Valls et Juppé : deux manières de réagir face à la défaite

Valls et Juppé : deux manières de réagir face à la défaite

La défaite en politique est un moment délicat pour le vaincu.En un temps très court, il doit faire face aux médias, quitter la scène sans insulter l’avenir et, dans le cas d’une primaire interne, mettre en place les éléments de langage lui permettant de projeter le vainqueur dans une dynamique favorable pour la suite de la campagne, en lui souhaitant notamment bonne chance.
Public Sénat

Par Guillaume Gosalbes

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Un discours en trois temps

Battu par Benoît Hamon lors du second tour de la primaire de la Belle Alliance, Manuel Valls s’est livré à cet exercice compliqué. L’ancien Premier ministre s’est tout d’abord montré souriant « tel un boxeur qui vient de livrer un combat et qui est soulagé que celui-ci se termine » comme le relève Pierre Prévôt-Leygonie, conseiller en communication. Puis il a disséminé dans son discours des messages subliminaux à destination du vainqueur, « comme un boxeur qui revient à la charge ».

Dans un troisième temps, Manuel Valls évoque sa famille. Un moyen de « s’humaniser, mais sans céder » pour Sébastien Bohler, journaliste spécialiste en neurosciences et rédacteur en chef de la revue Cerveau & Psycho. Pour lui, cette manière de rester maître de sa personne peut notamment s’expliquer par le fait que le candidat a eu une semaine pour se préparer à une éventuelle défaite.

Extrait - Déshabillons-les - La défaite en politique
01:10




Alain Juppé et la dénégation du regret

Tout le contraire d’Alain Juppé, qui, pour Sébastien Bohler, ne vit pas la défaite de la même façon. Une débâcle inattendue et synonyme de fin du rêve présidentiel, pourtant mise en perspective par le maire de Bordeaux quelques semaines après cet échec à la primaire de la droite et du centre lors de ses vœux adressés à la presse. Ce dernier affirme alors tirer les leçons de son échec et n’en garder « ni regrets ni amertume ».

Une réaction qui résulte d’une dénégation du regret pour Sophie Cadalen. D’après la psychanalyste, « avoir à ce point besoin de le préciser, si nettement, si assurément, laisse à penser que bien sûr il y a des regrets, de la rancœur, de la rage » chez Alain Juppé. Des sentiments que le candidat malheureux tente de ravaler en citant Les vertus de l’échec de Charles Pépin. Un livre qui amène le lecteur à tirer parti de ses échecs pour mieux rebondir et accéder à la réussite, comme le rappelle Christian Delporte, professeur d’histoire politique à l’université de Versailles- Saint-Quentin.

Manuel Valls déjà tourné vers 2022 ?

Accepter la défaite, prendre du recul pour mieux rebondir et se réinventer, tel est le credo de l’ancien Premier ministre comme l’explique Sébastien Bohler : «  Il a intégré le fait que la défaite est une chose dans sa vie, qu’elle fait partie de la vie politique et qu’elle ne le marque pas au fer rouge ».

Si cette campagne présidentielle est, pour Alain Juppé, la fin d’une ambition, c’est au contraire le début de quelque chose pour Manuel Valls. Pour Christian Delporte, le maire d’Evry « va prendre du recul, ce qui est la meilleure façon de rebondir et de revenir ».

Dans la même thématique

Brussels Special European Council – Renew Europe
10min

Politique

Européennes 2024 : avec son discours de la Sorbonne 2, Emmanuel Macron « entre en campagne », à la rescousse de la liste Hayer

Emmanuel Macron tient jeudi à la Sorbonne un discours sur l’Europe. Si c’est le chef de l’Etat qui s’exprime officiellement pour « donner une vision », il s’agit aussi de pousser son camp, alors que la liste de la majorité patine dans les sondages. Mais il n’y a « pas un chevalier blanc qui va porter la campagne. Ce n’est pas Valérie Hayer toute seule et ce ne sera même pas Emmanuel Macron tout seul », prévient la porte-parole de la liste, Nathalie Loiseau, qui défend l’idée d’« un collectif ».

Le

Jordan Bardella visite Poste-Frontiere de Menton
5min

Politique

Elections européennes : la tentation des seniors pour le vote RN, symbole de « l’épanouissement du processus de normalisation » du parti, selon Pascal Perrineau

Alors que la liste menée par Jordan Bardella (31.5%) devance de plus de 14 points la liste Renaissance, menée par Valérie Hayer (17%), selon le dernier sondage IFOP-Fiducial pour LCI, le Figaro et Sud-Radio, le parti de Marine Le Pen, mise désormais sur l’électorat âgé, traditionnellement très mobilisé pour les élections intermédiaires. Désormais deuxième force politique chez les plus de 65 ans (le RN conquiert 24% de cet électorat, 7 points de moins que Renaissance), la stratégie semble porter ses fruits. Décryptage avec le politologue Pascal Perrineau, professeur émérite à Sciences Po Paris et récent auteur de l’ouvrage Le Goût de la politique : Un observateur passionné de la Ve République, aux éditions Odile Jacob.

Le

Mairie de Paris, Jeux Olympiques 2024
4min

Politique

JO 2024 : les agents de sécurité privée vont-ils faire défaut ?

A trois mois des Jeux Olympiques, des incertitudes planent sur le nombre d’agents de sécurité privée mobilisés. Le préfet de police de Paris, Laurent Nunez indique « ne pas être inquiet pour l’instant ». Du côté des professionnels du secteur, on évalue un manque de 8 000 agents sur 40 000 nécessaires.

Le