Syndicats Outre-mer: Mélenchon président procèdera à “une amnistie”

Syndicats Outre-mer: Mélenchon président procèdera à “une amnistie”

Le candidat de la France insoumise à la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon, qui se rend du 16 au 20 en Martinique et en...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Le candidat de la France insoumise à la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon, qui se rend du 16 au 20 en Martinique et en Guadeloupe pour présenter son programme, promet, s'il est élu président, " une amnistie sociale aussi étendue que possible pour tous les syndicalistes", dans un entretien à LaPremière.fr.

Interrogé sur le fait que de nombreux syndicalistes antillais ont été condamnés, en proportion beaucoup plus que dans l'hexagone, dans le cadre de conflits sociaux souvent vifs, le candidat à la présidentielle annonce qu'il procèdera "à une amnistie sociale", s'il est élu.

"Il y a en Martinique et en Guadeloupe une atmosphère extrêmement tendue et de façon extrêmement provocante. On criminalise l’action syndicale. Il faut un retour à une relation normale et d’autant plus que je ne crois pas qu’il y ait une rigueur comparable en ce qui concerne le patronat", affirme-t-il.

"Je prononcerai une amnistie sociale aussi étendue que possible, aux Antilles et dans toute la France", ajoute-t-il.

En matière économique, M. Mélenchon souligne que les ultramarins "ont essayé un modèle qui a totalement échoué, le régime des défiscalisations et des aides aux entreprises. Au bout du compte, les gens se rendent bien compte que ça ne change rien à leur vie et à leurs difficultés", explique-t-il.

"Je veux changer le modèle, je veux des ingénieurs et des techniciens antillais qui soient à la pointe de l’économie de la mer. Je propose une autre logique, je propose de produire aux Antilles avec les compétences locales et d’exporter du savoir vers les autres", précise le candidat.

Dans la même thématique

France Macron
10min

Politique

Européennes : comment l’accord entre l’UDI et Renaissance se « deale » au plus haut niveau

Ce sera officiel lors d’un conseil national de l’UDI, le 23 mars, mais le principe a été acté au plus au niveau. Le parti centriste va faire liste commune avec Renaissance pour les élections européennes. Emmanuel Macron a reçu en début d’année le sénateur Hervé Marseille, patron de l’UDI, pour conclure l’accord. Reste à définir les places sur la liste. Pour l’UDI, le nom de l’ex-sénatrice Valérie Létard est cité…

Le