Taxe d’habitation: des sénateurs LR saisiront le Conseil constitutionnel

Taxe d’habitation: des sénateurs LR saisiront le Conseil constitutionnel

Des sénateurs LR saisiront le Conseil constitutionnel au sujet de la suppression partielle de la taxe d'habitation, mesure phare du premier budget d'Emmanuel Macron.
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Des sénateurs LR saisiront le Conseil constitutionnel au sujet de la suppression partielle de la taxe d'habitation, mesure phare du premier budget d'Emmanuel Macron, qui "instaure une discrimination fiscale", selon le sénateur LR de Seine-Saint-Denis, Philippe Dallier.

"Cette mesure bafoue le principe d'égalité devant l'impôt et instaure une discrimination fiscale. Au nom de quel droit 80% des foyers fiscaux ne paieraient plus la taxe d'habitation alors que 20% continueraient à le faire?", a déclaré M. Dallier dans un entretien au Parisien.

"L'impôt concerne tout le monde. La fameuse taxe sur les dividendes a été invalidée par le Conseil constitutionnel car elle méconnaissait les principes d'égalité devant la loi et devant les charges publiques", a relevé le vice-président du Sénat.

Pour M. Dallier, "le gouvernement sait que sa loi est contraire à la Constitution. Alors il essaie d'expliquer que c'est une mesure transitoire et que, d'ici trois ans, la taxe d'habitation aura définitivement disparu. Je doute que le Conseil constitutionnel accepte l'argument. S'il décide de censurer la loi, cela risque d'écorner durablement l'image du gouvernement puisqu'il s'agit d'une des promesses de campagne les plus fortes de Macron".

Le projet de loi de finances sera examiné en séance au Sénat du 23 novembre au 12 décembre.

Dans la même thématique

Taxe d’habitation: des sénateurs LR saisiront le Conseil constitutionnel
3min

Politique

Attaque informatique en Nouvelle-Calédonie : « Il est temps de se protéger » des influences étrangères, appelle Claude Malhuret

Quelques heures après une cyberattaque de grande ampleur avant l’atterrissage de l’avion présidentiel à Nouméa, le président du groupe Les Indépendants au Sénat considère que le phénomène des influences étrangères sur le territoire français devient « massif ». « Il est temps d’arrêter notre déni », avertit-il.

Le