Transparence : le détail du patrimoine des onze candidats à la présidentielle

Transparence : le détail du patrimoine des onze candidats à la présidentielle

La Haute autorité pour la transparence pour la vie publique a rendu public les déclarations de patrimoine des candidats. On apprend que François Fillon a reçu des prêts familiaux de 30.000 euros pour paiement de « dettes fiscales ».
Public Sénat

Par François Vignal et Thomas Leroy

Temps de lecture :

7 min

Publié le

Mis à jour le

La Haute autorité pour la transparence pour la vie publique a publié ce mercredi les déclarations de patrimoine des candidats à l’élection présidentielle (voir le détail sur son site Internet). A la différence des déclarations des parlementaires, celle des onze candidats « n’ont fait l’objet d’aucun contrôle », conformément à une décision du Conseil constitutionnel « afin de ne pas « porter atteinte à l’égalité devant le suffrage » dans les derniers jours de la campagne électorale » souligne la Haute autorité. Il s’agit donc d’une simple déclaration sur l’honneur.

François Fillon

François Fillon avait déjà publié sa déclaration, suite à sa conférence de presse début février. On y retrouve une épargne d’environ 100.000 euros, répartis sur plusieurs comptes et placements, deux montres de valeurs de 15.000 et 12.000 euros ainsi que deux véhicules, l’un de marque française, une Peugeot 306, l’autre de marque japonaise, une Toyota Land Cruiser, un 4X4.

Le prêt de 50.000 de l'homme d'affaires Marc Ladreit de Lacharrière, déjà annoncé dans la presse, est là. Mais François Fillon déclare aussi des prêts familiaux de 30.000 euros datant de septembre pour paiement de « dettes fiscales »… Ils doivent être remboursés avant le 31 décembre 2017. L’entourage du candidat précise à l’AFP qu’il s’agit d’un prêt de sa fille pour « payer le solde de ses impôts ».

Son château de la Sarthe est évalué à 750.000 euros, dont 300.000 euros de travaux. La valeur de sa société de conseil 2F Conseil est donnée à 97.888 euros. Elle avait pourtant été donnée à 11.000 euros quand il avait rendu public sa déclaration en février.

Emmanuel Macron 

Emmanuel Macron a de l’argent mais des dettes. Quand on totalise l’ensemble de ses comptes, épargnes et placements, on arrive environ à la coquette somme de 337.000 euros. Pour son livre « Révolution », Macron a reçu une avance de 274.000 euros. Cette avance, datée du mois de janvier, fait suite à une première avance du mois de décembre de 75.000 euros. Soit un total de 350.000 euros d’avance. Merci les Editions XO, chez qui le livre est sorti.

Quant aux biens immobiliers, Emmanuel Macron déclare… Rien. Dans sa déclaration en 2014, lors de son entrée au gouvernement, il avait déclaré un appartement de 83 m2 à Paris avec terrasse et parking pour une valeur de 890 000 euros, comme le relevait Le Monde.

Le candidat d’« En marche ! » a contracté un emprunt de 350.000 euros. Il lui reste 246.000 euros à rembourser.

Benoît Hamon

Le candidat PS dispose, avec sa conjointe, de 821.000 euros de biens immobiliers, dont un appartement de 108 m2. Il dispose de deux comptes courants pour un total de 12.000 euros, un compte épargne doté de 1.700 euros, un compte épargne logement de 335 euros et un livret développement durable de 400 euros.

Il est endetté à hauteur de 680.000 euros. Il lui reste 598.000 euros à rembourser. Benoît Hamon dispose d’un petit véhicule : une Opel Corsa de 2006, estimée à 2.000 euros.

Marine Le Pen

« On est chez nous » crie souvent les partisans de la présidente du FN dans ses meeting. Marine Le Pen a en tout cas plusieurs chez elle. Entre les biens immobiliers ou les parts dans les SCI, Marine Le Pen déclare un total de 609.800 euros.

Sur son compte courant, Marine Le Pen dispose de 5.200 euros. On voit aussi que la candidate d’extrême droite a fait deux prêts personnels pour la présidentielle pour un total de 6.000.000 euros ! Un prêt au final peu risqué. Au-delà de 5% des voix, les comptes de campagne du candidat sont remboursés, s’ils sont validés.

Jean-Luc Mélenchon

Le candidat de la France insoumise dispose d’un patrimoine immobilier d’un peu plus d’un million d’euros au total, notamment en raison d’un appartement de 110 m2 de 837.000 euros. Quand on fait le total de ses comptes, on arrive à une belle somme de 104.000 euros.

Il a emprunté 248.000 euros en 2014 pour l’acquisition de sa résidence principale. Cet ancien sénateur a aussi contracté un emprunt via le Sénat de 40.000 en 2004.

Nicolas Dupont-Aignan

Le député-maire d’Essonne possède un beau patrimoine : un appartement parisien acheté en 1999, estimé à 1.300.000 euros, une maison en Essonne de 255.000 euros et deux appartements acquis par donation de 168.000 et 198.000 euros chacun.

