Un sommet franco britannique sur fond de crise migratoire

Un sommet franco britannique sur fond de crise migratoire

La question des migrants sera au cœur  du 35e sommet franco-britannique, ce jeudi, à Londres. Si Emmanuel Macron ne prône plus la remise en cause des accords du Touquet comme il le faisait en 2016, un nouveau traité comprenant une aide financière et un meilleur accueil des mineurs isolés devrait être signé.
Public Sénat

Par Simon Barbarit avec l'AFP

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

« Le jour où cette relation sera rompue, les migrants ne seront plus à Calais » avertissait fermement en 2016, le ministre de l’économie, Emmanuel Macron, à la veille d’un sommet franco britannique.  Deux ans plus tard, le Brexit a bien eu lieu, Emmanuel Macron a été élu président de la République, Theresa May a succédé à David Cameron et il n’est plus question de remettre en cause ces accords entrés en vigueur en 2004.

Signés par le ministre de l’Intérieur de l’époque, Nicolas Sarkozy,après la fermeture de Sangatte (le centre d’hébergement d’urgence humanitaire géré par la Croix Rouge), ces accords entraînent le blocage des migrants en France avant même de pouvoir effectuer leur demande d’Asile au Royaume Uni. Le contrôle aux frontières britannique se fait sur le territoire français avant la traversée vers l’Angleterre. Le Royaume-Uni ne faisant pas partie de l’espace Schengen, souhaitait ainsi interdire le passage de ses frontières aux non-ressortissants de l’Union européenne.

Le gouvernement britannique vient d’annoncer une augmentation de 44,5 millions de livres (50,5 millions d'euros) à sa contribution financière à Calais et sur les côtes françaises pour renforcer la sécurité à la frontière. Sur les quelque 2.000 mineurs pris en charge après le démantèlement de la « Jungle », le Royaume-Uni, qui s'était engagé à accueillir tous les enfants isolés ayant de la famille sur place et à étudier les dossiers des mineurs « vulnérables », en a finalement accueilli 769, selon les chiffres du ministère britannique de l'Intérieur. L'ONG France Terre d'Asile, elle, évoque 893 mineurs acceptés.

Lors de son déplacement à Calais, Emmanuel Macron avait prévenu que l'État « ne laissera pas se reconstituer une « jungle » comme celle qui a rassemblé jusqu'à 8.000 migrants avant d'être démantelée en 2016.

Sur le plateau de Sénat360, l’ancienne ministre socialiste des Français de l’étranger, Hélène Conway-Mouret, considère que l’absence de remise à plat des accords du Touquet constitue « un recul politique » de la part d’Emmanuel Macron. Jean Bizet, président LR de la commission des affaires européennes du Sénat « partage totalement » cette analyse. « 50 millions d’euros, ce n’est rien au travers du discrédit de toute la région autour de Calais » a-t-il affirmé. (voir la vidéo)

Jean Bizet, Hélène Conway-Mouret évoquent "le recul" d'Emmanuel Macron sur les accords du Touquet
02:26

Dans la même thématique

Un sommet franco britannique sur fond de crise migratoire
7min

Politique

Fonds Marianne : trois associations détaillent le bon usage de leurs subventions

Devant la commission d’enquête du Sénat, trois associations qui ont bénéficié du Fonds Marianne en 2021 ont décrit une collaboration productive avec le Comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation (CIPDR). Résultats à l’appui, les subventions ont permis de renforcer leur présence sur les réseaux sociaux pour contrer les discours de haine en ligne.

Le

Un sommet franco britannique sur fond de crise migratoire
9min

Politique

Immigration : « Si l’on veut que les choses avancent, il ne faut pas que le texte constitutionnel soit une ligne rouge », selon François-Noël Buffet

Alors que le ministre de l’Intérieur appelle « chacun à faire un pas » sur le texte immigration, le président LR de la commission des lois ne fait pas de la révision de la Constitution, mise sur la table par LR, une « ligne rouge ». Il préfère se concentrer sur l’autre proposition de loi. « Il faut distinguer les deux textes. Ils ne vivront pas ensemble ». Selon François-Noël Buffet, « le texte ordinaire, lui, peut arriver très très vite devant le Parlement, et singulièrement devant le Sénat ».

Le

Photo illustration carte vitale
10min

Politique

Quelles pistes pour la fusion de la carte Vitale et de la carte d’identité ?

Alors que la dématérialisation de la carte Vitale est en voie de généralisation, Gabriel Attal, le ministre des Comptes publics, souhaite fusionner cette dernière avec la carte nationale d’identité pour limiter le risque de fraudes aux prestations sociales. Mais ce dispositif, qui n’est pas sans faire écho à certaines propositions de la majorité sénatoriale de droite et du centre, pourrait se heurter à un certain nombre de difficultés techniques.

Le

Un sommet franco britannique sur fond de crise migratoire
6min

Politique

PPL Liot inconstitutionnelle ? « Yaël Braun-Pivet disait l’inverse il y a quinze jours », s’agace Bertrand Pancher (Liot)

Invité de notre matinale, Bertrand Pancher est revenu sur la proposition de loi d’abrogation de la réforme des retraites déposée par le groupe LIOT à l’Assemblée nationale. Le président du groupe s’inquiète des conséquences d’une irrecevabilité financière sur les droits de l’opposition et met en garde la majorité si elle empêchait un vote : une motion de censure pourrait être déposée.

Le