Travail de l’Assemblée: Rugy appelle les députés à éviter “une autocaricature”

Travail de l’Assemblée: Rugy appelle les députés à éviter “une autocaricature”

Le président LREM de l'Assemblée nationale François de Rugy, qui a demandé au gouvernement de "mettre de l'ordre dans l'ordre du...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Le président LREM de l'Assemblée nationale François de Rugy, qui a demandé au gouvernement de "mettre de l'ordre dans l'ordre du jour" parlementaire en surchauffe, a aussi appelé les députés à ne pas tomber "dans une autocaricature" en multipliant les amendements.

"Il y a un bras de fer, il faut bien le dire, entre le gouvernement qui veut inscrire des textes, qui veut les faire passer, et c'est normal, (...) et les groupes, notamment d'opposition, qui déposent un très grand nombre d'amendements", a dénoncé François de Rugy sur franceinfo.

"Il ne faudrait pas qu'on tombe dans une autocaricature selon laquelle finalement le travail du député c'est de multiplier le nombre d'amendements", a-t-il déclaré, pointant aussi une responsabilité de la majorité. "Sur la loi logement, 748 amendements issus du groupe majoritaire, sur les 3.000 amendements", a-t-il relevé.

Le président de l'Assemblée a pris l'exemple de la Grande-Bretagne où est étudiée actuellement la loi sur la sortie de l'UE: "12 heures de débat sont prévues et 15 amendements". En Allemagne, sur le dernier mandat de quatre ans, "il y a eu 190 amendements examinés en séance plénière. En France, sur le dernier mandat, cinq ans certes, 190.000 amendement examinés", a-t-il encore comparé.

"Le problème au départ, du côté du gouvernement (...) c'est une question de réalisme dans le nombre de textes que l'on met à l'ordre du jour (...). Et puis du côté du Parlement il y a quand même une dérive", a résumé François de Rugy.

Il estime "qu'il y a une prise de conscience" du gouvernement "sur le fait de hiérarchiser un peu plus" et "que ce soit du côté du gouvernement ou du côté même de l'opposition, beaucoup de gens prennent conscience qu'il faut absolument transformer notre Assemblée nationale", a-t-il affirmé, prônant un rôle accru du travail en commission.

"Moi je souhaite qu'un certain nombre de textes ne soient examinés qu'en commission" car le travail y est "de plus grande qualité, avec des députés qui ont préparé leur travail longtemps à l'avance et où on est beaucoup moins dans les postures politiciennes et les coups d'éclat", a-t-il plaidé.

"C'est une très bonne nouvelle que les députés travaillent beaucoup", a estimé pour sa part le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux après un conseil des ministres à l'Elysée.

"Les Français je crois sont sensibles au fait qu'au regard de l'urgence sociale, économique, et politique que connaît notre pays depuis 20 ou 30 ans, et face à une forme d'immobilisme, nos députés soient présents, travaillent les week-ends", a-t-il estimé.

"On leur en demande beaucoup, on en est parfaitement conscient", a ajouté M. Griveaux, estimant que la réforme institutionnelle, et notamment le passage de "70 jours à 50 jours" de l'examen budgétaire, serait un moyen de concentrer les débats "sur une période plus réduite" et "permettre au Parlement d'exercer ses autres pouvoirs", notamment "contrôler et évaluer l'action du gouvernement".

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Travail de l’Assemblée: Rugy appelle les députés à éviter “une autocaricature”
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le