Valls à l’adresse de Fillon: “la religion relève de l’intime”

Valls à l’adresse de Fillon: “la religion relève de l’intime”

Manuel Valls critique lundi dans un entretien au Parisien le fait que François Fillon ait argué de son christianisme pour...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Manuel Valls critique lundi dans un entretien au Parisien le fait que François Fillon ait argué de son christianisme pour expliquer certains choix politiques, jugeant que "qualifier son projet de catholique", "c'est faire monter les communautarismes".

"Pour la première fois, un homme politique définit son projet comme catholique", relève l'ancien Premier ministre, candidat à la primaire initiée par le PS. "Je respecte les convictions de chacun", assure-t-il, tout en jugeant que "la religion relève de l'intime".

"Nous sommes un pays aux racines chrétiennes, avec l'une des communautés juives les plus anciennes, et où l'islam est la deuxième religion, mais nous sommes aussi un pays laïque", développe-t-il.

"Qualifier son projet de catholique, c'est le contraire de ce que nous sommes. Et c'est faire monter les communautarismes".

Manuel Valls dénonce à nouveau "cette mode du voile comme un étendard politique", expliquant qu'il "propose une charte de la laïcité, adossée à la Constitution, rappelant les grand principes".

"Tout ne peut pas passer par l'interdit", affirme-t-il. "Il y a une montée du communautarisme dans nos quartiers populaires, une montée de l'influence de l'islamisme radical. C'est une bataille politique et culturelle qui est engagée. Il faut la gagner par la loi mais aussi en soutenant l'éducation populaire, les associations laïques (...)".

Manuel Valls, qui arriverait en tête du premier tour de la primaire mais serait battu au second par Arnaud Montebourg, selon un sondage publié dimanche, confie aussi qu'il "ne croit pas" être le favori. "Je suis là pour gagner. Je ne sais pas si je suis favori, je ne le crois pas".

Dans la même thématique

France Macron
10min

Politique

Européennes : comment l’accord entre l’UDI et Renaissance se « deale » au plus haut niveau

Ce sera officiel lors d’un conseil national de l’UDI, le 23 mars, mais le principe a été acté au plus au niveau. Le parti centriste va faire liste commune avec Renaissance pour les élections européennes. Emmanuel Macron a reçu en début d’année le sénateur Hervé Marseille, patron de l’UDI, pour conclure l’accord. Reste à définir les places sur la liste. Pour l’UDI, le nom de l’ex-sénatrice Valérie Létard est cité…

Le