Urgences : une volonté de traiter la problématique « dès l’été »

Urgences : une volonté de traiter la problématique « dès l’été »

La ministre de la Santé, Agnès Buzin, a reçu ce lundi les représentants des urgentistes, pour tirer les enseignements du drame de la mort de Naomie Musenga. Trois thèmes sont ressortis de la concertation, ainsi qu’un calendrier.
Public Sénat

Par Maud Larivière

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Agnès Buzin, ministre de la Santé, a reçu lundi les médecins urgentistes, autour du cadre de la mort de Naomi Musenga, décédée en décembre dernier, suite à une mauvaise gestion de sa prise en charge médicale. A l’issue de cette réunion, la ministre et les partenaires ont dégagé trois axes de travail : « la formation des professionnels », notamment ceux qui « travaillent au sein de la régulation », « le suivi des procédures » et « l’assurance qualité ». Une feuille de route sur ces trois thèmes sera remise à la ministre « d’ici le 1er juillet », de la part des représentants urgentistes. Un calendrier accéléré car « il y a un impératif de résultats » rappelle la ministre qui entend que cette problématique soit traitée « dès l’été ».

AGNES BUZIN URGENCES
01:07

Bernard Jomier, sénateur PS de Paris, estime que ce sont des réponses « nécessaires », mais qu’il ne faut pas extraire cet évènement du « contexte », qui est « que le SAMU a vu son nombre d’appels multiplié par plus de trois en une vingtaine d’années, au rythme d’ailleurs de la fréquentation des services d’urgence ». Pour le sénateur, il faut donc « une réponse plus large ». « Ce n’est pas qu’un manque de moyens, c’est aussi une question d’organisation. Les urgences, en France, sont beaucoup trop centrées sur l’hôpital, et sur une réponse unique » explique-t-il.

« Il faut mettre des réponses en amont, concernant la permanence des soins ambulatoires. Il faut aller vers des lieux de recours qui évitent d’aller systématiquement vers le SAMU et les urgences des hôpitaux » annonce-t-il.

Concernant le manque d’empathie de l’opératrice du SAMU, l’élu explique : Vous savez, moi je suis aussi professionnel de santé, qu’un professionnel de santé fasse une faute, ça existe, il faut que ça existe le moins possible, il faut bien sûr former à l’empathie, (…) mais alors il va falloir former aussi les ministres à l’empathie ».

Le socialiste appelle le gouvernement à prendre des décisions de fond, et à ne pas se focaliser sur cet « évènement, qui est tout à fait scandaleux », mais qui, finalement « reste un évènement isolé ».  

JOMIER URGENCES
03:40

François Braun, président de SAMU urgence de France, a déclaré à l’issue de cette réunion : « Je pense que nous avons été très bien entendus par la ministre. Nous avons, dans cette triste affaire, un devoir collectif, qui est d’améliorer la prise en charge au niveau des appels, du SAMU ».

180514-WEB-URGENCES2
00:19

Egalement présent, Patrick Pelloux, médecin et président des urgentistes de France, évoque les enjeux de l’élaboration de cette future feuille de route : « Il y a du moyen terme, parce que c’est ça que nos concitoyens attendent, avec une assurance qualité rapide, et du plus long terme, qui va être de discuter le fonctionnement des SAMU, avec un débat entre nous, sur le numéro unique, pour savoir quelles doivent être les évolutions des plateformes de régulation ».

180514-WEB-URGENCES1
00:12

Les propositions du Sénat concernant les urgences hospitalières n’ont pas, à ce jour, été prises en compte par le gouvernement.

Dans la même thématique

New Caledonia: Emmanuel Macron visit
6min

Politique

Nouvelle-Calédonie : « Parler aujourd’hui de l’organisation d’un nouveau référendum est totalement prématuré », selon Georges Naturel, sénateur (LR) loyaliste de Nouvelle-Calédonie

Alors que le Président de la République a atterri, il y a seulement quelques heures sur le sol calédonien, Public Sénat a pu contacter Georges Naturel, sénateur LR de Nouvelle Calédonie, se trouvant sur place. S’il regrette que cette visite intervienne « si tard », il salue la « bonne » intention pour restaurer un climat d’apaisement sur le « caillou ». Entretien.

Le

Urgences : une volonté de traiter la problématique « dès l’été »
3min

Politique

Attaque informatique en Nouvelle-Calédonie : « Il est temps de se protéger » des influences étrangères, appelle Claude Malhuret

Quelques heures après une cyberattaque de grande ampleur avant l’atterrissage de l’avion présidentiel à Nouméa, le président du groupe Les Indépendants au Sénat considère que le phénomène des influences étrangères sur le territoire français devient « massif ». « Il est temps d’arrêter notre déni », avertit-il.

Le