«Un peu long», «ambitieux», «rien d’original» : les réactions au discours d’Édouard Philippe

«Un peu long», «ambitieux», «rien d’original» : les réactions au discours d’Édouard Philippe

Certains ont été convaincus par le discours de politique générale, mais resteront « vigilants ». D’autres sont restés sur leur faim. D’autres encore dénoncent une continuité avec les précédents gouvernements.
Public Sénat

Temps de lecture :

7 min

Publié le

Mis à jour le

Durant plus d'une heure trente, Édouard Philippe a livré son discours de politique générale aux députés. Son texte a été lu dans les mêmes termes aux sénateurs par la voix de Gérard Collomb, le numéro deux du gouvernement. Mercredi, Édouard Philippe passera à son tour devant la Haute Assemblée, avec un discours probablement adapté aux sensibilités de la Haute assemblée. En attendant, les sénateurs livrent pour Public Sénat leur réaction au discours.

« J’espère que demain ce sera plus précis », déclare Roger Karoutchi

Discours de politique générale : «J’espère que demain ce sera plus précis», déclare Roger Karoutchi
01:46
Images : Jérôme Rabier

Le sénateur des Hauts-de-Seine Roger Karoutchi (LR) est resté sur sa faim après le discours d’Édouard Philippe. « Il y a quelques mesures concrètes. Ce qui manque incontestablement c’est la ligne directrice. Quelle est la ligne directrice ? On entend assez peu parler de la France, on entend assez peu parler de la nation », note le sénateur. « Comment le gouvernement va travailler avec le Parlement ? Pas un mot là-dessus. »

« Je pense qu’en réalité, demain, Édouard Philippe sait qu’au Sénat il n’a pas de majorité établie, il va peut-être un peu être plus précis, percutant, concret », anticipe-t-il.

Le sénateur Philippe Bas (LR) regrette la hiérarchie dans les propos du Premier ministre. « Après une heure de discours, Édouard Philippe aborde enfin la question du déficit et de la dette ».

« Il y a une ligne, quand on a été soutien d’Alain Juppé, dans laquelle on se retrouve aussi », pour Christophe Béchu (LR)

« Il y a une ligne, quand on a été soutien de Juppé, dans laquelle on se retrouve », pour Christophe Béchu (LR)
01:17
Images : Jérôme Rabier

L’accueil est plus positif chez son collègue Christophe Béchu. « Oui très clairement, j’aurais voté la confiance » : le sénateur Les Républicains du Maine-et-Loire valide le discours de politique du Premier ministre et reste « dans une forme de bienveillance », même si ce dernier était « un peu long » sur la forme.

« Il y avait des annonces concrètes et précises dans lesquelles on retrouve à la fois une partie des promesses du candidat Macron et  dans le même temps une ligne dans laquelle, quand on vient de la droite et du centre, quand on a été soutien d’Alain Juppé, on se retrouve aussi. »

Si le sénateur angevin relève un certain nombre d’éléments sur lesquels « on ne peut être que d’accord », et se dit « enthousiaste sur les orientations » du gouvernement, il exprime en revanche de « vraies inquiétudes » sur certains points « ambigus » selon lui : la proportionnelle, l’exonération de la taxe d’habitation ou encore le service national.

Fabienne Keller (LR), Macron-compatible elle aussi, se place sur la même ligne. « Je fais confiance à Édouard Philippe pour mener un quinquennat utile à la France », a-t-elle tweeté.

« Nous serons dans une approche positive mais extrêmement vigilante », annonce François Zocchetto (UDI)

François Zocchetto : « Nous serons dans une approche positive mais extrêmement vigilante »
00:37
Images : Yann Quercia

« Beaucoup de choses intéressantes » et « une grande ambition ». Le président du groupe Union centriste et sénateur-maire de Laval marque la même approche que son voisin Christophe Béchu.

« Le groupe de l’Union centriste se situe résolument dans un soutien au programme de réformes mais nous allons le faire de façon très vigilante et très indépendante », a-t-il précisé. Mais le plus dur reste à venir :

« Une telle ambition ne va pas être sans générer des difficultés, nous sommes impatients de voir comment le gouvernement va pouvoir lever toutes les difficultés qui se présentent devant lui. »

« Des choses intéressantes et puis en même temps des points d’alerte », résume Laurence Rossignol (PS)

Discours de politique générale : Laurence Rossignol redoute des privatisations
01:35
Images : Jérôme Rabier

Au groupe socialiste, Laurence Rossignol relève certains bons passages. « Il y a d’abord une intention qu’il faut souligner, qui est celle de réconcilier les Français avec l’Europe. »

« Pour le reste, on a un discours assez dense, mais qui va demander à être décliné et précisé », pointe la socialiste. « Comment on peut faire des dépenses nouvelles et faire moins de recettes, et tenir la baisse contre les déficits ? » Laurence Rossignol redoute notamment que l’État, pour tenir son budget, ne procède à des privatisations.

« Ce discours a confirmé ce qui était ma position : c'est-à-dire que je me serais abstenue […] Il y a dans ce que le gouvernement dit des choses intéressantes que l’on a envie de soutenir. Et puis en même temps, il y a des points d’alerte, sur les politiques sociales en particulier », s’inquiète l’ancienne ministre des Familles, de l'Enfance et des Droits des femmes (voir la vidéo).

Même sentiment pour Didier Marie, après ce « discours convenu ». « Maintenant, il faut attendre la déclinaison de tout cela, texte par texte. Je reste sur ma faim, pour ce qui est du domaine économique et en particulier sur le plan social ». » Je serai constructif mais je serai vigilant sur ces questions sociales », prévient-il.

Didier Marie (PS) : « Je serai constructif mais je serai vigilant sur ces questions sociales »
01:05
Images : Yann Quercia

Son collègue David Assouline a livré une analyse plus tranchée sur Twitter. « Qui peut nier que cette déclaration de politique générale, sur le plan économique et social est clairement de droite (diagnostic, arguments, mesures) ? »

 « Une très grande continuité avec les deux quinquennats précédents », pour Pierre Laurent (PCF)

« Une très grande continuité avec les deux quinquennats précédents », pour Pierre Laurent (PCF)
00:53
Images : Jérôme Rabier

Le secrétaire national du parti communiste juge qu’Édouard Philippe « n’a pas dit toute la vérité » lors de son discours, qui a manqué de « souffle », selon lui :

« Il y a un manque de précision évident, en particulier quand ça fait mal. Il y a un cap plus que jamais maintenu. On nous a beaucoup parlé de renouveau […] il y a en vérité au niveau des politiques d’austérité et des politiques d’écrasement de la dépense publique  une très grande continuité avec les deux quinquennats précédents. »

« Rien de nouveau sous le soleil, on va avoir 5 ans difficiles », réagit David Rachline (FN)

« Rien de nouveau sous le soleil, on va avoir 5 ans un peu difficiles », réagit David Rachline
00:44
Images : Yann Quercia

« Le discours sonne un peu creux, on attendait un certain nombre d’initiatives autres que l’augmentation du paquet de cigarettes et les vaccins obligatoires. Pour le reste on est dans le flou artistique », raille le sénateur Front national David Rachline, qui ne voit rien de nouveau :

« Rien d’original, les mêmes méthodes, les mêmes recettes que celles qui n’ont pas fonctionné ces 25 dernières années, c’est assez inquiétant […] On va avoir cinq ans à mon avis difficiles »

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le