“Trumpisation”, néologisme de Valls entré dans le dictionnaire suédois

“Trumpisation”, néologisme de Valls entré dans le dictionnaire suédois

Le Conseil de la langue en Suède a fait entrer mardi dans le dictionnaire "trumpisation", un néologisme qui semble emprunté au...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Le Conseil de la langue en Suède a fait entrer mardi dans le dictionnaire "trumpisation", un néologisme qui semble emprunté au français et plus particulièrement à l'ancien Premier ministre Manuel Valls.

"Trumpifiering" en suédois fait partie des 43 nouveaux mots ratifiés cette année par cette institution qui dépend du ministère de la Culture.

Définition: "modification du débat politique en faveur d'un style rhétorique où l'on s'exprime de manière à être remarqué sans tenir compte des conséquences ni des faits".

Le Conseil de la langue illustre ce mot par un article du quotidien Svenska Dagbladet en septembre, reprenant le terme créé par M. Valls dans un entretien avec le Journal du dimanche en juillet. "La réponse à l’État islamique ne peut pas être la 'trumpisation' des esprits", avait alors dit le chef du gouvernement.

Dans la liste annuelle des néologismes suédois, le français est parfois une source d'inspiration, comme avec "zlataner" en 2012, inventé par les Guignols de l'info et adopté par le pays de Zlatan Ibrahimovic.

Mais l'immense majorité des emprunts aux langues étrangères vient de l'anglais, comme par exemple cette année avec "fomo" ("fear of missing out"), la peur de manquer quelque chose en étant absent, ou "annonsblockare", transposition directe d'"ad blocker" (logiciel antipub).

Dans la même thématique

“Trumpisation”, néologisme de Valls entré dans le dictionnaire suédois
8min

Politique

IA, simplification des formulaires, France Services : Gabriel Attal annonce sa feuille de route pour « débureaucratiser » les démarches administratives

En déplacement à Sceaux ce mardi dans une maison France Services, quelques minutes seulement après avoir présidé le 8e comité interministériel de la Transformation publique, le Premier ministre a annoncé le déploiement massif de l’intelligence artificielle dans les services publics, ainsi que la simplification des démarches. Objectif ? Que « l’Etat soit à la hauteur des attentes des Français ».

Le

Brussels Special European Council – Renew Europe
10min

Politique

Européennes 2024 : avec son discours de la Sorbonne 2, Emmanuel Macron « entre en campagne », à la rescousse de la liste Hayer

Emmanuel Macron tient jeudi à la Sorbonne un discours sur l’Europe. Si c’est le chef de l’Etat qui s’exprime officiellement pour « donner une vision », il s’agit aussi de pousser son camp, alors que la liste de la majorité patine dans les sondages. Mais il n’y a « pas un chevalier blanc qui va porter la campagne. Ce n’est pas Valérie Hayer toute seule et ce ne sera même pas Emmanuel Macron tout seul », prévient la porte-parole de la liste, Nathalie Loiseau, qui défend l’idée d’« un collectif ».

Le

Jordan Bardella visite Poste-Frontiere de Menton
5min

Politique

Elections européennes : la tentation des seniors pour le vote RN, symbole de « l’épanouissement du processus de normalisation » du parti, selon Pascal Perrineau

Alors que la liste menée par Jordan Bardella (31.5%) devance de plus de 14 points la liste Renaissance, menée par Valérie Hayer (17%), selon le dernier sondage IFOP-Fiducial pour LCI, le Figaro et Sud-Radio, le parti de Marine Le Pen, mise désormais sur l’électorat âgé, traditionnellement très mobilisé pour les élections intermédiaires. Désormais deuxième force politique chez les plus de 65 ans (le RN conquiert 24% de cet électorat, 7 points de moins que Renaissance), la stratégie semble porter ses fruits. Décryptage avec le politologue Pascal Perrineau, professeur émérite à Sciences Po Paris et récent auteur de l’ouvrage Le Goût de la politique : Un observateur passionné de la Ve République, aux éditions Odile Jacob.

Le

Mairie de Paris, Jeux Olympiques 2024
4min

Politique

JO 2024 : les agents de sécurité privée vont-ils faire défaut ?

A trois mois des Jeux Olympiques, des incertitudes planent sur le nombre d’agents de sécurité privée mobilisés. Le préfet de police de Paris, Laurent Nunez indique « ne pas être inquiet pour l’instant ». Du côté des professionnels du secteur, on évalue un manque de 8 000 agents sur 40 000 nécessaires.

Le