Un jeune migrant se noie à Paris, Hidalgo interpelle le gouvernement

Un jeune migrant se noie à Paris, Hidalgo interpelle le gouvernement

Un jeune migrant est mort noyé dans la nuit de lundi à mardi dans le canal de l'Ourcq, dans le nord de la capitale où est...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Un jeune migrant est mort noyé dans la nuit de lundi à mardi dans le canal de l'Ourcq, dans le nord de la capitale où est installé un campement de migrants, un drame qui montre l'urgence d'une "mise à l'abri" selon Anne Hidalgo.

Les faits, révélés par France Bleu Paris, remontent à la nuit de lundi à mardi. "Un migrant a sauté volontairement dans le canal de l'Ourcq au niveau du quai de Valmy" vers 00H30, a indiqué une source policière.

Il a été sorti de l'eau par les pompiers vers 00H45 et son décès a été constaté vers 01H10, selon cette source. Il ne disposait d'aucun papier permettant de l'identifier.

Selon les témoignages sur place recueillis par la police, le jeune homme, âgé de 20 à 25 ans, serait de nationalité afghane et était "fortement alcoolisé".

"Des vies sont en jeu. L’État doit au plus vite mener une opération de mise à l'abri des migrants présents dans ces campements parisiens. C'est un devoir humanitaire. C'est aussi une nécessité d'ordre public. La Ville de Paris est prête à le soutenir dans cette démarche", a réagi mercredi sur Twitter la maire PS de la capitale, Anne Hidalgo.

"Nous craignions le pire, et le pire est arrivé. Nous sommes présents tous les jours avec nos équipes, et nous demandons depuis des mois aux autorités de prendre leurs responsabilités et de mettre les personnes à l'abri de toute urgence et en toute dignité", a tweeté pour sa part Terre d'Asile.

"Entre écœurement et colère, je ne sais que choisir. En deux ans, nous avons mis à l'abri plus de 30.000 personnes. J'ai du mal à croire que le +nouveau monde+ ne sache pas agir pour quelques milliers", a également dénoncé Emmanuelle Cosse, conseillère régionale d'Ile-de-France et ancienne ministre du logement de François Hollande.

Un autre corps avait été repêché le 6 mai dans le canal Saint-Denis, à hauteur d'Aubervilliers, selon deux sources policières. Il s'agit "d'un homme mais le corps en état de décomposition n'a pas été identifié", a relevé l'une de ces sources, précisant que "rien ne permet de dire s'il s'agit d'un migrant".

Installé depuis plusieurs mois le long du canal Saint-Denis, près de la porte de la Villette, ce campement a grossi jusqu'à compter 1.500 personnes environ qui vivent dans des conditions très insalubres, suscitant depuis plusieurs semaines une polémique entre la mairie et le gouvernement.

Dans la même thématique

Paris: Illustrations Assemblee nationale
6min

Politique

Faire une trêve politique pendant les JO : « C’est le cache-sexe du blocage politique de l’Assemblée » 

Gérard Larcher a demandé une « trêve politique » pendant les Jeux olympiques et paralympiques. Alors qu’aucun groupe politique ne dispose de majorité absolue à l’Assemblée nationale et que le président de la République n’a toujours pas nommé de Premier ministre, l’idée ne fait pas l’unanimité chez les présidents de groupes du Sénat, même si une trêve de fait risque bien de s’imposer.

Le

Defile militaire du 14 juillet – 14 TH July military parade during French national day
5min

Politique

Ministres démissionnaires et députés : la séparation des pouvoirs va-t-elle être malmenée ?

La démission du gouvernement Attal va être acceptée par le chef de l’Etat sûrement demain, juste avant l’ouverture de la XVIIe législature jeudi, à l’Assemblée nationale où siégeront des membres du gouvernement élus ou réélus députés. Mais alors que la gauche peine à s’accorder pour proposer le nom d’un candidat à Matignon, le gouvernement démissionnaire est parti pour durer quelques semaines, au risque de mordre sur le principe de la séparation des pouvoirs.

Le

Paris: Melenchon, Chikirou and Bompard arriving at the National Assembly
2min

Politique

La France Insoumise «  suspend » les négociations du NFP pour Matignon, accusant le PS de « blocage »

Dans un communiqué de ce lundi après-midi, la France Insoumise annonce se retirer des négociations. La gauche ne parvient pas à s’accorder sur le nom d’un candidat du Nouveau Front Populaire à envoyer à Matignon. Les Insoumis se refusent à une reprise des discussions tant qu’une candidature unique pour la présidence de l’Assemblée n’a pas été décidée. Très critique envers le Parti Socialiste, le communiqué l’accuse de « mettre un veto à toute candidature issue du Nouveau Front Populaire, dans le seul but d’imposer la sienne ».

Le