Valls dément s’apprêter à appeler à voter Macron

Valls dément s’apprêter à appeler à voter Macron

Manuel Valls a démenti lundi soir s'apprêter à appeler à voter Emmanuel Macron avant même le premier tour de la présidentielle, à...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Manuel Valls a démenti lundi soir s'apprêter à appeler à voter Emmanuel Macron avant même le premier tour de la présidentielle, à la veille d'une nouvelle réunion mardi de ses proches divisés par la question d'un possible soutien.

Interrogé sur un article du Parisien à paraître mardi, intitulé "Présidentielle: Valls va appeler à soutenir Macron dès le premier tour", laissant entendre qu'il pourrait le faire dès ce mardi, l'ancien Premier ministre a indiqué à l'AFP "avoir fait démentir cette information" par son proche entourage.

"Rien dans cet article n'est vrai, en dehors du fait qu'il y a une réunion mardi (bien mardi)", a affirmé à l'AFP Carlos da Silva, bras droit et suppléant de M. Valls à l'Assemblée nationale.

Cette réunion doit avoir lieu en fin de journée à huis clos à l'Assemblée, avec entre 200 à 300 personnes attendues.

Selon des sources concordantes parmi les proches de l'ex-Premier ministre, plusieurs lignes s'affrontent parmi eux quant à l'attitude à adopter, alors qu'Emmanuel Macron est bien placé pour affronter Marine Le Pen au second tour selon les sondages, que François Fillon est fragilisé par l'affaire des emplois présumés fictifs et que le vainqueur de la primaire socialiste Benoît Hamon apparaît distancé.

"C'est partagé chez les vallsistes", résume l'un d'entre eux, entre ceux qui défendent une posture légitimiste, même "silencieuse", en faveur de Benoît Hamon, ceux qui défendent un ralliement à Emmanuel Macron s'il parvient au second tour, et ceux qui poussent pour un soutien avant le premier tour.

"Manuel a une volonté, c'est d'éviter que Marine Le Pen gagne la présidentielle, et il considère que le plus mauvais candidat pour le faire, c'est François Fillon", explique ce proche soutien à la primaire, qui s'inquiète des "casseroles" du candidat de droite.

Pour cette raison, pense le même, M. Valls pourrait finalement choisir de donner un coup de pouce à Emmanuel Macron en appelant à voter pour lui avant le premier tour, mais seulement si l'hypothèse d'un second tour Fillon-Le Pen se renforçait.

Après une première réunion peu après sa défaite à la primaire fin janvier, Manuel Valls, en retrait de la campagne, avait à nouveau réuni ses proches fin février.

S'il les avait à nouveau appelé à "rester ensemble", formule visant à empêcher un exode chez Emmanuel Macron, il avait exprimé son "inquiétude" quant à l'accord passé avec EELV par Benoît Hamon, qui peine à avoir un soutien clair et uni des socialistes derrière lui.

Dans la même thématique

Valls dément s’apprêter à appeler à voter Macron
3min

Politique

« La France aux abonnés absents le mois où tout se joue dans l’Union » selon l’eurodéputé socialiste Christophe Clergeau

Alors que la montée de l’extrême droite en Europe a été limitée aux élections européennes (quelques dizaines de sièges de gagnés pour les groupes de droite radicale sur les 720 du Parlement européen), le score du Rassemblement national et de Reconquête (37% des voix au total) en France représente un séisme politique en France mais aussi dans l’Union européenne. Le Premier ministre polonais et pro-européen Donald Tusk, malgré la victoire de son parti dimanche contre la droite ultraconservatrice du PiS (Droit et Justice), a fait part de « sa terrible tristesse » après l’annonce de la victoire de l’extrême droite en France.

Le

France : Conference de presse Nouveau Front Populaire
6min

Politique

Le programme des 100 premiers jours du « Nouveau Front populaire » 

Pouvoir d’achat, salaire, énergie, Gaza… Le « Nouveau Front populaire », qui rassemble les principaux partis de gauche, a dévoilé les mesures-clés de son programme commun de gouvernement en cas d’accession au pouvoir à l’issue des législatives anticipées.

Le

France : Conference de presse Nouveau Front Populaire
5min

Politique

Nouveau Front populaire : la répartition des circonscriptions est bouclée, les partis désignent leurs candidats

Dans la soirée de jeudi, le Parti socialiste, la France insoumise, le Parti communiste et les Ecologistes, ainsi que plusieurs autres petits partis de gauche, ont scellé leur accord, actant la naissance du Nouveau Front populaire pour faire face au Rassemblement National. Dépassées, donc, les querelles sur les répartitions des circonscriptions. Pourtant, plusieurs cas posaient problème.

Le