Travail: “Ces mesures ne suffiront pas à redresser la France”, selon Wauquiez

Travail: “Ces mesures ne suffiront pas à redresser la France”, selon Wauquiez

Le vice-président des Républicains, Laurent Wauquiez, a estimé vendredi que les ordonnances réformant le Code du travail,...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Le vice-président des Républicains, Laurent Wauquiez, a estimé vendredi que les ordonnances réformant le Code du travail, présentées la veille par le gouvernement, ne "suffiront pas à redresser la France", même s'il y a vu des "sujets" pour lesquels LR pourrait "s'engager".

"Est-ce que cette réforme a des avancées? Évidemment. Est-ce qu'il y des sujets pour lesquels nous, on peut s'engager? Bien sûr. Est-ce que c'est un problème pour l'opposition que de dire que, dans une réforme portée par le gouvernement, il y a des bonnes choses? Bien sûr que non", a détaillé le tout nouveau candidat à la présidence de son parti sur le plateau de France 2.

"L'opposition que je porterai sera forte mais sera aussi capable de dire quand il y a des avancées qui vont dans le sens de la France", a-t-il insisté.

Mais, a-t-il nuancé, "soyons lucide, ceux qui nous écoutent, les Français, ne peuvent pas penser que ces mesures suffiront à redresser la France, à redresser l'économie, à solutionner le problème du chômage".

En effet selon le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, "les vrais problèmes, eux, ne sont pas traités". Il a cité "la baisse des charges sur les entreprises, le contrôle de l'administration excessif sur les artisans et les petites entreprises et surtout, le problème majeur de la France, c'est que ceux qui travaillent, à la fin du mois, ne gagnent pas toujours plus que s'ils restaient chez eux".

"Il y a des mesures qui vont dans le bon sens, on a néanmoins le sentiment d'un travail inachevé sur la place de la négociation en entreprise, le lissage des seuils ou encore sur la participation des salariés aux fruits de l'entreprise", a estimé de son côté le chef de file des sénateurs LR Bruno Retailleau, dans un entretien donné à l'Opinion.

"Cette réforme aura en définitive fait beaucoup de bruit pour un résultat modeste et éludé les questions essentielles sur la compétitivité de nos entreprises, la réindustrialisation, le coût et le temps de travail", a-t-il critiqué.

Dans la même thématique

Migration Europe
6min

Politique

Pacte européen asile et migration : qu'ont voté les eurodéputés français ?

Soutenu par les sociaux-démocrates et la droite européenne, le pacte asile et migration a été adopté au Parlement européen. Mais, contrairement à leurs collègues des autres États membres, Raphaël Glucksmann et François-Xavier Bellamy – têtes de liste socialiste et Les Républicains – se sont opposés au texte.

Le

Paris: weekly session of questions to the government at the Senate
3min

Politique

RIP sur l’immigration : pour Bruno Retailleau, le Conseil constitutionnel « outrepasse son rôle »

Les Républicains s’en prennent une nouvelle fois au Conseil constitutionnel après avoir vu leur proposition de référendum d’initiative partagée (RIP) sur l’immigration invalidée par les Sages. « Un nouveau tournant » pour le patron de la droite sénatoriale qui avait déjà eu des mots assez durs à l’égard de la plus haute juridiction lors de la large censure de la loi immigration.

Le

Paris: The political party LR Les Republicains organized an economic evening
4min

Politique

RIP sur l’immigration : le Conseil constitutionnel rejette la demande des LR

Les Républicains avaient recueilli le nombre de signatures de parlementaires nécessaires pour lancer un référendum d’initiative partagée sur l’immigration. Leur proposition de loi référendaire visant à conditionner certaines prestations sociales aux étrangers en situation régulière a été jugée non conforme à la Constitution par le Conseil Constitutionnel.

Le