Vallaud-Belkacem: Macron, une aventure qui “va se dégonfler”, “c’est une impasse”

Vallaud-Belkacem: Macron, une aventure qui “va se dégonfler”, “c’est une impasse”

La ministre de l’Éducation, Najat Vallaud-Belkacem, a estimé lundi sur France Inter que le chemin proposé par Emmanuel Macron...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

La ministre de l’Éducation, Najat Vallaud-Belkacem, a estimé lundi sur France Inter que le chemin proposé par Emmanuel Macron était une "impasse", pronostiquant une décrue de ses "troupes sondagières" quand viendra le moment de la "clarification".

"Quand je prends l'aventure assez solitaire d'Emmanuel Macron, au fond (...) c'est : je rassemble dans mon camp l'ancien directeur de campagne de Bruno Le Maire (Jérôme Grand d'Esnon, NDLR)" et "des élus socialistes ou de gauche. Ça n'est pas possible. A terme, va arriver le moment de la clarification, et vous verrez qu'une partie des actuelles troupes sondagières d'Emmanuel Macron ne se reconnaîtra plus dans ce projet et donc reviendra, c'est mon pari, pour ce qui est des socialistes, vers le Parti socialiste", a expliqué la ministre, au lendemain de l'investiture du socialiste Benoît Hamon.

"Moi, le +ni droite ni gauche+, le +et de droite et de gauche+, je ne sais pas ce que c'est. Et d'ailleurs c'est intéressant de voir que ça commence à patiner en réalité cette campagne, pour une raison simple, c'est que s'il met autant de temps et a autant de difficultés à sortir un projet véritable, c'est qu'il a bien conscience qu'il va forcément déplaire à une partie de ceux qui le soutiennent", a ajouté la ministre.

Selon elle, "on ne peut pas avoir dans son camp, et des gens qui considèrent qu'il faut absolument réduire la dépense publique, et des gens qui considèrent qu'il faut investir dans l’Éducation nationale, dans les services publics, ça n'existe pas".

"Est-ce qu'on va prendre le pari d'aventures hasardeuses qui risquent de se dégonfler parce que c'est une impasse ? Je pense que le socle c'est le Parti socialiste (...) Maintenant que nous avons un candidat (...) il faut se rassembler autour de lui", a-t-elle affirmé au sujet de M. Hamon.

Sur RMC, le président du groupe PS à l'Assemblée Olivier Faure a aussi envoyé des piques à Emmanuel Macron. "Finalement, Emmanuel Macron c'est un peu une Ferrari dont on a bridé le moteur (...) Il y a une enveloppe formidable, un charisme, des moyens, un décor", mais "on retrouve finalement toujours les mêmes, tous ceux qui ont toujours été au pouvoir", a-t-il attaqué, citant l'économiste Alain Minc, l'ancienne ministre de Jacques Chirac Anne-Marie Idrac, M. Grand d'Esnon.

Dans la même thématique

Elections Legislatives panneaux d affichage a Nice
10min

Politique

Législatives : comment les politiques se positionnent face à l’hypothèse d’un second tour contre l’extrême-droite ?

Face à l’avance considérable du Rassemblement national et de ses alliés dans les sondages, de nombreux hommes et femmes politiques se sont prononcés sur l’hypothèse de duels ou de triangulaires impliquant le parti d’extrême-droite. Côté majorité, on se dirigerait vers une stratégie « ni RN, ni LFI », mais rien n'est tranché.

Le

Diminuer la part française au budget de l’Union, la promesse incertaine du Rassemblement national
8min

Politique

Diminuer la part française au budget de l’Union, la promesse incertaine du Rassemblement national

Le programme de Jordan Bardella intègre dans son programme le rabais de la contribution française à l’Union, qu’il compte obtenir auprès de ses partenaires. Problème : le budget pluriannuel européen vient à peine d’être renégocié, ne laissant aucune fenêtre de tir crédible avant deux bonnes années. Sans compter que les tractations budgétaires sont les plus sensibles qui soient entre les Vingt-Sept.

Le

Matignon Reunion des premiers ministres francais et estonien
5min

Politique

Législatives 2024 : à quoi pourrait ressembler un gouvernement technique ?

Ce serait une première en France. Un scénario inédit sous la Vème république. En cas d’absence de majorité absolue à l’issue des élections législatives anticipées, Emmanuel Macron pourrait nommer un gouvernement technique composés de hauts fonctionnaires et d’experts, afin d’éviter un immobilisme total à la tête du pays.

Le