Taxe poids lourds : « Il n’est pas question de revenir à l’écotaxe » déclare Élisabeth Borne

Taxe poids lourds : « Il n’est pas question de revenir à l’écotaxe » déclare Élisabeth Borne

En remplacement de l’écotaxe, le gouvernement pourrait mettre en place une vignette poids lourds pour contribuer à l’investissement des infrastructures. La ministre des Transports, Élisabeth Borne, précise néanmoins qu’ « aucune décision n’est prise ».
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Élisabeth Borne, ministre des Transports, avait évoqué la piste d’un dispositif de vignettes pour que les transporteurs routiers contribuent au financement des infrastructures. « C’est aussi un chantier important sur lequel je travaille. On a beaucoup de promesses non financées. Moi quand je suis arrivée à mon poste, il y a un an maintenant, j’étais confrontée à 10 milliards de promesses non financées sur le quinquennat » informe-t-elle. « Face à cette situation, qui décrédibilise la parole publique, on a choisi de changer de méthode. Il y a un Conseil d’orientation des infrastructures qui a été mis en place,  pour réfléchir à une programmation des infrastructures ».

Les poids lourds pourraient être mis à contribution : « Il y a des propositions pour avoir une programmation qui donne à chacun de la visibilité, et pour rechercher des ressources. Dans ces ressources, l’idée c’est de faire participer davantage les poids lourds, notamment les poids lourds en transit, au financement de nos infrastructures ».

Élisabeth Borne rappelle que « ces propositions sont sur la table », mais qu’« aucune décision n’est prise ».

« Je l’ai dit très clairement, il n’est pas question de revenir à l’écotaxe, et de toute façon, tout se fera en concertation avec les professionnels concernés » tranche-t-elle.

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Taxe poids lourds : « Il n’est pas question de revenir à l’écotaxe » déclare Élisabeth Borne
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le