Terrorisme: Le Maire veut “une justice d’exception”

Terrorisme: Le Maire veut “une justice d’exception”

Bruno Le Maire, candidat à la primaire de la droite pour 2017, plaide pour une “justice d’exception” en matière de terrorisme, souhaitant notamment que la “prison préventive” devienne “la règle”, dans une brochure de campagne transmise mardi à l’AFP. “Dans le cadre légal actuel, notre justice ne peut pas prévenir les actes terroristes : elle […]
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Bruno Le Maire, candidat à la primaire de la droite pour 2017, plaide pour une "justice d'exception" en matière de terrorisme, souhaitant notamment que la "prison préventive" devienne "la règle", dans une brochure de campagne transmise mardi à l'AFP.

"Dans le cadre légal actuel, notre justice ne peut pas prévenir les actes terroristes : elle ne pourra que les condamner. Pour prévenir des actes exceptionnels, il faut une justice d’exception", affirme M. Le Maire dans ce texte d'une vingtaine de pages, proposant "5 réponses pour vaincre le terrorisme".

La brochure, publiée à 5.000 exemplaires, sera distribuée dans les réunions publiques de sa tournée d'été, qui devait débuter dans la soirée à Mimizan (Landes).

Cette "justice d'exception (...) demande une modification de la Constitution : et alors ?", demande le député Les Républicains (LR).

"En matière de terrorisme, la prison préventive doit devenir la règle", assure-t-il, ajoutant: "le maintien en détention provisoire ne doit pouvoir être levé que par décision motivée de la chambre de l’Instruction de la Cour d’Appel".

"Le recours aux écoutes judiciaires doit être facilité, et le contenu des écoutes administratives, comme élément de preuve doit être autorisé sous le contrôle du juge", poursuit l'élu de l'Eure.

M. Le Maire souhaite redonner à la justice "les moyens humains, matériels et procéduraux" nécessaires et propose un "plan de recrutement de magistrats", une campagne de "construction massive de prisons", avec la création de 10.000 places, ou encore la "construction de centres pénitentiaires réservés aux seuls prévenus et condamnés pour terrorisme".

"Nous rétablirons les peines plancher en cas de récidive (...) nous appliquerons un plancher de 7 ans fermes dans les cas de terrorisme" et "la double peine deviendra automatique pour les faits de terrorisme et les délits connexes : incitation à la violence ou à la haine raciale par exemple", détaille le candidat à la primaire.

Pour renforcer la sécurité, il faut porter "en 10 ans le budget des armées à 2% de notre richesse nationale", recruter des policiers et gendarmes, et faire de la direction générale de la Sécurité intérieure (DGSI) "le service unique en charge de la lutte contre le terrorisme", affirme également M. Le Maire.

Dans son programme figure aussi une réforme de "l'école républicaine", du primaire au lycée, avec notamment un enseignement primaire "redirigé vers les savoirs fondamentaux, en particulier la maîtrise du français".

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le