Ursula von der Leyen : « Nos sanctions ont dévasté l’économie russe »

Une semaine après avoir dévoilé de nouvelles mesures d’aides pour l’Ukraine, et des sanctions supplémentaires concernant la Russie – lors du sommet européen à Versailles le 11 mars-, la présidente de la commission européenne, Ursula von der Leyen, revient sur les impacts déjà perceptibles des mesures prises sur l’économie russe, au micro de Caroline de Camaret de France24 et Dominique Baillard de RFI.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Gel d’avoirs, saisies de biens d’oligarques et de députés proches de Vladimir Poutine, exclusion des banques russes du système d’échange financier mondial Swift, suspension du projet de gazoduc Nord stream 2, depuis le début du conflit en Ukraine, les 27 pays de l’Union européenne ont rapidement pris des sanctions économiques pour contraindre Vladimir Poutine à cesser la guerre.Aujourd’hui pour la présidente de la commission européenne Ursula von der Leyen, les effets se font sentir lourdement en Russie : « Trois semaines après le début de l’invasion la situation est dramatique : des villes ukrainiennes bombardées, trois millions de réfugiés, autant de personnes déplacées en Ukraine, des hôpitaux et des maternités détruites, c’est atroce. Mais le coût pour Poutine est également extrêmement élevé. Il a déjà perdu des milliers de soldats. Nos sanctions ont dévasté l’économie russe, des milliers de courageux citoyens russes s’opposent à la guerre. Poutine essaye de détruire l’Ukraine mais en fait il détruit l’avenir de son pays et de son peuple. »Un pays au bord de la banquerouteUn coût porté à l’économie russe important qui fait dire à la présidente de la commission européenne que le pays est proche de la banqueroute : « L’inflation monte en flèche, le rouble est en chute libre les entreprises quittent la Russie et les banques russes sont coupées des marchés financiers, le pays quasiment en état de cessation de paiement. »Revoir l’intégralité de l’émission en replay 

Dans la même thématique

Plenary session on the results of the EU summit at the European Parliament in Brussels.
11min

Politique

Européennes : qui est Valérie Hayer, future tête de liste Renaissance qui « coche toutes les cases » ?

Inconnue du grand public, l’eurodéputée sortante devrait mener la liste de la majorité présidentielle pour les européennes. Celle qui « connaît les dossiers », est présentée comme « bosseuse » et « pugnace », sachant trouver au Parlement des « compromis ». Fille d’agriculteur, cette ancienne collaboratrice parlementaire au Sénat a failli être élue sénatrice de la Mayenne. Spécialiste des questions financières, elle a travaillé sur le plan de relance européen de 750 millions d’euros. Elle devra faire ses preuves sur les plateaux face à Jordan Bardella.

Le