Toulouse: un candidat LR conteste l’élection d’un marcheur désinvesti

Toulouse: un candidat LR conteste l’élection d’un marcheur désinvesti

Un candidat LR défait aux législatives à Toulouse a annoncé lundi qu'il allait demander l'annulation du scrutin, accusant son...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Un candidat LR défait aux législatives à Toulouse a annoncé lundi qu'il allait demander l'annulation du scrutin, accusant son adversaire En Marche! d'avoir été élu sous cette étiquette alors qu'il avait été désinvesti par le mouvement.

"L'utilisation indue des outils de propagande REM par Pierre Cabaré pendant toute la campagne électorale alors que l'investiture lui avait été retirée a faussé la sincérité du scrutin", écrit François Chollet dans un communiqué publié sur son site. Le candidat LR déposera donc un recours devant le Conseil constitutionnel, annonce-t-il.

M. Chollet a été éliminé dès le premier tour dans la 1ère circonscription de Haute-Garonne, à cheval sur Toulouse et sa banlieue nord-ouest, avec seulement 13%, derrière la députée sortante Catherine Lemorton (PS).

Au second tour, Pierre Cabaré a été élu député avec 51% des voix contre la candidate insoumise Claire Dujardin.

"Il est évident que M. Cabaré a fait usage du matériel En Marche alors qu'il avait été désinvesti et qu'il a donc faussé la sincérité du scrutin. Cependant, la question est de savoir si les électeurs en étaient informés et si le scrutin peut donc être annulé", a réagi auprès de l'AFP Claire Dujardin, sans se prononcer sur son éventuelle décision de déposer également un recours.

"Tout électeur peut saisir lui-même le Conseil constitutionnel s'il s'estime lésé et ce jusqu'à mercredi soir", ajoute-t-elle.

M. Cabaré n'a pas répondu aux sollicitations de l'AFP.

L'investiture de M. Cabaré avait été suspendue fin mai après des informations de presse selon lesquelles il avait été condamné en 2003 à un an d'inéligibilité. Le candidat n'avait pas signalé à En Marche! cette condamnation, contraire aux règles de probité édictées par le mouvement.

L'investiture n'a cependant été officiellement retirée à M. Cabaré qu'après le dépôt des listes en préfecture, ce qui avait empêché En Marche! de présenter un autre candidat et de modifier l'étiquette du macroniste "désinvesti".

M. Cabaré a ainsi continué à se présenter comme un candidat REM.

"Pierre Cabaré a déposé sa candidature sous la bannière La République En Marche auprès des services préfectoraux (...) Pierre Cabaré est de plein droit le seul candidat pour donner une majorité présidentielle à Emmanuel Macron", écrivait M. Cabaré dans un communiqué diffusé peu avant le 1er tour des législatives.

Dans la même thématique

Paris: Illustrations Assemblee nationale
6min

Politique

Faire une trêve politique pendant les JO : « C’est le cache-sexe du blocage politique de l’Assemblée » 

Gérard Larcher a demandé une « trêve politique » pendant les Jeux olympiques et paralympiques. Alors qu’aucun groupe politique ne dispose de majorité absolue à l’Assemblée nationale et que le président de la République n’a toujours pas nommé de Premier ministre, l’idée ne fait pas l’unanimité chez les présidents de groupes du Sénat, même si une trêve de fait risque bien de s’imposer.

Le

Defile militaire du 14 juillet – 14 TH July military parade during French national day
5min

Politique

Ministres démissionnaires et députés : la séparation des pouvoirs va-t-elle être malmenée ?

La démission du gouvernement Attal va être acceptée par le chef de l’Etat sûrement demain, juste avant l’ouverture de la XVIIe législature jeudi, à l’Assemblée nationale où siégeront des membres du gouvernement élus ou réélus députés. Mais alors que la gauche peine à s’accorder pour proposer le nom d’un candidat à Matignon, le gouvernement démissionnaire est parti pour durer quelques semaines, au risque de mordre sur le principe de la séparation des pouvoirs.

Le

Paris: Melenchon, Chikirou and Bompard arriving at the National Assembly
2min

Politique

La France Insoumise «  suspend » les négociations du NFP pour Matignon, accusant le PS de « blocage »

Dans un communiqué de ce lundi après-midi, la France Insoumise annonce se retirer des négociations. La gauche ne parvient pas à s’accorder sur le nom d’un candidat du Nouveau Front Populaire à envoyer à Matignon. Les Insoumis se refusent à une reprise des discussions tant qu’une candidature unique pour la présidence de l’Assemblée n’a pas été décidée. Très critique envers le Parti Socialiste, le communiqué l’accuse de « mettre un veto à toute candidature issue du Nouveau Front Populaire, dans le seul but d’imposer la sienne ».

Le