Une délégation de nationalistes corses en Catalogne pour assister au référendum

Une délégation de nationalistes corses en Catalogne pour assister au référendum

Une délégation d'élus et de représentants corses a prévu de se rendre en Catalogne pour assister dimanche au référendum d...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Une délégation d'élus et de représentants corses a prévu de se rendre en Catalogne pour assister dimanche au référendum d'autodétermination interdit par Madrid, a indiqué vendredi à l'AFP le député nationaliste de Haute-Corse Jean-Félix Acquaviva.

Le parlementaire ainsi que François Alfonsi, président de l'alliance libre européenne (alliance de partis politiques régionalistes en Europe, ndlr) et d'autres militants corses se rendront en Catalogne "en tant que visiteurs internationaux", a expliqué M. Acquaviva.

Il s'agit également d'un geste de "solidarité par rapport notamment au droit démocratique d'un peuple à décider de son avenir", a-t-il souligné, dénonçant "la tension qui existe" entre le gouvernement régional catalan et le pouvoir central espagnol, qui a interdit le référendum. "Quand on est démocrate (...), celui qui a toujours raison, c'est le peuple", a-t-il jugé.

La délégation a prévu de se rendre dans des bureaux de vote à Barcelone et dans le reste de la Catalogne.

Interrogé sur la possibilité d'organiser un scrutin similaire pour l'autonomie de la Corse, le député a répondu que cela "pourrait être une étape à venir", même si "les situations corse et catalane sont différentes", évoquant "les 7 millions d'habitants, la puissance économique et les 35 ans d'autonomie politique" de la Catalogne.

Selon lui, le premier acte sera les élections territoriales de décembre 2017 en Corse, qui doivent désigner la première collectivité unique de Corse, remplaçant les deux départements et la collectivité territoriale actuelle. Depuis les dernières élections en 2015, une coalition nationaliste dirige l'exécutif corse, et trois des quatre députés de Corse sont des nationalistes depuis les dernières législatives.

"Si on vote pour la majorité territoriale (nationaliste, ndlr) en décembre 2017, ça voudra dire que les Corses adhèrent à l'autonomie", juge-t-il. Une "autre étape", sera de "faire valider par le peuple le produit de la discussion" entre cette majorité et le gouvernement sur l'avenir de la Corse.

Dans la même thématique

Paris: Jordan Bardella  debate with France’s Prime Minister Gabriel Attal
9min

Politique

Ecologie : un séminaire du gouvernement pour « montrer que l’engagement n’a pas diminué »… à dix jours des européennes

Le premier ministre Gabriel Attal a rassemblé ses ministres pour « faire le bilan » de l’action de l’exécutif en matière d’environnement, avant des annonces attendues en juin sur le plan d’adaptation au réchauffement. De quoi faire une piqûre de rappel aux électeurs macronistes déçus, juste avant les européennes. Matignon plaide le « hasard de calendrier ».

Le

Une délégation de nationalistes corses en Catalogne pour assister au référendum
3min

Politique

Européennes : « Aujourd’hui, l’Europe est surtout guidée par des critères financiers », tance Pierre Larrouturou

38 listes pour 38 différentes visions de l’Europe. Alors que pour la majorité des listes, la campagne se fait en catimini, Public Sénat a décidé de vous permettre d’y voir plus clair, en vous présentant le programme de ces « petites » listes. Aujourd’hui, p arole à Pierre Larrouturou, tête de liste de « Changer l’Europe », qui défend « une Europe qui s’intéresse au bien-être, qui fait baisser les loyers, et qui améliore la vie quotidienne des gens ».

Le