Taubira: il faut aussi parler de “moralisation de la vie économique”

Taubira: il faut aussi parler de “moralisation de la vie économique”

L'ex-garde des Sceaux Christiane Taubira a estimé mercredi à Villeurbanne, près de Lyon, qu'il conviendrait aussi de moraliser la...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

L'ex-garde des Sceaux Christiane Taubira a estimé mercredi à Villeurbanne, près de Lyon, qu'il conviendrait aussi de moraliser la vie économique, au moment où François Bayrou présentait en Conseil des ministres sa loi de moralisation de la vie publique.

"Je n'entends pas parler de moralisation de la vie économique", a déploré Mme Taubira, venue soutenir la candidate socialiste aux législatives Najat Vallaud-Belkacem, en compagnie de la maire de Paris Anne Hidalgo.

"C'est certain, nous serons confrontés à des conflits d'intérêt car il existe des réseaux d'influence très proches du pouvoir", a-t-elle dénoncé.

Pourtant, selon elle, il n'y a "pas un mot qui traite des conflits et réseaux d'influence" dans le projet de loi présenté par François Bayrou.

Interrogée sur "la légitimité" du ministre de la Justice à porter ce texte de loi, Christiane Taubira a refusé de se prononcer.

Elle a en revanche insisté sur les avancées concernant la transparence de la vie publique déjà réalisées au cours du précédent quinquennat, comme la création du parquet national financier.

"J'ai fait inscrire dans la loi, la loi du 25 juillet 2013, l'interdiction de donner des instructions et d'intervenir dans les procédures pénales", a-t-elle rappelé.

"Je disais alors: +je l'inscris quand même dans le code de procédure pénale au cas, fort improbable, où un autre garde des Sceaux après moi se fut montré moins vertueux+", a-t-elle plaisanté.

"Et je suis contente de l'avoir inscrit dans la loi !", a lancé l'ancienne ministre, le sourire aux lèvres, en une allusion à l'appel de M. Bayrou à un responsable de Radio France pour se plaindre "de l'enquête sur les emplois fictifs du MoDem au parlement européen".

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le