Uber Files : pourquoi une commission d’enquête sénatoriale dès cet été est peu probable 

Uber Files : pourquoi une commission d’enquête sénatoriale dès cet été est peu probable 

Depuis les révélations des Uber Files, l’ensemble des groupes de gauche du Sénat demande la mise en place d’une commission d’enquête. Or, en pleine session parlementaire extraordinaire, seule une commission permanente peut se doter des prérogatives d’une commission d’enquête. Et la droite, majoritaire au Sénat et donc décisionnaire, préfère attendre d’en savoir plus. Explications.
Public Sénat

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Communistes, socialistes, écologistes… L’ensemble des groupes politiques de gauche au Sénat sont sur la même longueur d’onde : les révélations des « Uber Files » nécessitent la mise en place d’une commission d’enquête. Depuis dimanche, s’appuyant sur des milliers de documents internes à Uber, le journal Le Monde se penche sur les liens entre la société américaine et Emmanuel Macron à l’époque où il était ministre de l’Economie (2014-2016). Le quotidien évoque l’existence d’un « deal secret ».

A l’Assemblée aussi, l’intergroupe Nupes réclame une commission d’enquête parlementaire. Un embouteillage de demandes qui pourrait tourner à l’avantage de la chambre haute. En effet, conformément aux règlements du Sénat et de l’Assemblée Nationale, chaque groupe politique dispose « d’un droit de tirage », soit le droit demander la création d’une commission d’enquête, lors de chaque session ordinaire.

La gauche en appelle à Gérard Larcher

Or, le Parlement est actuellement réuni en session extraordinaire. Dans ce cas de figure, seule une commission permanente (commission des lois, commission des finances…) peut recevoir les prérogatives d’une commission d’enquête. Pour ce faire, un ou plusieurs élus envoient une proposition de résolution à la commission permanente compétente avec le sujet de l’enquête. Même lorsqu’elle n’est pas saisie au fond d’une demande d’enquête, la commission des lois est appelée à émettre un avis sur la conformité de la proposition de résolution. En vertu de la séparation des pouvoirs, la commission des lois vérifie, au préalable, s’il existe des poursuites judiciaires sur les faits qui intéressent les élus. Aucune enquête ne peut être menée sur des faits qui font l’objet d’une procédure judiciaire en cours. Une fois ces vérifications faites, la proposition de résolution doit ensuite être adoptée par les sénateurs dans en séance plénière.

>> Lire notre article. Une commission d’enquête parlementaire : comment ça marche ?

C’est donc entre les mains de la droite, majoritaire au Sénat, que repose l’hypothèse d’une commission d’enquête sénatoriale estivale.

C’est cette voie qu’ont choisi les groupes de gauche du Sénat. Dans un courrier daté de lundi, la présidente du groupe CRCE (communiste), Éliane Assassi en appelle au président du Sénat, Gérard Larcher. « On doit avoir des éléments de clarté pour connaître les éventuels soutiens et la nature de ces soutiens dont aurait bénéficié la multinationale Uber de la part du gouvernement de l’époque, et en particulier le ministre qui est aujourd’hui président de la République […] Le Sénat a montré son utilité en usant de ses prérogatives de contrôle du gouvernement et d’évaluation des politiques publiques », soutient le sénateur communiste, Pascal Savoldelli rapporteur au Sénat d’une mission d’information sur « l’ubérisation de la société ». Il cite à ce titre les commissions d’enquête « marquantes » « de la Chambre Haute, « sur les concessions autoroutières, sur l’hôpital, l’affaire Benalla ou les cabinets de conseil ».

« C’est à l’échelle d’une assemblée dans sa totalité que cette commission d’enquête doit être demandée, pas par un groupe politique. Mais c’est au président Larcher de décider », demande, à son tour, Patrick Kanner, le président du groupe socialiste du Sénat. « Même si nous savons très bien que nous ne pourrons pas interroger le principal intéressé qui était ministre à l’époque. Mais qui est désormais Président et protégé par son statut », ajoute-t-il

Emmanuel Macron « assume à fond »

En déplacement dans l’entreprise STMicroelectronics près de Grenoble, Emmanuel Macron est pour la première fois revenu sur ses échanges passés avec Uber lorsqu’il était à Bercy. « On introduit une espèce d’ambiance qui consisterait à dire que voir des chefs d’entreprise, en particulier étrangers, ce serait mal. Mais je l’assume à fond […] J’ai vu des chefs d’entreprise, l’horreur ! Je les ai vus, ça a toujours été officiel, avec des collaborateurs. J’en suis fier ! S’ils ont créé des emplois en France, je suis hyper-fier de cela », a-t-il riposté.

Qu’est ce qui empêche l’audition du président de la République devant le Parlement ?

Pourrait-il réitérer ces propos devant une commission d’enquête parlementaire ? Qu’est ce qui empêche l’audition du président de la République devant le Parlement ? La question avait divisé les constitutionnalistes il y a quatre ans lors de l’affaire Benalla. « En l’état du droit, il apparaît clair que le président de la République n’a pas à répondre à une commission d’enquête mais, c’est sujet à interprétation », note Benjamin Morel, maître de conférences en droit public à Paris Panthéon-Assas, et docteur en science politique à l’ENS Paris-Saclay. Il rappelle que les procédures qui conduisent à l’expression du chef de l’Etat devant le Parlement « sont extrêmement cadrées » par la Constitution. L’article 18 prévoit la prise de parole du chef de l’Etat devant le Parlement réuni en Congrès. Les articles 67 et 68 prévoient la mise en accusation pour haute trahison d’un président devant la Haute Cour de Justice, composée de parlementaires.

« Après on peut interpréter différemment la Constitution. On peut considérer que tout ce qui n’est pas strictement exclu est permis […] Etant donné que le chef de l’Etat est irresponsable, on ne pourrait pas le contraindre à répondre à une convocation d’une commission d’enquête. Mais si jamais il décidait de répondre, il n’y aurait personne pour l’en empêcher au nom de la Constitution », ajoute Benjamin Morel.

Au groupe LR du Sénat, l’idée d’une commission d’enquête n’est pas encore à l’ordre du jour. « Pour le moment, c’est un peu tôt […] Dans les éléments dont nous disposons, nous avons un ministre de l’économie qui reçoit des responsables d’entreprises et qui sort un peu de son rôle en leur disant de faire passer tel ou tel amendement. Est-ce qu’on a un ministre de l’Economie qui passe véritablement un deal qui impliquerait, par exemple, le financement de sa campagne ou de son parti politique ? On peut regretter des interférences. Mais est-ce qu’il y a, pour le moment, de quoi faire une commission d’enquête parlementaire. A mon sens, non », tempère le vice-président LR du Sénat, Roger Karoutchi.

Selon nos informations, c’est cette ligne qui a prévalu lors de la réunion du groupe mardi matin. Le « scandale d’Etat » dénoncé à gauche risque de rester un scandale d’été du moins jusqu’à la prochaine session parlementaire d’octobre.

 

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le