Valls sur France 2: Peillon s’étonne d’un “traitement de faveur”

Valls sur France 2: Peillon s’étonne d’un “traitement de faveur”

Vincent Peillon "s'étonne du traitement de faveur" réservé par France 2 à Manuel Valls, invité de "L'Emission politique" le 5...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Vincent Peillon "s'étonne du traitement de faveur" réservé par France 2 à Manuel Valls, invité de "L'Emission politique" le 5 janvier, a indiqué lundi à l'AFP l'entourage de l'ancien ministre de l'Education, confirmant une information du JDD.

"On s'étonne -comme les autres candidats- du traitement de faveur dont bénéficie Manuel Valls, d'avoir une émission de deux heures le 5 janvier", une semaine avant le premier débat de la primaire du PS et de ses alliés, a-t-on indiqué.

"Cela crée de fait une inégalité de traitement", a insisté cette source.

"En tant que défenseur de l'indépendance du service public, je vais tout faire pour que cette règle d'impartialité soit respectée", avait prévenu dimanche dans le JDD le directeur de campagne de M. Peillon, Patrick Bloche, par ailleurs membre du conseil d'administration de France 2.

Manuel Valls sera l'invité de L'Emission politique de France 2 le 5 janvier. Benoît Hamon l'a été le 8 décembre et Arnaud Montebourg le 22 septembre.

M. Peillon a déclaré sa candidature à la primaire du PS le 11 décembre, quelques jours avant la date butoir pour le faire.

Interrogé par l'AFP, l'entourage de M. Hamon a indiqué ne pas avoir de commentaire particulier à faire sur l'invitation de M. Valls. Celui de M. Montebourg a rappelé que l'ancien ministre du Redressement productif avait déjà participé à l'émission.

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le