Un conseiller de Hollande raconte le moment où il a appris son renoncement

Un conseiller de Hollande raconte le moment où il a appris son renoncement

Le conseiller de François Hollande Vincent Feltesse a raconté samedi sur son blog, dans une démarche inhabituelle pour un...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Le conseiller de François Hollande Vincent Feltesse a raconté samedi sur son blog, dans une démarche inhabituelle pour un conseiller de l'Elysée, le moment où il a appris par le président son renoncement à un second mandat.

Le 1er décembre au matin, M. Feltesse qui est chargé des relations avec les élus est appelé dans le bureau de François Hollande.

"Le président avait un texte sous les yeux, une déclaration", écrit-il. "Un texte imprimé. Avec, comme toujours, là encore, ses petites annotations manuscrites. En bleu."

"J’en devinais la tonalité. L’évidence s’était révélée par petite touche", poursuit-il. "Depuis lundi après-midi, un doute croissant nous habitait. Nous les trois qu’il avait fait venir pour nous débriefer de son déjeuner avec le Premier ministre: Jean Pierre Jouyet (secrétaire général de l'Elysée), Gaspard Gantzer (conseiller en communication) et moi…."

"En ce jeudi 1er décembre, (ce doute) n’existait plus. Le président était face à moi. Le texte sous le yeux. Il allait me le lire dans le silence permanent de l’Elysée", rapporte M. Feltesse.

"Avant de commencer, il me demanda de chronométrer. Le message pour être percutant doit être bref", souligne M. Feltesse.

"Cinq minutes et quarante-sept secondes plus tard, c’était donc fini. Le soir, à 20h00, l’allocution finale sera un peu plus longue. Cinq ans et six mois plus tôt, le 31 mars à Tulle, la déclaration de la candidature à l’élection présidentielle par les primaires citoyennes avait duré huit minutes et onze secondes", rappelle le conseiller qui a reçu "interdiction formelle d'en parler" avant l'heure.

Cette démarche, si elle ne révèle pas de secret d'Etat, est rare de la part d'un conseiller en poste à l'Elysée. Claude Guéant, quand il était secrétaire général à l'Elysée sous Nicolas Sarkozy, donnait toutefois des interviews, dont une la veille du discours de politique générale de François Fillon en juillet 2007.

Dans la même thématique

Un conseiller de Hollande raconte le moment où il a appris son renoncement
7min

Politique

Européennes : « La tentation d’un pacte brun, à la fois sur l’écologie et les idéologies, nous menace », alerte l’écologiste David Cormand

Dans la dernière ligne droite de la campagne des européennes, trois candidats, chacun à la seconde place de leur liste, sont venus sur le plateau d’Extra Local : Céline Imart pour la liste LR, David Cormand pour la liste des Ecologistes et Guillaume Peltier pour Reconquête. Ils se sont exprimés notamment sur l’immigration, la future présidence de la Commission européenne ou le nucléaire.

Le

French Prime Minister Gabriel Attal visit in Valence
7min

Politique

Délinquance des mineurs : après l’avoir supprimée, le gouvernement veut réintroduire la comparution immédiate

Un peu plus d’un mois après ses annonces destinées à « renouer avec les adolescents et juguler la violence », Gabriel Attal a esquissé des nouvelles pistes sur la justice pénale des mineurs qu’il souhaite voir intégrer dans un projet de loi d’ici la fin de l’année, notamment la possibilité d’être jugé à partir de 16 ans en comparution immédiate. Une procédure qui avait été supprimée lors de la réforme de la justice pénale des mineurs en 2021.

Le