Villani, Valls, Mélenchon…. L’Essonne, terre de tremplin politique

Villani, Valls, Mélenchon…. L’Essonne, terre de tremplin politique

Alors qu'il vient d'annoncer sa candidature à la mairie de Paris, le député de l'Essonne, Cédric Villani rejoint la longue liste des...
Public Sénat

Par Alexandra DEL PERAL

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Alors qu'il vient d'annoncer sa candidature à la mairie de Paris, le député de l'Essonne, Cédric Villani rejoint la longue liste des personnalités politiques qui ont commencé leur carrière dans ce département du sud de la capitale vu par beaucoup comme une terre de tremplin.

"On n'arrive jamais à garder nos députés bien longtemps", constate Odette Linger, habitante d'Orsay, à l'évocation de la candidature de Cédric Villani à la mairie de Paris.

Dans cette ville pavillonnaire de la grande couronne parisienne où a vécu le mathématicien pendant près de huit ans, les réactions sont bienveillantes, même si certains ne peuvent masquer une pointe d'amertume.

"C'est vraiment dommage qu'il s'en aille déjà, déplore Robert Bouillé. On est forcément déçus mais c'est quelqu'un de bien, pas un opportuniste qui cherche à faire carrière".

Hasard du calendrier, il y a presque un an, c'était un autre député de l'Essonne qui s'en allait vers d'autres horizons. L'ex-Premier ministre Manuel Valls quittait son fief d'Évry pour briguer, sans succès, la mairie de Barcelone.

Bien avant encore, en 2014, Nathalie Kosciusko-Morizet, alors députée de la 4e circonscription de l'Essonne (2002 à 2017) et maire de la ville de Longjumeau (2008 à 2013), tentait, elle aussi, l'aventure de la maire de Paris, tournant ainsi la page de l'Essonne.

Et la liste pourrait encore continuer: Julien Dray, Marie-Noëlle Lienemann ou encore Jean-Luc Mélenchon... Tous y ont fait leurs premières armes, avant de devenir, pour certains d'entre eux, des figures nationales.

- "Mini France" -

Le député de l'Essonne et candidat à la mairie de Paris Cédric Villani, le 4 septembre 2019 à Paris
Le député de l'Essonne et candidat à la mairie de Paris Cédric Villani, le 4 septembre 2019 à Paris
AFP

Comment expliquer que ce département de la grande couronne parisienne soit devenu, en quelques années, un terreau politique si fertile ? Y a-t-il une spécificité liée à ce territoire ? Oui, répond le politologue Olivier Rouquan, qui voit en l'Essonne une "mini France" .

Un territoire "plus jeune que la moyenne nationale, culturellement divers et à la fois urbain et rural qui permet à ses élus d'être au carrefour d'enjeux forts", d'enjeux nationaux, décrypte-t-il.

"Il y a sur cette zone des problèmes qui n'ont cessé de monter dans le pays comme la question de l'intégration ou celle de la délinquance ce qui donne une visibilité médiatique et politique à ces élus", poursuit-il.

Autre argument avancé, la proximité géographique avec la capitale qui permettrait aux élus essonniens "de se faire un nom rapidement" et d'acquérir "un important carnet d'adresse".

Cette "spécificité" essonnienne ne fait pourtant pas que des heureux et nourrit même un sentiment d'abandon chez certains habitants et élus locaux, qui ne souhaitent pas voir leur territoire se transformer en "simple lieu de transit" pour jeunes politiques.

"Tout cela donne l'impression que nous ne sommes pas assez bien pour eux", étrille un élu de la circonscription de M. Villani qui veut rester anonyme.

Le président de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon à l'Assemblée nationale, le 25 juin 2019 à Paris
Le président de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon à l'Assemblée nationale, le 25 juin 2019 à Paris
AFP/Archives

Pourtant, ils sont nombreux à y avoir fait plus qu'un simple passage. C'est le cas du chef de la France insoumise et actuel député des Bouches-du-Rhône, Jean-Luc Mélenchon, qui a construit en Essonne une grande partie de sa carrière politique. D'abord conseiller municipal de la mairie de Massy, il a ensuite pris la tête de la fédération du PS avant d'être élu sénateur à deux reprises (1986 à 2000).

A droite, l'industriel Serge Dassault, décédé en mai 2018, avait fait de la ville de Corbeil-Essonnes, qu'il a dirigée pendant quatorze ans, son fief politique. Sans oublier, le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, aujourd'hui député, qui a été maire de la ville Yerres de 1995 à 2017.

Balayant les critiques en abandon, le président LR du département, François Durovray, préfère voir, lui, en son territoire un "fournisseur officiel de champions", louant des élus "très attachés à leur territoire avec des parcours qui bénéficieront au département".

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le