Trafic d’influence: un an de prison ferme pour le sénateur Yvon Collin

Trafic d’influence: un an de prison ferme pour le sénateur Yvon Collin

Le sénateur du Tarn-et-Garonne Yvon Collin (ex-PRG) a été condamné vendredi à deux ans de prison, dont un avec sursis, dans une affaire de trafic d’influence dépaysée devant le tribunal correctionnel de Lyon. L’élu de 73 ans, qui siège dans le groupe RDSE au Sénat, a également écopé d’une amende de 50.000 euros et d’une interdiction, pendant trois […]
Public Sénat

Par Héléna Berkaoui (avec AFP)

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Le sénateur du Tarn-et-Garonne Yvon Collin (ex-PRG) a été condamné vendredi à deux ans de prison, dont un avec sursis, dans une affaire de trafic d'influence dépaysée devant le tribunal correctionnel de Lyon. L'élu de 73 ans, qui siège dans le groupe RDSE au Sénat, a également écopé d'une amende de 50.000 euros et d'une interdiction, pendant trois ans, d'exercer une fonction publique. Le tribunal a aussi ordonné la confiscation d'une somme de 40.000 euros que la justice reprochait au sénateur d'avoir perçu pour financer une campagne électorale en 2010.

Yvon Collin faisait l’objet d’une enquête, ouverte en novembre 2012, pour corruption dans le cadre du financement d'une campagne électorale. Dans une lettre expédiée à plusieurs destinataires, Jean-Pierre Gonzatti, fonctionnaire de la préfecture du Tarn-et-Garonne, assurait avoir proposé à Yvon Collin de participer au financement d’une campagne électorale à hauteur de 40 000 euros contre un emploi au département pour son neveu. Yvon Collin aurait empoché la somme sans fournir un emploi au neveu de Jean-Pierre Gonzatti. 

Le parquet général de Lyon – où l’affaire a été dépaysée – avait demandé la levée de son immunité parlementaire qui lui a effectivement été retirée en avril 2015 par le bureau du Sénat. Le sénateur du Tarn-et-Garonne demandait lui aussi la levée de son immunité. 

Yvon Collin avait déclaré à l’AFP que cette affaire n’était rien d‘autre qu’un énième affrontement entre lui et son adversaire politique, Jean-Michel Baylet. L’ancien ministre de l’Aménagement du territoire de François Hollande et Yvon Collin sont pourtant d’anciens amis. Jean-Michel Baylet – qui est aussi l’ancien président du Parti radical de Gauche (PRG) – et Yvon Collin (ex-PRG) sont devenus rivaux politiques et ennemis. Lors des sénatoriales de septembre 2014, Yvon Collin avait été élu au premier tour avec des voix de droite. M. Baylet s'était, lui, incliné au second tour face au candidat UMP pour le deuxième siège de sénateur dans la circonscription du Tarn-et-Garonne.

Jean-Michel Baylet avait jugé le cas d’Yvon Collin  « accablant » tout en l’enjoignant d’«assumer les conséquences de ses actes même les plus délictueux. » La thèse du règlement de compte politique avancée par Yvon Collin a rudement été balayée par Jean-Michel Baylet. 

Yvon Collin a annoncé à l'AFP qu'il fera appel de cette décision. Il estime qu'« il n'y a aucune preuve dans ce dossier » et accuse Jean-Michel Baylet d'être « à la manœuvre depuis le départ. »

Dans la même thématique

Rentree scolaire Ecole Primaire Maternelle Saint-Philippe a Nice
7min

Politique

Législatives anticipées : que proposent les trois blocs sur l’éducation ?

Après le pouvoir d’achat, la sécurité et l’immigration, l’éducation divise les différents candidats aux élections législatives. Si le programme gouvernemental sur l’école est bien connu, les deux autres blocs politiques en lice pour les élections législatives prônent des mesures radicalement opposées.

Le

Paris : Auditions au MEDEF
6min

Politique

Législatives : ces sénateurs tentés par la ligne Ciotti/Bardella

Depuis l’alliance annoncée entre Éric Ciotti et Jordan Bardella aux élections législatives, les sénateurs du groupe LR du Sénat font officiellement bloc derrière la ligne d’autonomie définie par le bureau politique du parti. Mais dans cette campagne éclair, certains expriment leurs divergences. Après les 7 juillet, elles pourraient bien s’accentuer.

Le

Législatives 2024 : douze points chauds à surveiller
10min

Politique

Législatives 2024 : douze points chauds à surveiller

Sortants menacés ou en position inconfortable, circonscriptions ayant valeur de symbole, duels médiatiques : Public Sénat a sélectionné douze circonscriptions à travers le territoire, qui pourraient faire parler d’elles les 30 juin et 7 juillet.

Le