Vidéos. Les temps forts de la conférence de presse de François Bayrou

Vidéos. Les temps forts de la conférence de presse de François Bayrou

L'ex-garde des Sceaux a expliqué qu'il quittait le gouvernement pour se défendre, et préserver l'exécutif ainsi que le projet de loi sur la moralisation. « J’étais la principale cible », a-t-il accusé, ajoutant qu'on ne pouvait « pas vivre dans une société de perpétuelle dénonciation ».
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

7 min

Publié le

Mis à jour le

17H31 : Quand François Bayrou rembarre un journaliste de Radio France

17H31 : Quand François Bayrou rembarre un journaliste de Radio France
00:42

Il y a quelques jours, l’ancien ministre de la Justice n’avait pas aimé la manière dont les journalistes de la cellule investigation de Radio France menaient leur enquête sur l’affaire des assistants parlementaires MoDem. François Bayrou avait même décroché son téléphone pour le faire savoir directement aux journalistes du service public. Ce coup de fil lui avait valu, par la suite, les remontrances d’Édouard Philippe.

Ce mercredi, visiblement, François Bayrou a gardé une certaine rancune à l’égard de Radio France. Visage fermé, au moment où l’un de ses journalistes se présente, il le coupe dès que ce dernier souhaite aborder le fond de l’affaire. « Non Monsieur » réplique le président du MoDem avant d’ajouter : « Je regrette infiniment, j’ai dit que je ne m’exprimerai pas sur ces affaires et que c’était désormais l’enquête qui en trancherait et pardonnez-moi, mais vous n’êtes pas enquêteur ». Le journaliste insiste mais François Bayrou est définitif. « Je vous ai dit les choses clairement ».

17h28. Bayrou exprime son « affection » pour Macron et veut l’« aider »

François Bayrou assure être toujours derrière le président de la République :

« Je suis absolument déterminé a (lui) apporter mon soutien et un peu plus, je veux dire une réflexion partagée et même de l’affection. C’est quelqu’un que j’estime. Ce n’est pas souvent que j’ai des sentiments de cet ordre en politique ». Des propos aimables qui permettent aussi de ne pas insulter l’avenir. « Peut-être que la prochaine fois, je ne mettrai pas 20 ans » à redevenir ministre, lâche-t-il.

Bayrou exprime son « affection » pour Macron et veut l’« aider »
00:51

Avec emphase, il estime qu’Emmanuel Macron est « magnifiquement » à « la hauteur de sa fonction ». Il ajoute cependant : « J’ai l’intention de l’aider. Mais je crois que je l’aiderai mieux avec la liberté de parole que je ne l’aurais aidé  bâillonné. Et au demeurant, il se trouve que le bâillon n’est pas mon sport préféré… »

17h25. Bayrou a proposé sa démission à Macron « il y a 15 jours »

« Je suis allé voir le président de la République pour lui proposer cette décision il y a 15 jours, peut-être trois semaines, le jour même de l’ouverture de l’enquête préliminaire. Car je voyais très bien quelle utilisation il pouvait en être fait » affirme François Bayrou. On a appris l’ouverture de l’enquête préliminaire en réalité il y a 12 jours, le 9 juin.

Bayrou a proposé sa démission à Macron « il y a 15 jours »
01:51

François Bayrou dénonce « un phénomène d’accélération ». « Autrefois, ce qui marquait l’étape décisive, c’était une condamnation, (…) puis c’est devenu la mise en examen, (…) puis c’est devenu l’ouverture d’une information judiciaire et maintenant l’ouverture d’une enquête préliminaire » souligne-t-il.

17h18. Bayrou s’inquiète de la « cocotte-minute » réseaux sociaux / médias :

« Nous ne pouvons pas vivre dans une société de perpétuelle et universelle dénonciation », a insisté François Bayrou, qui a rappelé les heures sombres du XXe siècle : « La France a été à d’autres époques hélas le pays des lettres anonymes », rappelle-t-il.

Le fondateur du MoDem s'est ensuite inquiété de l’impact des « dénonciations », amplifiées par les réseaux sociaux :

« La dénonciation du voisin qui vous gêne ou qui vous jalouse est entrée dans une nouvelle époque, une nouvelle phase, car la dénonciation fait désormais système avec les réseaux sociaux, avec la presse. La justice lorsqu’elle découvre ces éléments est obligée de se saisir. L’ouverture d’une enquête est dès lors présentée comme une pré-condamnation et la machine folle se met en route »

Bayrou : « La dénonciation du voisin qui vous gêne est entrée dans une nouvelle époque »
02:13

« À cette déferlante la démocratie ne résistera pas, c’est une grande question pour la société », a-t-il mis en garde.

