Vague de démissions au micro-parti “Les Émergents” fondé par Jacline Mouraud

Vague de démissions au micro-parti “Les Émergents” fondé par Jacline Mouraud

Plusieurs membres du bureau fondateur du parti "Les Emergents", fondé en janvier par Jacline Mouraud figure des "gilets jaunes",...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Plusieurs membres du bureau fondateur du parti "Les Emergents", fondé en janvier par Jacline Mouraud figure des "gilets jaunes", ont annoncé mardi leur démission, mettant notamment en cause "le culte de la personnalité" de la dirigeante.

"L'attitude et les prises de positions récentes de Mme Mouraud ne semblent plus en lien avec nos visions humaines et progressistes: absence de concertation, directives confuses, culte de la personnalité, manque de transparence financière et relationnelle...", peut-on lire dans un communiqué signé par les anciens secrétaire, trésorier et conseiller presse du parti.

"Elle a mis un logo avec un M en allusion à Mouraud", a aussi expliqué Stéphane Baldan, ex-conseiller presse.

Jacline Mouraud, Bretonne de 51 ans, a été à l'origine d'une vidéo virale postée en octobre sur Facebook qui avait dénoncé "la traque aux automobilistes" et avait ainsi initié le mouvement des "gilets jaunes". En janvier, elle avait fondé à Orléans "Les Emergents" parti qui souhaitait "refaire de la politique avec du coeur et de l'empathie".

Contactée par l'AFP, Mme Mouraud a dit "prendre acte" de ces départs. "Je n'ai pas à prendre position. Je ne me rebelle pas contre ces événements qui font partie de la vie naturelle d'un parti", a-t-elle réagi. Elle a contesté qu'il s'agissait de quatre des six membres fondateurs du parti, comme expliqué par les démissionnaires, car selon elle le bureau fondateur n'était constitué que de trois personnes.

D'après M. Baldan, le parti compte "entre 30 et 40 adhérents". Jacline Mouraud n'a pas souhaité elle communiquer de chiffres.

"Les Emergents", qui ne figurera pas aux élections européennes, compte être présent aux municipales de 2020.

Dans la même thématique

Migration Europe
6min

Politique

Pacte européen asile et migration : qu'ont voté les eurodéputés français ?

Soutenu par les sociaux-démocrates et la droite européenne, le pacte asile et migration a été adopté au Parlement européen. Mais, contrairement à leurs collègues des autres États membres, Raphaël Glucksmann et François-Xavier Bellamy – têtes de liste socialiste et Les Républicains – se sont opposés au texte.

Le

Paris: weekly session of questions to the government at the Senate
3min

Politique

RIP sur l’immigration : pour Bruno Retailleau, le Conseil constitutionnel « outrepasse son rôle »

Les Républicains s’en prennent une nouvelle fois au Conseil constitutionnel après avoir vu leur proposition de référendum d’initiative partagée (RIP) sur l’immigration invalidée par les Sages. « Un nouveau tournant » pour le patron de la droite sénatoriale qui avait déjà eu des mots assez durs à l’égard de la plus haute juridiction lors de la large censure de la loi immigration.

Le

Paris: The political party LR Les Republicains organized an economic evening
4min

Politique

RIP sur l’immigration : le Conseil constitutionnel rejette la demande des LR

Les Républicains avaient recueilli le nombre de signatures de parlementaires nécessaires pour lancer un référendum d’initiative partagée sur l’immigration. Leur proposition de loi référendaire visant à conditionner certaines prestations sociales aux étrangers en situation régulière a été jugée non conforme à la Constitution par le Conseil Constitutionnel.

Le