Vice-présidence de l’Assemblée: 4 candidats pour le siège LREM en jeu

Vice-présidence de l’Assemblée: 4 candidats pour le siège LREM en jeu

Quatre députés LREM sont candidats pour pourvoir un des postes de vice-président de l'Assemblée, dont le sortant Sacha Houlié, a...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Quatre députés LREM sont candidats pour pourvoir un des postes de vice-président de l'Assemblée, dont le sortant Sacha Houlié, a-t-on appris lundi de source parlementaire, à la veille d'une élection interne au sein du groupe majoritaire.

Outre l'élu de la Vienne, qui occupait déjà un des six postes de vice-président depuis juin, la députée de Paris Anne-Christine Lang est sur les rangs, comme Huguette Tiegna (Lot) et Belkhir Belhaddad (Moselle) pour ce poste, remis en jeu à la suite d'un imbroglio cet été avec LR. Ils seront départagés mardi via un vote à bulletins secrets lors de la réunion hebdomadaire du groupe.

Pour ce poste, la question de la parité a été soulevée la semaine dernière au sein du groupe LREM. Certains ont défendu la candidature de Sacha Houlié, 29 ans, en arguant notamment qu'il était "important de conserver la compétence au perchoir", mais d'autres ont plaidé pour une vice-présidence féminine. Celle-ci permettrait de conserver l'équilibre homme-femme chez les vice-présidents qui se relaient pour présider la séance dans l'hémicycle et siègent au bureau de l'Assemblée, sa plus haute instance collégiale.

"Sacha Houlié a fait ses preuves en tant que vice-président. La parité, c'est permettre une indifférence en fonction du sexe : hommes et femmes se présentent. Ils seront jugés sur leurs compétences", a déclaré à l'AFP Aurore Bergé, l'une des porte-parole du groupe.

"Houlié a montré sa capacité à conduire les débats. Je pense que cela l'emportera chez les députés", a ajouté un autre élu LREM.

Le poste est remis en jeu suite à une récente réforme du règlement mettant fin au boycott du bureau de l'Assemblée par LR.

M. Houlié, et deux autres vice-présidents LREM, Cendra Motin et Danielle Brulebois, ne devaient en effet pas initialement occuper ces postes en juin, prévus pour deux LR et un Constructif. Mais LR avait renoncé à siéger, estimant que les droits du principal groupe d'opposition avaient été bafoués avec l'élection à la questure de Thierry Solère (Constructif, issu de LR).

Outre ce poste, deux autres LREM vont rester vice-présidents, Hugues Renson et Carole Bureau-Bonnard aux côté du MoDem Sylvain Waserman et des deux entrants LR Marc Le Fur, qui a déjà occupé cette fonction sur toute la durée des quinquennats Sarkozy et Hollande, et Annie Genevard.

Dans la même thématique

Vice-présidence de l’Assemblée: 4 candidats pour le siège LREM en jeu
7min

Politique

Européennes : « La tentation d’un pacte brun, à la fois sur l’écologie et les idéologies, nous menace », alerte l’écologiste David Cormand

Dans la dernière ligne droite de la campagne des européennes, trois candidats, chacun à la seconde place de leur liste, sont venus sur le plateau d’Extra Local : Céline Imart pour la liste LR, David Cormand pour la liste des Ecologistes et Guillaume Peltier pour Reconquête. Ils se sont exprimés notamment sur l’immigration, la future présidence de la Commission européenne ou le nucléaire.

Le

French Prime Minister Gabriel Attal visit in Valence
7min

Politique

Délinquance des mineurs : après l’avoir supprimée, le gouvernement veut réintroduire la comparution immédiate

Un peu plus d’un mois après ses annonces destinées à « renouer avec les adolescents et juguler la violence », Gabriel Attal a esquissé des nouvelles pistes sur la justice pénale des mineurs qu’il souhaite voir intégrer dans un projet de loi d’ici la fin de l’année, notamment la possibilité d’être jugé à partir de 16 ans en comparution immédiate. Une procédure qui avait été supprimée lors de la réforme de la justice pénale des mineurs en 2021.

Le