Ukraine : les appels à la négociation de l’exécutif font débat au Sénat

Ukraine : les appels à la négociation de l’exécutif font débat au Sénat

Lors d’un débat organisé au Sénat sur la guerre en Ukraine, le gouvernement a réitéré ses volontés de résolution du conflit par la diplomatie, et le maintien des échanges avec la Russie. Des positions saluées sur certains bancs de l’hémicycle, et critiquées sur d’autres, selon des clivages assez inhabituels. Va-t-il falloir négocier avec Poutine pour mettre fin à la guerre ?
Louis Mollier-Sabet

Temps de lecture :

7 min

Publié le

Mis à jour le

« Une paix est possible, celle-là seule que [les Ukrainiens] décideront, quand ils le décideront », a affirmé le chef de l’Etat en ouverture du Forum international pour la paix, dimanche 23 octobre dernier à Rome. Une perspective déjà ouverte par Emmanuel Macron lors d’un entretien donné à France 2 à propos de la politique internationale, et dont l’ombre a plané sur les débats de ce mercredi soir dans l’hémicycle du Sénat. Après une déclaration d’Élisabeth Borne, des orateurs de tous les groupes politiques de la Chambre haute se sont succédé à la tribune pour débattre de la guerre en Ukraine. La Première ministre a ainsi pu rappeler le soutien de la France au peuple ukrainien et a dénoncé les exactions commises : « Là où l’armée ukrainienne progresse, la libération s’accompagne de la découverte de massacres ou de charniers, comme à Boutcha au printemps et plus récemment à Izioum. Ce sont des actes choquants, révoltants, monstrueux. Ce sont des violations barbares des lois de la guerre, la Russie devra en répondre ».

La Première ministre a aussi évoqué les pistes de résolution du conflit : « Ce conflit dure, mais il devra trouver une issue. Après cette guerre, l’Ukraine devra être libre et souveraine. La Russie sera toujours notre voisine et restera une grande puissance. Seule la diplomatie permettra de trouver une sortie durable à ce conflit, raison pour laquelle nous maintenons des canaux d’échange avec la Russie. »

Le président de la commission des Affaires étrangères, Christian Cambon a lui, déclaré à la tribune : « Nous avons été aveugles aux signaux de l’ambition russe ces 20 dernières années. Le 24 février fut un réveil brutal et dramatique, mais certains, en France même, ne sont-ils pas encore plongés dans ce sommeil stratégique ? » a-t-il interrogé.

» Pour en savoir plus, lire : « Ukraine : les sénateurs saluent l’appel à la négociation d’Emmanuel Macron, mais ne se font pas d’illusion »

« La paix n’est pas la reddition, mais l’espoir »

Si les appels à la solidarité ont été partagés par l’écrasante majorité des orateurs, les prises de position de l’exécutif sur d’éventuelles négociations à mener – quand les Ukrainiens le jugeront bon – sont loin d’avoir enthousiasmé l’ensemble des groupes politiques. Des réactions d’autant plus intéressantes qu’elles épousent des clivages politiques assez inhabituels au Sénat, et dans la vie parlementaire et politique française en général.

Ainsi, Pierre Laurent, sénateur communiste de Paris, se retrouve à saluer le discours du Président sur le sujet, en estimant qu’il avait « eu raison de remettre le débat dans cette perspective. » La « perspective » en question, c’est « d’avoir le courage de ne pas abandonner l’exigence d’un cessez-le-feu le plus rapide possible sur le front. » Le sénateur communiste s’explique : « Faut-il se résigner à l’escalade ? Est-ce céder aux Russes ? Bien sûr que non, c’est faire en sorte que la voix de la diplomatie ne s’éteigne pas, et de ne pas s’enfermer dans une guerre sans perspective de fin et sans vainqueur parmi les peuples. »

Pour Pierre Laurent, le soutien militaire à l’Ukraine seul ne permettra pas de mettre un terme au conflit : « À ceux qui préconisent la guerre et son escalade, en faisant miroiter sa fin prochaine, dans quel pays la guerre a-t-elle apporté la solution promise ? Tous les pays qui y ont été confrontés sont en ruine et en proie à la violence, et pourtant les ennemis étaient tout aussi condamnables. La paix, ce n’est pas la reddition, mais l’espoir. Nous livrons des armes à l’Ukraine, mais qui peut assurer que ces livraisons massives assureront la résolution du conflit en cours ? »

« L’International des tyrans se reforme pour mettre à bas la démocratie »

Le président du groupe Les Indépendants, Claude Malhuret, qui a succédé à Pierre Laurent à la tribune, n’a pas semblé partager cet avis, loin s’en faut. « Le prochain axe de la propagande russe, c’est la paix », a-t-il prévenu, avant d’ajouter, à destination de son collègue communiste : « Nous venons d’en avoir un exemple à l’instant. » Le sénateur de l’Allier, fait de ces appels à la paix et à la négociation un héritage du « Mouvement pour la paix » orchestré par les Soviétiques dans les années 1930, et par « les idiots utiles : les Sartre, Aragon et les autres. »

Il n’est pas certain que Pierre Laurent récuse cette généalogie avec les compagnons de route des mouvements pacifistes d’entre-deux-guerres, mais en tout état de cause, Claude Malhuret en revient au présent : « On n’a pas fait assez attention au thème de la conférence de presse de Le Pen, porte-parole salariée du Kremlin, il y a quelques jours : il faut organiser une grande conférence pour la paix en Europe. Mélenchon ne dit rien d’autre, et pour cause, ils prennent leurs ordres au même endroit. »

La « deuxième guerre froide » ayant d’après lui « commencé », le président du groupe Les Indépendants file la métaphore, comme à son habitude : « Le seul côté positif de la guerre en Ukraine, c’est qu’elle nous ouvre les yeux : l’International des tyrans se reforme pour mettre à bas la démocratie. » Un combat qui sera « le vrai défi à venir, outre la crise climatique », aux yeux de Claude Malhuret.

