Vente du siège PS: Rebsamen demande un Conseil national ou un “vote militant”

Vente du siège PS: Rebsamen demande un Conseil national ou un “vote militant”

L'ancien ministre et maire (PS) de Dijon François Rebsamen a demandé mercredi que le Conseil national du PS, voire "un vote...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

L'ancien ministre et maire (PS) de Dijon François Rebsamen a demandé mercredi que le Conseil national du PS, voire "un vote militant", entérine la vente du siège de la rue de Solférino, annoncée mardi par la direction du parti.

"Il n'est pas question que ce soit le bureau national du PS qui arrête la vente de Solférino. Ca ne peut être qu'un Conseil national, voire un vote militant", a déclaré M. Rebsamen sur Public Sénat.

"Je veux voir les conditions qui président à cette vente", a insisté le président de la Fédération nationale des élus socialistes et républicains.

"Le Parti socialiste va avoir ses dotations fortement amputées", "au lieu de vivre avec 25 millions d'euros de dotation on va vivre avec 8 millions, il va falloir s'adapter, c'est évident", a toutefois ajouté M. Rebsamen.

Dans le même temps, l'ancien président François Hollande a, lui, semblé prendre acte de la vente du siège historique, lors d'une remise de décoration à Carcassonne.

"Le socialisme ne se résume pas à des circonstances ni à un immeuble", a dit l'ancien chef de l'Etat socialiste, cité par Sébastien Denaja, ex-député et proche de M. Hollande.

Le Parti socialiste a pris la "décision de principe de mettre en vente" son emblématique siège parisien, a annoncé mardi le trésorier du parti, Jean-François Debat, à l'issue d'un bureau national du PS.

Interrogé lors d'un point presse mercredi à midi sur la demande de M. Rebsamen, le numéro deux du PS, Rachid Temal, a balayé toute discordance entre eux.

"Comme on l'a évoqué avec François, évidemment l'ensemble des instances du parti seront associées, informées sur l'ensemble du processus, et je ne crois pas qu'il y ait là-dessus le moindre début ni de polémique ni d'autres chose", a-t-il répondu.

"J'ai dit: +cette décision ne peut pas relever que du bureau national+. Et donc j'ai eu l'engagement de la transparence de la procédure, et donc c'est ce que j'ai demandé, et je suis content de cette transparence de la procédure", a confirmé à ses côtés M. Rebsamen.

Cela signifie-t-il forcément un vote des membres du Conseil national ? "Non, c'est dur de voter comme ça. Ce que je veux, c'est qu'il y ait la transparence, que les militants soient informés, que tout le monde soit informé des conditions dans lesquelles tout ça se fait", a-t-il dit.

Dans la même thématique

Paris: Jordan Bardella  debate with France’s Prime Minister Gabriel Attal
9min

Politique

Ecologie : un séminaire du gouvernement pour « montrer que l’engagement n’a pas diminué »… à dix jours des européennes

Le premier ministre Gabriel Attal a rassemblé ses ministres pour « faire le bilan » de l’action de l’exécutif en matière d’environnement, avant des annonces attendues en juin sur le plan d’adaptation au réchauffement. De quoi faire une piqûre de rappel aux électeurs macronistes déçus, juste avant les européennes. Matignon plaide le « hasard de calendrier ».

Le

Vente du siège PS: Rebsamen demande un Conseil national ou un “vote militant”
3min

Politique

Européennes : « Aujourd’hui, l’Europe est surtout guidée par des critères financiers », tance Pierre Larrouturou

38 listes pour 38 différentes visions de l’Europe. Alors que pour la majorité des listes, la campagne se fait en catimini, Public Sénat a décidé de vous permettre d’y voir plus clair, en vous présentant le programme de ces « petites » listes. Aujourd’hui, p arole à Pierre Larrouturou, tête de liste de « Changer l’Europe », qui défend « une Europe qui s’intéresse au bien-être, qui fait baisser les loyers, et qui améliore la vie quotidienne des gens ».

Le