Vaccination obligatoire des soignants : les principaux groupes politiques du Sénat répondent favorablement à Jean Castex

Vaccination obligatoire des soignants : les principaux groupes politiques du Sénat répondent favorablement à Jean Castex

La droite sénatoriale, les centristes et les socialistes vont répondre favorablement à la consultation du Premier ministre. Les écologistes, eux, préféreraient « une obligation non contraignante ». Quant aux communistes, la position n’est pas encore arrêtée.
Public Senat GO&UP

Temps de lecture :

5 min

Publié le

Mis à jour le

Jean Castex doit recevoir leurs réponses sous peu. La semaine dernière, le Premier ministre a consulté les présidents des groupes parlementaires à propos de l’obligation vaccinale des soignants (et plus largement) et de l’extension du « pass sanitaire ». Résultat, les principaux groupes sénatoriaux sont favorables à cette mesure coercitive, censée relancer le rythme des vaccinations.

Pour Les Républicains, la réponse définitive ne faisait pas trop de doute. « Nous sommes une majorité à penser que les soignants et les personnels en Ehpad doivent être vaccinés. Il ne faut pas exclure la vaccination globale, selon l’évolution de la situation », résume le sénateur LR René-Paul Savary, à la sortie de la réunion de groupe ce mardi. « Gérard Larcher veut que la majorité sénatoriale parle d’une même voix », confiait vendredi l’entourage du président LR du Sénat. Les centristes sont également sur cette position. « A partir du moment où vous avez un problème de santé publique grave, il faut protéger les Français, y compris malgré eux », expliquait déjà la semaine dernière leur président, Hervé Marseille. Il compte également s’appuyer sur le pass sanitaire et souscrit aux propositions de la mission d’information du Sénat, qui recommande l’élargissement de l’obligation vaccinale aux 24-59 ans.

Débat plus prononcé à gauche

Sans surprise, les socialistes aussi approuvent les propositions du Premier ministre. Pour rappel, le sénateur apparenté socialiste Bernard Jomier préside la mission d’information favorable à l’élargissement de la vaccination obligatoire. Mais le débat a néanmoins été âpre au sein du groupe. La sénatrice Angèle Préville a voté contre, et Hélène Conway-Mouret a elle aussi exprimé sa désapprobation. « Nous avons eu un débat de plus d’une heure autour de Bernard Jomier. Il y a eu quelques réserves, mais un avis unanime sur l’idée de répondre à Jean Castex que nous sommes favorables à l’obligation vaccinale pour les soignants mais aussi pour les intervenants en Ehpad, sachant que nous voulons inscrire cette éventuelle décision du gouvernement dans un séquençage pour aboutir à ce que d’ici la fin de l’été, il n’y ait pas 40 millions de vaccinés mais qu’on soit à 45 voire 50 millions. Parce qu’aujourd’hui il y a encore 37 % des Français qui n’ont pas reçu une première dose », souligne le patron des sénateurs socialistes, Patrick Kanner, à la sortie du groupe. L’ancien ministre de François Hollande insiste particulièrement sur le ciblage des plus jeunes : « Les 12-17 ans sont des clients potentiels pour le développement du variant Delta, nous sommes à moins de 15 % de vaccinés. Donc il faut les encourager à aller se faire vacciner ». Ils valident aussi l’extension du pass sanitaire. « Le pass sanitaire est un bon outil. Si demain il devait y avoir des mesures de restrictions, par exemple s’il y avait une quatrième vague ou un couvre-feu, ceux qui auront fait l’effort doivent pouvoir considérer qu’ils ont des libertés liées à leur engagement personnel », estime Patrick Kanner.

Chez les écologistes, il y avait ce matin « autant de nuances que de membres du groupe », sourit une sénatrice écolo. Finalement, la position définitive est un compromis : une « obligation non contraignante », annonce le président du groupe, Guillaume Gontard. En bref, cela consiste à « informer chaque personnel soignant de la vaccination. S’ils refusent, ils doivent faire des tests deux fois par semaine comme en Suisse », développe le sénateur de l’Isère qui priorise toujours la « pédagogie » et une communication efficace auprès des « jeunes » plutôt que des mesures contraignantes. Même chose sur le pass sanitaire. Les écolos souhaitent s’en tenir « aux grands événements ». « Il ne faut surtout pas monter les uns contre les autres les vaccinés et les non vaccinés », prévient Guillaume Gontard.

Chez les communistes, la position n’est pas encore arrêtée. « Attendons le texte du gouvernement qui est déjà au Conseil d’Etat. Nous aurons également un échange avec le groupe communiste de l’Assemblée nationale. Discussions en cours… », fait savoir un sénateur du groupe. Quant aux Indépendants, menés par Claude Malhuret, ils sont favorables à tout : vaccination obligatoire pour tous « sans attendre septembre » et pass sanitaire.

Du côté de la majorité présidentielle, le président du groupe MoDem à l’Assemblée nationale, Patrick Mignola, s’est prononcé en faveur d’une vaccination obligatoire de tous les « professionnels les plus exposés » et en particulier des soignants, dans la matinale de Public Sénat ce mardi matin. « Les soignants qui ne souhaitent pas se faire vacciner, dans ce cas-là, ne viennent pas travailler », exhorte-t-il.

Dans la même thématique

Vaccination obligatoire des soignants : les principaux groupes politiques du Sénat répondent favorablement à Jean Castex
7min

Politique

Européennes : « La tentation d’un pacte brun, à la fois sur l’écologie et les idéologies, nous menace », alerte l’écologiste David Cormand

Dans la dernière ligne droite de la campagne des européennes, trois candidats, chacun à la seconde place de leur liste, sont venus sur le plateau d’Extra Local : Céline Imart pour la liste LR, David Cormand pour la liste des Ecologistes et Guillaume Peltier pour Reconquête. Ils se sont exprimés notamment sur l’immigration, la future présidence de la Commission européenne ou le nucléaire.

Le

French Prime Minister Gabriel Attal visit in Valence
7min

Politique

Délinquance des mineurs : après l’avoir supprimée, le gouvernement veut réintroduire la comparution immédiate

Un peu plus d’un mois après ses annonces destinées à « renouer avec les adolescents et juguler la violence », Gabriel Attal a esquissé des nouvelles pistes sur la justice pénale des mineurs qu’il souhaite voir intégrer dans un projet de loi d’ici la fin de l’année, notamment la possibilité d’être jugé à partir de 16 ans en comparution immédiate. Une procédure qui avait été supprimée lors de la réforme de la justice pénale des mineurs en 2021.

Le