Syrie: Larcher pour le dialogue avec Moscou, Mariton demande à Fillon de s’exprimer

Syrie: Larcher pour le dialogue avec Moscou, Mariton demande à Fillon de s’exprimer

Le président du Sénat Gérard Larcher a défendu jeudi le dialogue avec la Russie, prôné par François Fillon, à qui Hervé Mariton ...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Le président du Sénat Gérard Larcher a défendu jeudi le dialogue avec la Russie, prôné par François Fillon, à qui Hervé Mariton (LR) a demandé de s'exprimer au "plus vite" sur Alep.

"Est-ce que vous pensez qu'il est envisageable de ne pas avoir de dialogue avec la Russie? Or le président de la Russie, il s'appelle Poutine, qu'on l'aime ou qu'on ne l'aime pas", a lancé M. Larcher sur RTL, interpellé sur la situation en Syrie et la position de François Fillon.

"Est-ce qu'on peut se passer d'un dialogue avec le plus grand pays du monde? Que le président soit M. Poutine ou ne le soit pas", a-t-il insisté. "C'est ça la réalité. Quelle présomption a la France dont on n'entend plus la voix?"

"Je n'ai aucune sympathie pour Bachar al-Assad qui a une responsabilité majeure, mais on attend des politiques qu'ils construisent la solution de l'apaisement et pas simplement qu'ils versent des larmes, même si les larmes sont une réalité qu'il faut partager", a ajouté le président du Comité politique du parti Les Républicains.

Le député LR Hervé Mariton, qui avait tenté de se rendre à Alep en début de semaine, a lui estimé jeudi sur France Info que "le plus vite François Fillon s'exprimera sur ce sujet dans le contexte d'urgence que nous connaissons aujourd'hui, le mieux ce sera".

Le secrétaire général du parti LR, Bernard Accoyer, invité d'iTELE, a pour sa part jugé les propos de M. Valls sur le "tropisme prorusse" de M. Fillon "vraiment indignes" et "indécents".

La veille, l'ancien Premier ministre et candidat à la primaire organisée par le PS, Manuel Valls, avait critiqué le "tropisme prorusse chez François Fillon" qui ne permettrait pas de préserver "assez l'indépendance de la France".

Pour M. Accoyer, la situation en Syrie est "avant tout un échec, un échec de la diplomatie internationale". "Mais reconnaissons qu'il est toujours très difficile de mettre un terme aux agissements d'un tyran", a-t-il aussi affirmé, faisant part de sa "compassion à l'égard de ce drame absolument horrible qui se joue en ce moment à Alep".

M. Larcher a par ailleurs réagi à l'intention prêtée au député LR Thierry Mariani d'aller passer Noël en Syrie et d'y rencontrer le président al-Assad, en déclarant que lui-même n'irait pas passer "un quelconque Noël avec Bachar al-Assad". "Il n'empêche que pendant des années on a fait croire que Bachar al-Assad allait tomber. On a laissé faire les Russes, on a laissé faire les Iraniens. Voilà le résultat aujourd'hui".

Toujours à propos de M. Mariani, M. Larcher a déclaré n'avoir "jamais partagé cette russophilie-là".

Dans la même thématique

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le

Operation Wuambushu a Mayotte : Demolition en cours d’un vaste bidonville – Operation Wuambushu in Mayotte: Ongoing demolition of a vast slum
8min

Politique

« Mayotte place nette » : « La première opération était de la communication et la deuxième sera de la communication », dénonce le sénateur Saïd Omar Oili

Le gouvernement a annoncé ce mardi 16 avril le lancement du dispositif « Mayotte place nette », un an après le maigre bilan de l’opération baptisée « Wuambushu ». Saïd Omar Oili, sénateur de Mayotte, regrette le manque de communication du gouvernement avec les élus du département et met en doute l’efficacité de ce « Wuambushu 2 ».

Le

Paris : Question time to the Prime Minister Gabriel Attal
6min

Politique

100 jours à Matignon : « La stratégie Attal n’a pas tenu toutes ses promesses », analyse Benjamin Morel

Le Premier ministre marquera jeudi le passage de ces cent premiers jours au poste de chef du gouvernement. Si Gabriel Attal devait donner un nouveau souffle au deuxième quinquennat d’Emmanuel Macron, sa stratégie n’est néanmoins pas payante car il « veut en faire trop sans s’investir fortement sur un sujet », selon Benjamin Morel, maître de conférences en droit public.

Le