« Nous demandons au Président de cesser d’invoquer une hypothétique table des négociations »

Guillaume Gontard, président du groupe écologiste au Sénat, est loin de partager la vision de l’écologie du sénateur de l’Allier. Pour autant, ils semblent se rejoindre sur l’attitude à tenir vis-à-vis de la Russie, de l’Ukraine et d’éventuelles négociations de paix à mener. « La victoire sera atteinte quand l’Ukraine aura retrouvé ses frontières de 1991 ou qu’elle décidera que ses objectifs atteints. Toute tentative de médiation avec le dictateur russe semble vaine. Poutine ne comprend que le rapport de force », a ainsi affirmé le sénateur écologiste de l’Isère.

Une façon de critiquer les déclarations récentes d’Emmanuel Macron à propos d’une paix « possible » par la négociation et la diplomatie : « La position française de ces derniers mois a parfois dérouté le gouvernement ukrainien et nombre de nos partenaires européens. Nous demandons au Président de la République de ne plus tergiverser, de cesser d’invoquer, comme un mantra, une hypothétique table des négociations. La France est trop engagée dans ce conflit, et Poutine se considère en guerre contre l’Occident, que nous le voulions ou pas. »

Une fois n’est pas coutume, Claude Malhuret, pourtant membre d’Horizons, et donc de la majorité présidentielle, abonde : « La volonté répétée de ne pas humilier la Russie, les tentatives de dialogue et les demandes de négociations risquent de brouiller notre engagement. Toute tentative de négociation avant le retrait total des troupes russes aboutirait à un nouveau conflit gelé. La seule façon d’apporter la paix, c’est la victoire de l’Ukraine et la défaite de Poutine. »

Dans la même thématique

APTOPIX Russia Ukraine War
5min

International

Guerre en Ukraine : « La Russie ne manifeste aucune intention de cesser ses frappes sur la population civile »

Verrons-nous des formateurs français sur le sol ukrainien ? Le sujet, discuté depuis plusieurs mois, est sensible, alors qu’une réunion en visio entre les ministres de la défense français et ukrainien sur l’envoi d’instructeurs a donné lieu à des déclarations contradictoires. Le Général Jérôme Pellistrandi, rédacteur en chef de la revue Défense nationale, estime qu’il s’agit d’une simple « question de timing ».

Le

Palestinians observe the destruction caused by the attacks of Israeli army on tents of displaced Palestinians living near the United Nations Relief
7min

International

Frappe sur Rafah : « Cette tragédie n’est pas forcément une surprise dès lors que l’objectif militaire d’Israël demeure d’éliminer la structure politico-militaire du Hamas »

Après huit mois de combats dans la bande de Gaza après les attaques du 7 octobre du Hamas, une frappe israélienne à proximité d’un camp de réfugiés a fait au moins 40 morts civils et plusieurs centaines de blessés. Du secrétaire général des Nations Unies à Emmanuel Macron les condamnations ont été unanimes, exhortant Israël a épargné les populations civiles alors que l’opération a d’ores et déjà causé plus de 36 000 morts. En parallèle, la demande d’émission d’un mandat d’arrêt par le procureur de la Cour pénale internationale contre Benyamin Netanyahou isole un peu plus l’État hébreu. Par ailleurs, la Norvège, l’Irlande et l’Espagne ont décidé de reconnaître la Palestine. Cette pression grandissante sur le gouvernement peut-elle faire évoluer la situation ? Eléments de réponse avec David Rigoulet-Roze, chercheur associé à l’Iris, spécialiste du Moyen-Orient et directeur de la revue Orients stratégiques.

Le

Ukraine : les appels à la négociation de l’exécutif font débat au Sénat
3min

International

Importations de gaz russe  : « Nous avons toujours un niveau insuffisant de sanctions », alerte François Hollande

Auditionné dans le cadre de la commission d’enquête sur les obligations climatiques de TotalEnergies, l’ancien président de la République a été questionné sur la poursuite des activités du groupe en Russie. Pour François Hollande, l’Union européenne doit suspendre les livraisons de gaz naturel liquéfié russe, « quoi qu’il en coûte ».

Le

Ukraine : les appels à la négociation de l’exécutif font débat au Sénat
4min

International

Européennes : « le scrutin pourrait se transformer en référendum pour ou contre Emmanuel Macron »

Combien serons-nous à voter le 9 juin prochain ? Lors des précédentes élections européennes seuls 50% des Français avaient fait le déplacement… Comment mobiliser davantage les Européens pour ce scrutin ? Vote obligatoire, droit de vote à 16 ans : des solutions sont testées dans certains Etats-membres. On en parle dans l’émission Ici l’Europe, sur France 24 et Public Sénat.

Le