Un sénateur alerte sur la situation financière de l’agence nationale de la recherche

Un sénateur alerte sur la situation financière de l’agence nationale de la recherche

Ce jeudi, le sénateur (LREM) Michel Berson, a présenté son rapport d’information sur «  L’agence national de la recherche et le financement de la recherche sur projets » (ANR). En quête de moyens financiers, l’agence connaît actuellement une profonde crise de défiance de la part des chercheurs.  Récente démission de son président ou encore perte de légitimité dans le milieu de la recherche. Le rapport du sénateur dessine des perspectives pour que l’organisme puisse faire peau neuve.
Public Sénat

Par Héloise Grégoire

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

C’est un hasard du calendrier. Ce rapport d’information est publié quelques jours après la démission du président de l’ANR. Une démission moins fracassante que celle du président des armées, mais tout aussi révélatrice. 

« L’ANR doit se poser la question de la pertinence de son existence » 

Créée en 2005, l’Agence nationale de la recherche (ANR)  est chargée de financer, pour le compte de l’État, des projets de développement dans différentes disciplines, désignées aux termes d’appels à projets compétitifs. L’ANR est une des grandes ambitions de l’État : promouvoir l’excellence française et permettre aux jeunes chercheurs d’y financer leur projet.

Or, depuis 8 ans, elle observe son budget drastiquement diminuer, passant de 650 millions d’euros en 2009 à 390 millions d’euros en 2016. « Aujourd’hui, l’ANR doit se poser la question de la pertinence de son existence (…) elle souffre d’un manque chronique de financements depuis plusieurs années et la question de sa survie est questionnée » explique Michel Berson.

Régulièrement, de jeunes chercheurs se sont vus refuser leur dossier, sans réelle explication « il faut également améliorer la transparence de la communication vis-à-vis de ces chercheurs(…) il faut leur expliquer les raisons de leurs échecs. Ces gens-là ont travaillé, se sont investis » peste le rapporteur.

«  Le nouveau Président de la République, paraît conscient du problème »

Pour  le sénateur LREM, le Président de la République paraît conscient du problème. Le 03 avril dernier, le candidat Emmanuel Macron, en réponse à un questionnaire, avait déclaré « la réduction opérée en début de quinquennat (en 2012) des moyens de l’ANR a été une erreur… je redonnerai  des moyens comparables à ceux des meilleures agences de financement de la recherche chez nos partenaires européens ».

Mais pour  les chercheurs, l’ANR arbore d’autres problématiques : «  L’ANR est pilotée par le haut, soit par les ministères.  L’agence définit, voire impose, les thèmes de recherches. Ce qui est problématique pour certains chercheurs qui aiment trouver leur thème de projet » nous explique au téléphone un directeur de recherche au Centre national de recherche scientifique (CNRS).

«  En France, environ 10 milliards sont  consacrés à la recherche, il faudrait que 1 milliard soit pour le financement de la recherche sur projets…cela ne se fera pas du jour au lendemain, notamment dans des périodes budgétaires très contraintes comme maintenant, mais selon mes recommandations, pour 2020, je fixe 850 millions de crédits d’interventions de l’ANR » préconise le rapporteur.

Pourtant, le 19 juillet dernier, Emmanuel Macron  a déclaré qu’aucun autre budget que celui des armées ne sera augmenté en 2018 ».

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le

Operation Wuambushu a Mayotte : Demolition en cours d’un vaste bidonville – Operation Wuambushu in Mayotte: Ongoing demolition of a vast slum
8min

Politique

« Mayotte place nette » : « La première opération était de la communication et la deuxième sera de la communication », dénonce le sénateur Saïd Omar Oili

Le gouvernement a annoncé ce mardi 16 avril le lancement du dispositif « Mayotte place nette », un an après le maigre bilan de l’opération baptisée « Wuambushu ». Saïd Omar Oili, sénateur de Mayotte, regrette le manque de communication du gouvernement avec les élus du département et met en doute l’efficacité de ce « Wuambushu 2 ».

Le