Valls/Hamon : après les attaques, place au débat ?

Valls/Hamon : après les attaques, place au débat ?

A quelques heures du débat d’entre deux tours, la tension est à son comble entre les deux finalistes de la primaire. L’équipe de Benoît Hamon demande au Premier secrétaire du PS d’ « intervenir » suite aux « dérapages inacceptables » du camp de Manuel Valls.
Public Sénat

Temps de lecture :

5 min

Publié le

Mis à jour le

« La gauche est grande et belle quand elle parle à tous les Français, quand elle rassemble, quand son destin se confond avec celui de la France ». Le 5 décembre dernier à Evry, Manuel Valls donnait le ton de sa courte campagne pour la primaire de gauche. Le renoncement  surprise de François Hollande le conduit à cette évidence : il est désormais le seul candidat capable de rassembler sa famille politique. Et tant pis, s’il y a peu, l’ancien Premier ministre théorisait « les gauches irréconciliables ». Sur France 2, en ce début d’année, il confessait humblement : « bien sûr, que j’ai changé ». Durant les premiers jours de la campagne, ses thèmes de prédilection comme la laïcité ou l’autorité de l’Etat sont mis en sourdine, l’ancien Premier ministre a même la main lourde quand il s’agit de donner des gages de son « changement ». Parmi ses propositions, la suppression de l’article 49.3 de la Constitution, surprend, provoque la raillerie de ses concurrents, mais ne fédère pas. A partir de là, un constat s’impose : le rassemblement, ce sera pour après la victoire. Lors des trois débats précédant le premier tour, Manuel Valls endosse des habits qui lui siéent mieux, ceux d’une gauche régalienne, crédible, efficace et qui n’hésite pas à fixer des interdits.

« Ambiguïtés », et les « risques d'accommodement »

Accusant 5 points de retard sur Benoît Hamon après le premier tour, 36,6% contre 31,90%, Manuel Valls applique les classiques du comportement d’un challenger d’entre deux tours : taper, taper fort sur le vainqueur pressenti pour inverser la tendance. Ces derniers jours ont donc été le théâtre d’un déchirement au sein de la maison PS. Et les interpellations entre les deux camps depuis dimanche sont loin des expressions maitrisées du type « quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup » proférées naguère par Martine Aubry à l’encontre du favori de 2011, François Hollande. Ni même des accusations d’Alain Juppé, estimant, avant le débat d’entre deux tours de la primaire de la droite, que les positions de François Fillon sur l’avortement n’était pas claires. Conscient que les reports des voix du premier tour ne lui sont pas favorables Manuel Valls avance en terrain connu pour brocarder son concurrent sur les « ambiguïtés », et les « risques d'accommodement » qu’il entretiendrait sur le communautarisme et la laïcité. En cause, un reportage diffusé  France 2 montrant des cafés dans des banlieues françaises où les femmes ne sont pas les bienvenues. Benoît Hamon, élu de Trappes dans les Yvelines, avait été accusé de relativiser la gravité de cette discrimination, en affirmant notamment que « dans les cafés ouvriers, historiquement, il n'y avait pas de femmes ».

« Dérapages inacceptables »

Dans l’entourage de l’ancien Premier ministre, la plus violente des attaques est venue d’un autre élu de banlieue, le député de l’Essonne Malek Boutih. « Benoît Hamon est en résonance avec une frange islamo-gauchiste et fait un appel du pied électoral. C’est une stratégie d’attrape-tout. Pour obtenir un vote, tout est valable » déclare-t-il à 20 minutes. Sous couvert d’anonymat, un ministre, cité dans le journal Libération, va plus loin encore en affirmant que l’ancien ministre de l’Education « est le candidat des Frères musulmans ». Pour le directeur de campagne de Benoît Hamon, le député PS Mathieu Hanotin s’en est trop. Il adresse une lettre ouverte au Premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, lui demandant d’intervenir instamment suite à ces « dérapages inacceptables ». 

 

Ce matin, Benoît Hamon dénonce le « poison » distillé par son adversaire, tandis qu’au même moment Manuel Valls maintient son angle d’attaque estimant  « il y a un débat à gauche sur la conception de la laïcité »

« Notre différend fondamental avec Benoît Hamon, c’est le revenu universel »

Cités dans le Journal le Monde, plusieurs membres de l’équipe de Valls regrettent les outrances de ces derniers jours sur le terrain de la laïcité et auraient préférer axer la riposte sur les différences économiques et sociales. « Notre différend fondamental avec Benoît Hamon, c’est le revenu universel » explique notamment au quotidien, le directeur de campagne de Manuel Valls et pésident du groupe PS au Sénat, Didier Guillaume.

Ce soir, face à Benoît Hamon, Manuel Valls devra trouver le juste équilibre entre conviction et agressivité. Un débat de la dernière chance, où l’ancien Premier ministre devra dompter son tempérament sanguin et intégrer cette phrase de Nicolas Sarkozy, s’adressant à Ségolène Royal  lors du débat d’entre deux tours de la présidentielle de 2007 : « pour être président de la République, il faut être calme ». En réponse, la candidate socialiste faisait valoir « qu’il y a des colères qui sont parfaitement saines ». Certes, mais pas forcément victorieuses…

 

Dans la même thématique

Brussels Special European Council – Emmanuel Macron Press Conference
3min

Politique

Élections européennes : avant son discours de la Sorbonne, l’Élysée se défend de toute entrée en campagne d’Emmanuel Macron

Ce jeudi 25 avril, le président de la République prononcera un discours sur l’Europe à la Sorbonne, sept ans après une première prise de parole. Une façon de relancer la liste de Valérie Hayer, qui décroche dans les sondages ? L’Élysée dément, affirmant que ce discours n’aura « rien à voir avec un meeting politique ».

Le

Valls/Hamon : après les attaques, place au débat ?
8min

Politique

IA, simplification des formulaires, France Services : Gabriel Attal annonce sa feuille de route pour « débureaucratiser » les démarches administratives

En déplacement à Sceaux ce mardi dans une maison France Services, quelques minutes seulement après avoir présidé le 8e comité interministériel de la Transformation publique, le Premier ministre a annoncé le déploiement massif de l’intelligence artificielle dans les services publics, ainsi que la simplification des démarches. Objectif ? Que « l’Etat soit à la hauteur des attentes des Français ».

Le

Brussels Special European Council – Renew Europe
10min

Politique

Européennes 2024 : avec son discours de la Sorbonne 2, Emmanuel Macron « entre en campagne », à la rescousse de la liste Hayer

Emmanuel Macron tient jeudi à la Sorbonne un discours sur l’Europe. Si c’est le chef de l’Etat qui s’exprime officiellement pour « donner une vision », il s’agit aussi de pousser son camp, alors que la liste de la majorité patine dans les sondages. Mais il n’y a « pas un chevalier blanc qui va porter la campagne. Ce n’est pas Valérie Hayer toute seule et ce ne sera même pas Emmanuel Macron tout seul », prévient la porte-parole de la liste, Nathalie Loiseau, qui défend l’idée d’« un collectif ».

Le