VIDÉOS. Revivez les moments forts du meeting de Benoît Hamon à Bercy

VIDÉOS. Revivez les moments forts du meeting de Benoît Hamon à Bercy

Benoît Hamon s'est exprimé pendant 1h25 devant plusieurs milliers de personnes à Paris Bercy. Revivez les moments forts de son meeting en vidéo.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

8 min

Publié le

Mis à jour le

Au lendemain de la démonstration de force de Jean-Luc Mélenchon place de la République, et à la veille du premier débat télévisé entre les principaux candidats, Benoît Hamon a voulu donner un nouvel élan à sa campagne, avec un grand meeting à l'AccorHotel Arena de Bercy. Le Parti socialiste annonce que 25.000 personnes étaient présentes à Bercy, dont 5.000 à l'extérieur devant un écran géant.

Dans son discours de près d'une heure et demie, le socialiste s'est attaqué à ses adversaires, de Marine Le Pen à François Fillon en passant par Emmanuel Macron, au « parti de l'argent ». Déclinant ses propositions économiques, sociales et sociétales, Benoît Hamon a voulu balayer le scénario d'une élection « jouée d’avance ».

17h09, la conclusion du discours : « Allez réconcilier les Français, non seulement avec la gauche, mais aussi avec la République »

 « Nous ne croyons pas en la fatalité d'une élection par défaut, par dépit, par déprime ! »

Conclusion du discours de Benoît Hamon : « Les Français sont fatigués de voter contre, nous voulons voter à nouveau pour »
02:35

« Les Français sont fatigués de voter contre, nous voulons voter à nouveau pour […] Voilà ce que je suis : candidat pour », conclut dans son discours Benoît Hamon.

16h55 : « Le revenu universel n’oppose plus les chômeurs aux travailleurs, il les réconcilie »

REPLAY. Benoît Hamon : "Je suis le candidat de la feuille de paie"
02:05

Benoît a repris une formule chère à Arnaud Montebourg et Manuell Valls durant la primaire : 

« Avec le revenu universel d’existence, je suis le candidat de la feuille de paie, du pouvoir d’achat, le candidat de la France qui se lève tôt. »

16h43 : « Je serai un président féministe »

REPLAY. Benoît Hamon : « Je serai un président féministe »
01:53

Benoît Hamon a eu un « message pour la petite fille ou la jeune femme » qui l'écoute :

« J’ai hâte que tu sois ici à la place que j’occupe. Tu me pardonneras de retarder de cinq ans le moment où la France aura une présidente de la République. »

Précisant que personne « d’entre nous ici » ne désirait Marine Le Pen, Benoît Hamon a déclarait qu'il « serait un président féministe ».

« Je mettrai tout en œuvre pour que l’inégalité entre les hommes et les femmes ne soit pour les générations à venir une étrange aberration dans les livres d’Histoire ».

16h35 : « Tartuffe Wauquiez, Pécresse, Tartuffe Français Fillon ! »

« Tartuffe Wauquiez, Tartuffe Pécresse, Tartuffe François Fillon ! », attaque Benoît Hamon
00:58

Benoît Hamon attaque la droite sur la « clause Molière », qui impose aux chantiers de choisir des ouvriers parlant Français : « mais quelle clause Tartuffe que cette clause Molière inventée par la droite avant les élections ? »

« Mais comment aurait-on reconstruit la France sans les Polonais, sans les Portugais, sans les Italiens, sans les Espagnols, sans les Marocains, sans les Algériens, sans les Sénégalais ? Comment ? »

Pour le candidat socialiste, cette clause est mise en place pour « plaire à Marine Le Pen ».

16h28 : « Citoyens, prenez tout le pouvoir ! »

Benoît Hamon : « Citoyens, prenez tout le pouvoir ! »
03:12

Benoît Hamon décline ses propositions institutionnelles et de rénovation de la vie démocratique :

« Vous citoyens êtes souvent plus loyaux à l’esprit de la République que certains de vos dirigeants ! »

16h24 : « Cessons d’instrumentaliser la laïcité. Protégeons-là »

Benoît Hamon : « Cessons d’instrumentaliser la laïcité, protégeons-là »
02:54

Dans un chapitre consacré aux sujets de société, Benoît Hamon considère que « la prohibition a échoué », s'agissant du cannabis. « Je ne laisserai pas tranquille ceux qui veulent nous diviser », a-t-il lancé en direction des  « intégristes et des communautaristes ».

« Cessons d’instrumentaliser la laïcité, protégeons-là », a-t-il ajouté concernant la loi de 1905.

16h18 : « N’est pas le général De Gaulle ou Michel Rocard qui veut »

Benoît Hamon : « N’est pas le général De Gaulle ou Michel Rocard qui veut »
01:42

« Je préfère la clarté, je préfère porter un projet clair », a déclaré Benoît Hamon à ses adversaires.

