Trump fait la leçon à l’Europe

Trump fait la leçon à l’Europe

A quelques jours de son investiture, Donald Trump n’a pas fait dans la demi-mesure. Lors d’un long entretien accordé aux journaux européens Bild et The Times, il a vivement commenté et critiqué la politique et les institutions européennes.
Public Sénat

Par Julie Philippe

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Premier règlement de comptes en règle : l’OTAN. Pour le futur président, l’organisation est obsolète « parce qu’elle a été conçue il y a des années et des années ». Le futur président reproche également aux Etats membres de se reposer sur les Etats-Unis.

Angela Merkel en prend aussi pour son grade. Le milliardaire juge que la chancelière a commis « une erreur catastrophique » en accueillant les migrants. Trump s’engage toutefois à la rencontrer et déclare la « respecter ».

Sur le pan économique, Donald Trump a averti les constructeurs automobiles allemands : ils seront passibles de sanctions s’ils envisagent de produire des voitures au Mexique. BMW, qui souhaite y ouvrir une usine, a reçu un avertissement des plus clairs : « Je dis à BMW que s’ils veulent construire une usine au Mexique et vendre des voitures aux Etats-Unis sans y payer une taxe de 35%, ils peuvent oublier… ».

En réponse à ces critiques, le vice-chancelier allemand Sigmar Gabriel a estimé lundi que l'Europe devait faire preuve « d'assurance ».

De nouvelles alliances

Donald Trump tacle l’Allemagne, mais tend la main au Royaume-Uni. Qualifiant le Brexit de « succès », qui devrait inciter d’autres pays à imiter l’Angleterre, il espère conclure un accord commercial avec elle.

«Je suis un grand fan du Royaume-Uni, nous allons travailler très dur pour qu’il soit conclu rapidement et dans les règles », a-t-il affirmé. Une politique qui tranche avec celle de son prédécesseur. Barack Obama avait averti le Royaume Uni qu’il se retrouverait en mauvaise posture en cas de sortie de l’UE.

La proposition de Donald Trump a été accueillie avec enthousiasme par le ministre des Affaires étrangères Boris Johnson : « C'est une très bonne nouvelle que les Etats-Unis veuillent conclure un bon accord commercial avec nous, et veuillent le faire rapidement ».

Outre le Royaume-Uni, Donald Trump tend la main à Moscou. L’homme d’affaire évoque une levée des sanctions, qui  serait conditionnée à une réduction des armements nucléaires.

« Les sanctions font très mal à la Russie mais je pense qu'il peut se produire quelque chose qui sera profitable à beaucoup de gens ».

En réponse aux propos du futur président américain, le chef de la diplomatie française Jean-Marc Ayrault a estimé lundi que « la meilleure réponse » à apporter par les Européens était d'afficher leur « unité ».

"La meilleure réponse à Donald Trump est d'afficher l'unité des Européens"
00:30

Pour Angela Merkel, les Européens ont leur destin « en main ».« Je vais continuer de m'engager pour que les 27 États membres travaillent ensemble vers l’avenir (...) face aux défis du 21e siècle », a-t-elle déclaré, lors d'une conférence de presse.

Dans la même thématique

Brussels Special European Council – Emmanuel Macron Press Conference
3min

Politique

Élections européennes : avant son discours de la Sorbonne, l’Élysée se défend de toute entrée en campagne d’Emmanuel Macron

Ce jeudi 25 avril, le président de la République prononcera un discours sur l’Europe à la Sorbonne, sept ans après une première prise de parole. Une façon de relancer la liste de Valérie Hayer, qui décroche dans les sondages ? L’Élysée dément, affirmant que ce discours n’aura « rien à voir avec un meeting politique ».

Le

Trump fait la leçon à l’Europe
8min

Politique

IA, simplification des formulaires, France Services : Gabriel Attal annonce sa feuille de route pour « débureaucratiser » les démarches administratives

En déplacement à Sceaux ce mardi dans une maison France Services, quelques minutes seulement après avoir présidé le 8e comité interministériel de la Transformation publique, le Premier ministre a annoncé le déploiement massif de l’intelligence artificielle dans les services publics, ainsi que la simplification des démarches. Objectif ? Que « l’Etat soit à la hauteur des attentes des Français ».

Le

Brussels Special European Council – Renew Europe
10min

Politique

Européennes 2024 : avec son discours de la Sorbonne 2, Emmanuel Macron « entre en campagne », à la rescousse de la liste Hayer

Emmanuel Macron tient jeudi à la Sorbonne un discours sur l’Europe. Si c’est le chef de l’Etat qui s’exprime officiellement pour « donner une vision », il s’agit aussi de pousser son camp, alors que la liste de la majorité patine dans les sondages. Mais il n’y a « pas un chevalier blanc qui va porter la campagne. Ce n’est pas Valérie Hayer toute seule et ce ne sera même pas Emmanuel Macron tout seul », prévient la porte-parole de la liste, Nathalie Loiseau, qui défend l’idée d’« un collectif ».

Le

Jordan Bardella visite Poste-Frontiere de Menton
5min

Politique

Elections européennes : la tentation des seniors pour le vote RN, symbole de « l’épanouissement du processus de normalisation » du parti, selon Pascal Perrineau

Alors que la liste menée par Jordan Bardella (31.5%) devance de plus de 14 points la liste Renaissance, menée par Valérie Hayer (17%), selon le dernier sondage IFOP-Fiducial pour LCI, le Figaro et Sud-Radio, le parti de Marine Le Pen, mise désormais sur l’électorat âgé, traditionnellement très mobilisé pour les élections intermédiaires. Désormais deuxième force politique chez les plus de 65 ans (le RN conquiert 24% de cet électorat, 7 points de moins que Renaissance), la stratégie semble porter ses fruits. Décryptage avec le politologue Pascal Perrineau, professeur émérite à Sciences Po Paris et récent auteur de l’ouvrage Le Goût de la politique : Un observateur passionné de la Ve République, aux éditions Odile Jacob.

Le