Un député investi par REM épinglé pour l’utilisation de son indemnité plaide la bonne foi

Un député investi par REM épinglé pour l’utilisation de son indemnité plaide la bonne foi

Le député sortant du Calvados Alain Tourret, investi aux législatives par La République en marche (REM), a été épinglé par...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Le député sortant du Calvados Alain Tourret, investi aux législatives par La République en marche (REM), a été épinglé par Mediapart pour avoir utilisé son indemnité de frais de mandat à des fins "personnelles", mais le député plaide la bonne foi.

Le média en ligne pointe l'achat d'une télévision, de billets de cinéma, de parties de golf ou encore des dépenses dans un Club Med au Sénégal, avec l'indemnité pour frais liés au mandat (IRFM).

Le site d'information se fonde sur la publication des "MacronLeaks", plusieurs dizaines de milliers de documents internes de l'équipe d'Emmanuel Macron diffusés à la fin de la campagne, pour laquelle M. Tourret a notamment déposé plainte.

Le député, issu du Parti radical de gauche (PRG), a confirmé mardi avoir versé en mai "16.800 euros" de son compte personnel à son compte IRFM à la suite "de problèmes d'appréciation" dans la façon dont il a dépensé son IRFM. Cette somme comprend la TV à 4.974 euros à laquelle Mediapart fait allusion, a-t-il précisé lors d'une conférence de presse à Moult (Calvados) dont il est maire.

"En matière d'utilisation des fonds, il y a des usages qui sont évidents et il y a des usages qui ne sont pas du tout évidents", a ajouté le député. Une télévision achetée avec l'IRFM doit rester au bureau du député et non à son domicile, a-t-il donné en exemple.

M. Tourret a expliqué qu'il lui semblait normal d'inviter au restaurant des personnalités économiques ou politiques rencontrées sur son lieu de vacances. "Le travail de député, c'est jour et nuit, 365 jours sur 365 pendant cinq ans", a renchéri un de ses collaborateurs Serge Couasnon.

Le député a en outre affirmé que l'enquête de Mediapart n'est pas à l'origine du virement de 16.800 euros. Ce virement a certes été effectué après l'intervention de Mediapart mais il est selon lui l'aboutissement d'un démarche entamée "dès mars 2017" pour vérifier auprès d'un expert comptable que son IRFM avait bien été utilisée.

Le député indique aussi avoir saisi, après l'intervention de Mediapart, le déontologue de l'assemblée pour l'interroger sur l'utilisation de l'IRFM.

L'élu s'est dit victime d'un "acharnement". "Et tout ça pourquoi? Parce que je suis le seul dont tous les comptes ont été violés", a-t-il lancé.

Interrogé sur Public Sénat, le sénateur François Patriat, proche de M. Macron, a estimé qu'il s'agissait plus d'une "affaire morale qu’illégale", estimant que M. Tourret est "quelqu’un de profondément honnête".

Le député sortant, qui avait été suspendu de ses fonctions au PRG pour avoir appelé à soutenir M. Macron dès la primaire, a été investi par La République en marche dans la sixième circonscription du Calvados.

L’IRFM, de 5.373 euros nets mensuels pour les députés, est l'objet de polémiques régulières sur son éventuel usage à des fins personnelles.

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le

Operation Wuambushu a Mayotte : Demolition en cours d’un vaste bidonville – Operation Wuambushu in Mayotte: Ongoing demolition of a vast slum
8min

Politique

« Mayotte place nette » : « La première opération était de la communication et la deuxième sera de la communication », dénonce le sénateur Saïd Omar Oili

Le gouvernement a annoncé ce mardi 16 avril le lancement du dispositif « Mayotte place nette », un an après le maigre bilan de l’opération baptisée « Wuambushu ». Saïd Omar Oili, sénateur de Mayotte, regrette le manque de communication du gouvernement avec les élus du département et met en doute l’efficacité de ce « Wuambushu 2 ».

Le