Trahison en politique : passion ou opportunisme ?

Trahison en politique : passion ou opportunisme ?

Dans un gouvernement discret, voire effacé, les ex-Républicains font souvent parler d’eux.Le 31 octobre, plusieurs membres du gouvernement et députés se sont fait exclure de leur parti Les Républicains, mettant un terme à une séquence riche en rebondissements.Parmi eux, Gérald Darmanin, ministre du Budget, Bruno Le Maire, ministre de l’économie et Sébastien Lecornu, secrétaire d’état à la transition écologique, accusés d’avoir rallié le camp rival en ayant saisi la main tendue d’Emmanuel Macron.Mais alors sont-ils des pionniers ou des mercenaires qui ont trahi leur camp après avoir fait campagne pour François Fillon ? Comment ces nouveaux « traîtres » se défendent-ils ? C’est la question posée à Sophie Cadalen, Christian Delporte et Michel Bettan, pour un déshabillage en tout bien tout honneur.   
Public Sénat

Par Caroline Lebrun

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

La stratégie acerbe de Darmanin

 

"Je me sens assez cohérent ave mon choix personnel, si vous voulez savoir le sens de ma confirmation politique". Avec son style "provocateur"  à l’Assemblée Nationale, Gérald Darmanin fait régulièrement entendre sa voix. Sans cesse en train de justifier ses choix politiques face à ses anciens collègues des Républicains, il manifeste ainsi son appartenance à la majorité du gouvernement.

Christian Deplorte, expert en communication politique le souligne,  « c’est une formidable occasion de se démarquer de ce qu’est la droite aujourd’hui. La droite pour lui, c’est uniquement Wauquiez. Il montre la cohérence de son parcours, souligne qu'il a toujours été cohérent ».

gerald darmanin.jpg

 

 

Une perte « assumée » pour Bruno Le Maire

 

Si Gérald Darmanin justifie son départ des Républicains par la cohérence de son engagement poltitique, Bruno Le Maire adopte un autre argumentaire. Il accuse en effet son ancien parti de ne pas avoir donné de consigne de vote, refusant ainsi de soutenir le candidat Macron face à Marine Le Pen. Une « tache indélébile » pour le ministre de l'économie, qui décide donc de se présenter aux législatives sous la bannière d’En Marche.

Aujourd’hui ministre, il s’en explique devant les caméras. Pour Sophie Cadalen, psychanalyste, ce choix de défense est « très intéressant ». Elle souligne que son argumentaire montre une « perte assumée, transformée en un projet » en ayant rejoint « l’homme qui a gagné », avec qui finalement il partageait un certain nombre d’idées.

 

Bruno Le Maire.jpg
AFP

 

 

La « psychologie » de ces trahisons

Selon le communicant, Michel Bettan, il y a un « côté psychologique » à prendre en compte pour analyser les choix de ces politiques qui assument d’avoir changé de camp. Durant la campagne, ils auraient en effet tous conseillé au candidat François Fillion de se retirer suite aux polémiques sur les emplois fictifs, ce qu’il n’a pas fait. Ils ont « vu le mur arriver » plus vite que les autres, « ils ont klaxonné comme des fous » souligne le communicant, sans obtenir le résultat escompté créant ainsi une fracture au sein du parti.

Pour Michel Bettan, il y a désormais « deux droites : celle de Laurent Wauquiez, et la droite de ceux qui ont accepté la main tendue d’Emmanuel Macron ».

Dans la crise politique actuelle, le positionnement des membres du gouvernement reste donc délicat… À surveiller de près. 

 

Retrouvez « Déshabillons-les : Philippe, Le Maire, Darmanin… traîtres ou pionniers ? » Samedi 18 novembre à 15h sur Public Sénat.

Dans la même thématique

Paris: Candidates for the upcoming European elections taking part in a debate hosted by BFMTV
5min

Politique

Immigration, économie, institutions : que propose le Rassemblement national dans son programme pour les élections européennes ?

Largement en tête des sondages, le parti de Jordan Bardella ne prône plus officiellement une sortie de l’Union européenne, pierre angulaire du programme présidentiel de Marine Le Pen jusqu’en 2017. Mais, avec un slogan plus consensuel, la feuille de route du Rassemblement national s’oppose toujours à bon nombre des compétences de Bruxelles, au nom de la souveraineté nationale.

Le

Trahison en politique : passion ou opportunisme ?
3min

Politique

Européennes : L’Europe est « une foire d’empoigne entre brigands, créée par et pour les intérêts des capitalistes », dénonce Nathalie Arthaud

Tête de liste Lutte Ouvrière (LO), deux ans après avoir récolté 0.56% à la dernière élection présidentielle, l’enseignante en sciences économiques et sociales a dénoncé, au micro de Public Sénat, la « rapacité patronale », et sa volonté de « combattre cette société capitaliste, qui nous mène de crise en crise et de guerre en guerre ».

Le

Paris: Jordan Bardella  debate with France’s Prime Minister Gabriel Attal
5min

Politique

Sondage : après son débat avec Attal, Bardella au plus haut à 34% d’intentions de vote, Hayer recule encore

L’avance considérable prise par la tête de liste RN sur ses autres concurrents pour les élections européennes du 9 juin prochain se confirme dans le dernier relevé du baromètre d’Odoxa, réalisé par Mascaret* pour Public Sénat et la presse quotidienne régionale. Cette enquête d’opinion a été réalisée après le débat qui a opposé Jordan Bardella au Premier ministre Gabriel Attal le 23 mai. Dans le même temps, la majorité présidentielle continue de perdre du terrain dans les intentions de vote.

Le