Terrorisme au Sahel : « L’opération Barkhane est de plus en plus hors-sol » estime Antoine Glaser

Terrorisme au Sahel : « L’opération Barkhane est de plus en plus hors-sol » estime Antoine Glaser

Invité de l’émission « On va plus loin », Antoine Glaser, journaliste spécialiste de l'Afrique décrypte la situation au Sahel alors que le terrorisme ne cesse de gagner du terrain.      
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

La libération la semaine dernière, des deux otages français dans le nord du Burkina Fasso, a mis en lumière l’étendue de la menace terroriste dans la zone sahélienne.

« Il y a des zones qui sont totalement abandonnées » explique le journaliste spécialiste de l'Afrique Antoine Glaser, sur le plateau d’« On va plus loin ». « Cela veut dire que les États n’exercent pas leur souveraineté. »

Et il ajoute : « Quand on parle de lutte antiterroriste, on pense toujours à des djihadistes (…) Mais il ne faut pas croire que ce sont simplement des chefs de guerre qui attaquent Barkhane [L’opération Barkhane est une opération militaire dirigée par l’armée française - NDLR] ou les populations. Ce sont des prédicateurs qui sont beaucoup plus implantés qu’on l’imagine, dans ces zones. Et là où il n’y a pas l’État, « les types » vont même faire la justice. Ils exercent le foncier. Et en plus comme il n’y a plus d’emploi, il n’y a plus de tourisme ni rien, vous avez des dizaines de milliers de jeunes qui peuvent être recrutés. Et pas forcément pour tirer à la kalach. Ce sont simplement des jeunes qui vont être recrutés pour assurer le transport, pour faire du trafic en tout genre, dans toute cette région. »

Le journaliste estime que la lutte antiterroriste ne résoudra pas le problème à elle seule, dans la région : « Le problème est qu’on a l’impression que l’opération Barkhane est de plus en plus hors-sol (…) Cela ne correspond pas aux réalités locales, politiques, historiques (…) C’est juste la lutte antiterroriste. »

 

Vous pouvez voir et revoir cet entretien, en intégralité :

OVPL. Entretien avec Antoine Glaser, journaliste spécialiste de l'Afrique (en intégralité)
08:47

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Terrorisme au Sahel : « L’opération Barkhane est de plus en plus hors-sol » estime Antoine Glaser
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le