16h12 : « Le parti de l’argent a trop de candidats dans cette élection »

Benoît Hamon : « Le parti de l’argent a trop de candidats dans cette élection ! »
02:55

Benoît Hamon s'en est pris, sans le nommer, à Manuel Valls, critiquant le « manquement à la parole donnée ».

« Je vous appelle tous à la révolte face à ceux qui prédisaient l’échec des primaires […] et qui aujourd’hui voudraient ignorer le vote populaire [...] C’est ce mépris  de l’expression démocratique qui exapsère le peuple, qu’il finit par le jeter dans l’aventure du Brexit, dans les bras de M. Trump ou de Mme Le Pen. »

« Le parti de l’argent a trop de candidats dans cette élection », a poursuivi Benoît Hamon, critiquant cette fois Emmanuel Macron, sur la création d'entreprise ou l'achat d'un costume.

16h03 : « Le revenu universel poursuit l’œuvre du Conseil national de la Résistance »

Benoît Hamon : « Le revenu universel poursuit l’œuvre du Conseil national de la Résistance »
03:07

« J’ai le devoir de ne pas céder à la machine à désespérer, la machine à broyer la gauche. Je ne céderai rien face à ceux qui représentent le monde d’hier. »

Benoît Hamon a cité dans son discours les avancées du Front populaire de 1936 et a déclaré qu'il reprenait le « flambeau » du Conseil national de la Résistance, notamment à travers le revenu universel d'existence.

15h53 : « Tout commence aujourd’hui ! »

Benoît Hamon : « Tout commence aujourd’hui »
03:29

« Je ne me résigne pas à ce que cette élection se résume à une chronique judiciaire pour les unes, à une fièvre sondagière pour les autres », déclare Benoît Hamon.

« Votre présence aujourd’hui est un message à ceux qui espèrent ou redoutent une élection jouée d’avance : tout commence aujourd’hui ! »

15h50 : Une minute de silence en mémoire des victimes du terrorisme

Meeting de Benoît Hamon : Minute de silence en mémoire des victimes du terrorisme
02:12

Benoît Hamon a rappelé que les attentats qui ont endeuillé la ville de Toulouse ont eu lieu il y a cinq ans, jour pour jour.

15h47 : « Nous voterons alors que Trump est président des États-Unis »

Benoît Hamon : « Nous voterons alors que Trump est président des États-Unis »
01:10

Benoît Hamon détaille dans quel contexte international les Français vont voter en avril. Des huées répondent au nom de Donald Trump.

15h45 : « Nous avons rendez-vous avec l’Histoire »

Benoît Hamon : « Nous avons rendez-vous avec l’Histoire »
01:52

« Quelle immense et belle responsabilité, car cette élection n’est pas une élection comme les autres », débute Benoît Hamon. Il lance à la salle : « nous avons rendez-vous avec l’Histoire ».

15h20 : « On nous disait qu’on était plus capable de rassembler, regardez la salle ! », réagit Jean-Christophe Cambadélis

Jean-Christophe Cambadélis : « On nous disait qu’on était plus capable de rassembler, regardez la salle ! »
01:25

 

Le premier secrétaire du Parti socialiste ne boude pas son plaisir devant le nombre de personnes présentes à Bercy. Jean-Christophe Cambadélis relativise toutefois le rendez-vous de Jean-Luc Mélenchon, hier, place de la République : « Jean-Luc Mélenchon est un habitué des rassemblements, il en faisait autant lors de la dernière élection présidentielle, pour autant il n’a pas dépassé les 12%. Donc ce n’est pas, même pour nous, le nombre qui fait l’élection. »

Il juge que seul Benoît Hamon incarne le vote utile face à Marine Le Pen. « Le vote utile, c’est un vote de fond, pas un vote de forme », répond-t-il en pensant à Emmanuel Macron.

15h10 : « La meilleure des réponses à la tribune de Manuel Valls, c’est tout ce peuple de gauche réuni », pour Mathieu Hanotin

Mathieu Hanotin : « Bercy n'était pas assez grand »
01:49

Le co-directeur de campagne de Benoît Hamon déclare que l’affluence à ce meeting de Bercy de Benoît Hamon est « exceptionnelle ». Selon lui, « Bercy n’était pas assez grand », 5.000 personnes vont suivre le discours sur un écran géant.

Il ajoute qu’il ne pouvait que « regretter » le choix de Manuel Valls de ne pas parrainer le vainqueur de la primaire de la Belle alliance populaire.

« La meilleur des réponses à la tribune dans le JDD de Manuel Valls, c’est d’avoir tout ce peuple de gauche qui est réuni ce soir », lance-t-il.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le