Un « Central park » à la place de la gare de l’Est : « Une attente très forte de nos concitoyens » estime Élisabeth Borne

Un « Central park » à la place de la gare de l’Est : « Une attente très forte de nos concitoyens » estime Élisabeth Borne

Candidat LREM à la mairie de Paris, Benjamin Griveaux a annoncé vouloir déplacer la gare de l’Est pour y aménager à la place un espace vert. Une proposition « qui fait écho à une attente très forte de nos concitoyens » de remettre de la nature en ville pour Élisabeth Borne.
Public Sénat

Par Océane Blanchard

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

La course pour les municipales à Paris se poursuit. Et du côté du candidat Griveaux, une nouvelle proposition a beaucoup fait parler d’elle cette semaine : il souhaite déplacer la gare de l'Est en périphérie et construire un parc de 30 hectares dans le Xe arrondissement. Une idée qui a soulevé des mécontentements, surtout dans l’est de la France.

Pour la ministre Élisabeth Borne, chargée de la transition écologique au gouvernement, « c’est une proposition qui fait écho à une attente très forte de nos concitoyens de donner une place plus importante à la nature en ville ».

« Je n’ai aucun doute que tous les candidats porteront des programmes forts sur l'écologie, et je m'en réjouis. Et puis pour ceux qui sont dans les grandes villes, ils auront à cœur de trouver des solutions pour répondre à cette inspiration de pas être coupé de la nature » ajoute-t-elle.

Interrogée sur l’impact négatif que pourrait avoir le déplacement d’une gare en périphérie, notamment sur une baisse de l’utilisation de ce transport par rapport à l’avion, Élisabeth Borne balaye l’argument. « Ce qu'il faut c'est qu'il y ait de très bonnes connexions avec les transports en commun, c'est ça que les gens qui viennent par le train, notamment de l'est de la France cherchent » détaille la ministre. « Mais le débat, il va se dérouler d'abord avec les Parisiens. »

Dans la même thématique

France Macron
10min

Politique

Européennes : comment l’accord entre l’UDI et Renaissance se « deale » au plus haut niveau

Ce sera officiel lors d’un conseil national de l’UDI, le 23 mars, mais le principe a été acté au plus au niveau. Le parti centriste va faire liste commune avec Renaissance pour les élections européennes. Emmanuel Macron a reçu en début d’année le sénateur Hervé Marseille, patron de l’UDI, pour conclure l’accord. Reste à définir les places sur la liste. Pour l’UDI, le nom de l’ex-sénatrice Valérie Létard est cité…

Le