Par donation, il a aussi acquis trois appartements parisiens (dont « une boutique en mauvais état ») pour une valeur totale de 303.000 euros. A l’instar de Jacques Cheminade, il possède une œuvre d’art (une sculpture de Denis Lafleur) d’une valeur de 25.000 euros.

Philippe Poutou

Fidèle à son image iconoclaste, le représentant du Nouveau parti anticapitaliste a rempli sa déclaration à la main.  On apprend donc que l’ouvrier ne possède aucun bien immobilier ou assurance en vie, à la date du 28 février 2017. Il dispose néanmoins d’une petite cagnotte, répartie sur 4 comptes pour une valeur de 22 665,1 euros. A cela s’ajoute une Peugeot 3008 (bien qu’il travaille chez Ford) achetée en 2012 et estimée aujourd’hui à 9.000 euros environ.

François Asselineau

Du côté du candidat surprise, un patrimoine immobilier important : un appartement parisien de 203 m², acquis en 1998 pour 3.000.000 de francs, estimé aujourd’hui par le candidat à 1.500.000 euros. A noter qu’il s’agit d’un bien de communauté qu’il détient à 65% pour une valeur de 975.000 euros. Il faut ajouter à celui une place de parking évaluée à 15.000 euros. Il possède, par ailleurs une maison secondaire dans la Nièvre, de 160m², sur un terrain de 4300 m2, acquise en 1995. Il possède 75% du bien pour une valeur de 75.000. Enfin, il dispose de deux appartements en Polynésie française, le premier d’une valeur de 159.000 euros, acquis en 2005 et le second d’une valeur de 117.000 euros, acheté en mars 2010.

A cela s’ajoutent deux assurance-vie de 139.546,92 euros et de 102.946,11 euros, deux comptes courants, débiteurs tous les deux (le 17 mars 2017) de 6044,26 euros et 8697 euros. Deux livrets quasi vides figurent aussi sur la déclaration.

Jean Lassalle

Le berger dispose, dans ses chères Pyrénées-Atlantiques, d’un appartement de 73 m² d’une valeur de 110.000 euros, de deux maisons (qu’il possède à 50%, dans les deux cas) de 320.000 euros et de 160.000 euros. Enfin, il possède la moitié d’un terrain agricole estimé à 115.000 euros. Il possède 5 comptes courants avec un bilan légèrement négatif et trois comptes courants légèrement positifs.  Enfin, il dispose de deux véhicules : une Citroën C6 de 25.000 euros et une Fiat Doblo cargo estimée à 5.000 euros.

Nathalie Arthaud 

La candidate de Lutte ouvrière possède un appartement en bien commun de 48m², d’une valeur de 248 700 euros, acquis en 2009. Elle possède une petite épargne de 6053,19 euros et une Citroën C3 estimé à 14.500 euros.

Jacques Cheminade

Cet habitué de la présidentielle a déclaré un appartement parisien de 61,52m², d’une valeur de 420 700 euros, acquis en 1978. Il possède aussi deux dépôts-ventes de 18.090 euros et 36 000 euros. A ce la s’ajoutent deux un PEA de 15 400 euros et un compte-titre de 3900 euros. Petite originalité, il possède une collection « d’objets préhistoriques et précolombiens » estimée à 18.000 euros.

Dans la même thématique

Transparence : le détail du patrimoine des onze candidats à la présidentielle
4min

Politique

Lettre d’Emmanuel Macron : « Je crois que les Français ne sont pas dupes et qu’ils savent que c’est un tour de passe-passe », juge Fabrice Leggeri (RN)

A quelques jours du premier tour des élections législatives, Fabrice Leggeri, porte-parole du RN a détaillé plusieurs éléments du programme du parti de Jordan Bardella. Ce dernier qualifie la lettre d’Emmanuel Macron de « tour de passe-passe » et envisage la démission d’Emmanuel Macron si les élections ne permettent pas de dégager une majorité absolue.

Le

Paris : Deux policiers blesses par balle comissariat 13 eme arrondissment
4min

Politique

Sécurité : que proposent les grands blocs politiques pour les élections législatives ?

Ce lundi 14 juin, la campagne pour les élections législatives s’est ouverte, et les programmes des principales forces politiques ont été dévoilés. La sécurité est au cœur du débat et suscite une attention toute particulière au sein de l’opinion publique. Petit aperçu des différentes propositions et promesses sur ce sujet clivant entre les partis.

Le

Rentree scolaire Ecole Primaire Maternelle Saint-Philippe a Nice
7min

Politique

Législatives anticipées : que proposent les trois blocs sur l’éducation ?

Après le pouvoir d’achat, la sécurité et l’immigration, l’éducation divise les différents candidats aux élections législatives. Si le programme gouvernemental sur l’école est bien connu, les deux autres blocs politiques en lice pour les élections législatives prônent des mesures radicalement opposées.

Le