
00:36

Dans la même thématique

Paris: Rassemblement national deputes legislatives Assemblee nationale
5min

Politique

Rentrée des députés RN à l’Assemblée : « Ils veulent montrer que le chaos et la pagaille, ce n’est pas eux »

Les troupes de Marine Le Pen ont fait leur entrée mercredi à l'Assemblée nationale, et ont promis d'être « irréprochables »afin d'arriver « demain » aux responsabilités. Dans l’hémicycle, le parti à la flamme et ses alliés devraient compter 143 députés, contre 88 en 2022. Il n’a jamais compté autant d’élus au Palais Bourbon.

Le