Une députée LREM raconte une agression, Philippe en appelle à la “défense de la démocratie”

Une députée LREM raconte une agression, Philippe en appelle à la “défense de la démocratie”

Entourée de ses collègues et la voix tremblante, la députée LREM de Seine-et-Marne Michèle Peyron a partagé mardi dans l'hémicycle le récit d...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Entourée de ses collègues et la voix tremblante, la députée LREM de Seine-et-Marne Michèle Peyron a partagé mardi dans l'hémicycle le récit d'une agression subie samedi 25 janvier lors d'une cérémonie de voeux, le Premier ministre Edouard Philippe en appelant en réponse à la "défense de la démocratie".

"La cérémonie des vœux est un moment de convivialité, néanmoins c'est au cours de ces vœux qu'un citoyen m'a agressée verbalement et m'a menacée", a-t-elle relaté, lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale. Michèle Peyron en a profité pour remercier le maire et le major de gendarmerie qui sont intervenus pour empêcher un homme de s'en prendre à elle. Une plainte a été déposée lundi, a confié l'élue à l'AFP.

"Nous sommes témoins et victimes d'une constante augmentation de la violence dans les rapports sociaux et les comportements de nos concitoyens. Combien de collègues doivent encore être victimes ?", a-t-elle demandé, exhortant les membres de l'opposition à "sortir de leur mutisme" et à condamner ces agressions.

La députée LREM Michèle Peyron le 27 juillet 2017, à l'Assemblée nationale à Paris
La députée LREM Michèle Peyron le 27 juillet 2017, à l'Assemblée nationale à Paris
AFP/Archives

M. Philippe a vu à travers l'agression de la députée la question de "la limite de ce qui est acceptable dans le débat public", qui ne laisse "personne indifférent".

Le Premier Ministre a appelé à proscrire "la frontière de la menace physique", "quels que soient les partis auxquels nous adhérons".

"Nous devons dire que le débat peut être vif, que la controverse peut être dure, que la mise en cause a le droit d'être intense, mais que la frontière de la menace physique doit être proscrite", a-t-il martelé.

Derrière le respect des élus, c'est "la défense de la démocratie" selon le Premier ministre, un combat pour lequel l'ensemble des élus doit se montrer "à la hauteur".

Applaudi par les députés de la majorité, Edouard Philippe a conclu en affirmant que "ce combat, c'est celui de l'ensemble de ceux qui croient à la démocratie, parfois menacée."

Dans la même thématique

Une députée LREM raconte une agression, Philippe en appelle à la “défense de la démocratie”
4min

Politique

Liens du RN avec la Russie : « Je savais que le rapport de Renaissance serait injuste, pas qu’il serait malhonnête ! », dénonce Jean-Philippe Tanguy

Invité de la matinale de Public Sénat ce jeudi 5 juin, le député RN Jean-Philippe Tanguy rappelle avoir saisi la justice contre sa collègue, la députée Renaissance Constance Le Grip. Il lui reproche d’avoir éventé le contenu d’un rapport d’enquête sur les ingérences étrangères, qui dénonce notamment la proximité du RN et de la Russie.

Le

Une députée LREM raconte une agression, Philippe en appelle à la “défense de la démocratie”
2min

Politique

Retraites : « La Constitution a été respectée, je ne vois pas pourquoi deux mois après on reviendrait sur ce texte » s’étonne Philippe Manière.

La réforme des retraites a beau avoir été adoptée mi-avril sans vote du Parlement, les oppositions tentent toujours d’abroger un texte qu’elles estiment injuste. Les élus du groupe Libertés, Indépendants, Outre-mer et Territoires (LIOT) ont mis sur la table une proposition de loi visant à faire revenir l’âge légal à 62 ans. Mais avant son éventuel examen le 8 juin, la majorité présidentielle est parvenue ce mercredi à supprimer sa principale mesure en commission. Est-il normal de vouloir débattre d'une loi récemment adoptée par le Parlement ?

Le

7min

Politique

Sénatoriales 2023 dans le Pas-de-Calais : la multiplication des candidatures

Dans le Pas-de-Calais, les listes se dessinent petit à petit. Face à une gauche qui part en ordre dispersé, la stratégie du camp présidentiel est encore floue et suspendue à la candidature de l’ex-ministre Brigitte Bourguignon. La droite mise sur la continuité et réinvestit ses sortants dans une liste mêlant LR et UDI. Le RN espère bien obtenir un siège dans ce fief de Marine Le Pen, dans la foulée de la vague frontiste des législatives.

Le

Paris: Senate pension debat
8min

Politique

Immigration : que contiennent les deux propositions de loi LR ?

Les deux propositions de loi constitutionnelle et ordinaire présentées par les Républicains ont été déposées au Sénat cette semaine. Le texte ordinaire composé de plus de 56 articles reprend les mesures du rapport adopté par la commission des lois en mars avec quelques nouveautés sur la restriction du droit du sol et les procédures d’éloignement.

Le