17 :16 : « Je choisis la liberté de jugement » et « la loi de moralisation »

« Je choisis la liberté de jugement » et « la loi de moralisation »
00:59

À entendre François Bayrou cet après-midi, la situation dans laquelle il se retrouve l’a poussé à faire un choix. « il se trouve que j’accorde plus de prix au but à atteindre, à l’œuvre que nous avons à construire, qu’a mon rôle personnel, aux titres, aux privilèges et aux galons » a-t-il affirmé.

 Comme il l’avait déjà déclaré la semaine dernière,  François Bayrou a donc « choisi la liberté de jugement et la liberté de parole ». « Je choisis de préserver la loi de moralisation et de confiance dans la démocratie. Je choisis de ne pas exposer à des campagnes mensongères le gouvernement et le président de la République que je soutiens »

17h13. Bayrou : « J’étais la principale cible »

Bayrou : « J’étais la principale cible »
02:13

« Nous n’avons jamais eu d’emplois fictifs », assure François Bayrou avant de certifier qu’il sera aisé de trouver les « contrats de travail et fiches de paie » de « tous ceux qui ont travaillé au Modem », dont il est à la tête.

Il regrette une « campagne qui s‘est développée à base de dénonciations anonymes » sans jamais le citer. « J’étais la principale cible », estime le futur ex-Garde des Sceaux. Selon lui, l’objectif était de « décrédibiliser le ministre qui devait porter la loi pour la confiance dans notre vie démocratique ».

François Bayrou se prépare désormais à assurer sa défense et celle de ses « amis dont (il) connaît l’expérience et la parfaite probité ». « Nous avons tous les éléments de faits de preuve légaux pour articuler cette défense », a-t-il affirmé. Et d’ajouter solennellement : « La gestion de la ressource humaine au Modem a été régulière, légale et, je l’affirme, morale. »

Seulement il ne supportait pas d’être réduit au silence de par sa fonction : « Le ministre de la Justice est le seul qui soit obligé de se taire, même devant l’injustice. »

 

 

En moins de 48 heures, quatre ministres vont quitter l’exécutif dont trois membres du MoDem, pris dans la tempête de l’affaire dite des assistants parlementaires. Parmi eux, le président du parti, François Bayrou. Le garde des Sceaux a annoncé ce matin à l’AFP qu’il quittait le gouvernement. Dans une  conférence de presse qui débutera à 17h, le ministre de la Justice va donner les raisons de sa décision.

Alors qu’il se rendait à l’Assemblée nationale en début d’après-midi, pour rencontrer les députés MoDem élus dimanche, François Bayrou a été interrogé par des journalistes et a déclaré qu’il ne s’agissait pas d’une « démission » :

« Ce n’est pas une démission. Simplement, je ne serai pas membre du prochain gouvernement. »

Dans la même thématique

L’hémicycle du Sénat
7min

Politique

Aide médicale d’Etat : la majorité sénatoriale divisée sur les conclusions du rapport Stefanini Evin

Un rapport remis lundi au gouvernement balaye l’hypothèse d’une suppression de l’Aide médicale d’Etat (AME), tout en préconisant une réforme du dispositif. Cette étude prend toutefois ses distances avec le chemin tracé par la majorité sénatoriale, qui a fait disparaître l’AME lors de l’examen du projet de loi immigration en novembre, pour lui substituer une aide d’urgence.

Le

TOULOUSE:Nouvelle unite hospitaliere specialement amenagee (UHSA)
3min

Politique

Attentat de Paris : une proposition de loi du Sénat pour fixer une durée de sûreté d’hospitalisation en psychiatrie

L’attentat de Paris commis par un homme souffrant de troubles psychiatriques et qui était soumis à une injonction de soins jusqu’en en avril, relance le débat sur l’irresponsabilité pénale. La sénatrice centriste, Nathalie Goulet a redéposé un texte datant de 2021 qui prévoit pour les personnes ayant été déclarées irresponsables pénalement, une durée de sûreté d’hospitalisation.

Le

Budget : un rapport du Sénat épingle la progression du coût de l’aide médicale d’État
6min

Politique

« L’aide médicale d’État n’apparaît pas comme un facteur d’attractivité » pour l’immigration, selon un rapport commandé par le gouvernement

Considéré comme « un appel d’air » migratoire par la droite sénatoriale, l’aide médicale d’État avait été supprimée dans le cadre du projet de loi immigration avant d’être réintégrée en commission par les députés. Un rapport sur ce dispositif commandé par l’exécutif vient tempérer cette affirmation et juge ce dispositif à destination des étrangers en situation irrégulière « globalement maîtrisé ».

Le