Un cabinet Philippe très masculin, une dizaine de conseillers communs avec l’Elysée

Un cabinet Philippe très masculin, une dizaine de conseillers communs avec l’Elysée

Le cabinet d'Edouard Philippe à Matignon, très largement masculin, comprend 47 membres, dont "une dizaine" sont communs avec...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Le cabinet d'Edouard Philippe à Matignon, très largement masculin, comprend 47 membres, dont "une dizaine" sont communs avec celui d'Emmanuel Macron à l'Elysée, après une série de nominations parue mardi au Journal Officiel.

La présence de conseillers communs Elysée-Matignon est l'une des innovations du début de quinquennat Macron concernant les cabinets ministériels.

Outre une certaine limitation du nombre de conseillers, elle doit permettre de faciliter la coordination Elysée-Matignon, tandem toujours délicat sous la Ve République.

De facto, elle permettra aussi à Emmanuel Macron et à l'Elysée d'avoir une présence directe dans le cabinet du Premier ministre, ce qui n'était pas le cas lors du quinquennat Hollande.

"Une dizaine" de conseillers ont la double casquette, selon Matignon. Parmi eux figurent par exemple Cédric O, ancien trésorier lors de la campagne d'Emmanuel Macron, ou encore Diane Simiu, ancienne du WWF et du ministère de l'Ecologie chargée de l'écologie, selon la liste publiée au JO.

Le cabinet d'Edouard Philippe est notablement très masculin: on y décompte 34 hommes, dont le directeur de cabinet Benoît Ribadeau-Dumas et le directeur adjoint Thomas Fatome, pour seulement 13 femmes. Six des sept "chefs de pôle", conseillers plus importants, sont également des hommes.

Loin de la parité respectée au niveau gouvernemental, le déséquilibre hommes-femmes avait déjà été pointé ces derniers jours dans plusieurs autres cabinets ministériels.

Le nombre important de conseillers à Matignon contraste avec les limitations très importantes fixées pour les autres cabinets gouvernementaux.

A la suite de la formation du gouvernement, l'exécutif avait en effet pris des mesures drastiques pour limiter la taille des cabinets ministériels. Le nombre de conseillers ne peut ainsi pas excéder 10 pour un ministre, 8 pour un ministre délégué et 5 pour un secrétaire d'Etat.

En outre, pour mettre un terme à l'emploi de chargés de mission qui travaillaient au cabinet sans que leur nomination soit publique, l'exécutif s'était engagé à ce que les noms de tous les conseillers ministériels soient publiés au Journal officiel, limitant de facto encore plus strictement la taille des cabinets.

Auparavant, de nombreux conseillers gouvernementaux travaillaient en cabinet sans apparaître officiellement au JO.

Le nombre de conseillers à Matignon sous Edouard Philippe apparaît donc plus élevé qu'à l'époque de Manuel Valls ou de Jean-Marc Ayrault, mais en pratique le nombre de conseillers est similaire, selon des témoignages recueillis par l'AFP.

Dans la même thématique

France New Parliament
7min

Politique

Cafouillages à l’Assemblée nationale pour l’attribution des postes clés

Les députés procèdent ce vendredi à la nomination des membres du « Bureau » de l’Assemblée nationale, la plus haute autorité au Palais Bourbon. Un premier tour du scrutin visant à faire élire six vice-présidents a été annulé à cause du trop grand nombre de bulletins de vote recueillis au moment du dépouillement.

Le

Ursula Von Der Leyen Elected President of the European Commission for the Second Time, Strasbourg, Gallia – 18 Jul 2024
7min

Politique

Qu’est-ce que le « commissaire à la Méditerranée » qu’Ursula von der Leyen propose ?

Ursula von der Leyen vient d’être confortée par les députés européens pour un second mandat à la tête de la Commission. Dans son programme pour les 5 ans à venir, elle s'est engagée à créer un portefeuille de commissaire, séparé, dédié à la Méditerranée. Un premier pas timide pour renforcer les liens fragiles et distendus entre l’Union européenne et les pays de cette région

Le

Paris: Yael Braun-Pivet reelected National Assembly presiden
6min

Politique

Yaël Braun-Pivet réélue au perchoir : « Il faut que tout change pour que rien ne change », observent les sénateurs

Malgré un revers électoral aux dernières législatives, la candidate de la majorité sortante, Yaël Braun-Pivet a été réélue à la présidence de l’Assemblée nationale. Au Sénat, la gauche évoque « un hold-up démocratique ». Chez les LR et les centristes, c’est le soulagement de ne pas voir un membre du Nouveau Front Populaire qui domine.

Le