Victor Schoelcher, un sénateur précurseur sur les droits des femmes et des enfants

Victor Schoelcher, un sénateur précurseur sur les droits des femmes et des enfants

Reconnu comme l’artisan de l’abolition de l’esclavage en France, Victor Schoelcher a été sénateur inamovible de 1875 à 1893. Durant son mandat, il s’est illustré par des prises de position modernes sur les droits des enfants et des femmes.
Mathilde Nutarelli

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

On trouve des statues à son effigie dans nos villes, son nom est inscrit dans nos livres d’Histoire. Victor Schoelcher est reconnu comme l’artisan de l’abolition de l’esclavage en France. Républicain convaincu, abolitionniste dès 1829, il est élu sénateur inamovible en 1875.

Célèbre pour son combat contre l’esclavage et pour les colonies, ce républicain convaincu s’est impliqué au Sénat sur la défense des droits des femmes et des enfants.

Engagé contre l’esclavage et pour les colonies

C’est pour son rôle dans l’abolition de l’esclavage que Victor Schoelcher est entré dans l’Histoire de France. Il était en effet sous-secrétaire d’État aux Colonies en 1848 et c’est lui qui convainc le gouvernement d’alors de publier le décret abolissant l’esclavage le 27 avril.

Victor Schoelcher jeune.
Victor Schoelcher a défendu au Sénat la politique coloniale de la France.
Archives du Sénat

Au-delà de son engagement abolitionniste, Victor Schoelcher porte au Sénat sa version de la politique coloniale, qu’il voit comme la condition du prestige de la France. Pour lui, le rôle des colons est d’ « apporter la civilisation aux territoires colonisés », ce qui passe entre autres par l’abolition de l’esclavage ou l’organisation de la liberté sur ces territoires. Il s’oppose ainsi à l’exploitation des ressources coloniales par la métropole et à l’utilisation des colonies pour déporter des criminels.

La lutte pour les droits des enfants

Victor Schoelcher s’engage en faveur des droits des enfants lors de son mandat au Sénat. Il signe en 1878 la proposition de loi Bérenger qui visait à venir en aide aux mères et aux enfants abandonnés grâce à des maraudes subventionnées par les pouvoirs publics. Cette proposition de loi n’a cependant pas été adoptée.

Il prend des positions modernes en défendant la baisse des cadences de travail pour les enfants, en rédigeant un rapport sur les enfants abandonnés et en plaidant pour la déchéance paternelle en cas d’abandon ou de maltraitance.

Il défend également l’accès pour tous les enfants à une école publique gratuite, obligatoire et laïque. Pour lui, les parents ont le devoir d’envoyer leur enfant à l’école, quel que soit leur sexe, leur religion ou leur condition sociale.

Victor Schoelcher pour les droits des femmes

Victor Schoelcher se montre tout aussi moderne dans ses prises de position en faveur des droits des femmes. Il se présente comme « l'ennemi juré des doctrines qui réduisent les femmes aux soins du pot-au-feu ». Ainsi, il adhère à la Société pour l’amélioration du sort des femmes et à la Ligue française pour le droit des femmes et soutien la fondation de journaux féministes. Au Sénat, il signe des propositions de loi permettant aux femmes d’être témoin dans les actes publics ou civils, ou étendant les cas d’ouverture d’action en recherche de paternité.

En revanche, il ne s’est jamais engagé en faveur des droits politiques des femmes, et ne plaide ainsi jamais pour leur droit de vote ou leur éligibilité.

Si Victor Schoelcher est entré dans l’Histoire pour son combat en faveur de l’abolition de l’esclavage, son engagement en faveur des droits humains et sa vision relativement moderne de la société s’étendent au-delà de ces sujets. Les combats qu’il a portés sont pour beaucoup encore d’actualité aujourd’hui.

 

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le