Violences à Paris: Le Pen et Wauquiez accusent le gouvernement

Violences à Paris: Le Pen et Wauquiez accusent le gouvernement

Marine Le Pen a appelé mardi à la dissolution "des milices d'extrême gauche" après les heurts survenus en marge du défilé syndical du 1er mai à...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Marine Le Pen a appelé mardi à la dissolution "des milices d'extrême gauche" après les heurts survenus en marge du défilé syndical du 1er mai à Paris, alors que Laurent Wauquiez a dénoncé la "faillite de l’État régalien".

"Ces milices d'extrême gauche devraient être dissoutes depuis bien longtemps. Mais le problème, c'est que le pouvoir de gauche fait preuve à leur égard d'une mansuétude et maintenant on peut presque dire d'une complicité", a dénoncé la présidente du Front national.

"Ils savent qu'ils sont protégés par les mouvements de gauche, que rien n'a jamais été fait contre eux. Cette situation est inadmissible, et encore une fois c'est le pouvoir qui en porte la responsabilité", a encore estimé la leader d'extrême droite, auprès de journalistes en marge d'un rassemblement qu'elle tenait à Nice.

Laurent Wauquiez, président des Républicains, a pour sa part regretté de "terribles images pour notre pays", dans un tweet.

Des heurts éclatent en marge du défilé syndical du 1er Mai 2018 à Paris entre plus d'un millier de personnes encagoulées et les forces de l'ordre
Des heurts éclatent en marge du défilé syndical du 1er Mai 2018 à Paris entre plus d'un millier de personnes encagoulées et les forces de l'ordre
AFP

"Faillite de l’État régalien. Il est urgent de rétablir l’autorité : soutien total à nos forces de l’ordre qui font face à ces voyous", a ajouté le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Des heurts ont éclaté mardi en marge du défilé syndical entre plus d'un millier de personnes encagoulées et les forces de l'ordre, a constaté l'AFP.

Les forces de l'ordre ont essuyé "des jets de projectiles au niveau du boulevard de l'hôpital" (XIIIe arrondissement). Face à environ 1.200 personnes encagoulées de la mouvance radicale d'extrême gauche des "black blocs" recensées par la Préfecture de police, la police a fait usage de tirs de gaz lacrymogènes et deux lanceurs d'eau.

200 d'entre elles ont été interpellées.

Rassemblés autour de banderoles comme "Premiers de cordée, premiers guillotinés" ou "Cette fois, on s'est organisé", ils criaient "Tout le monde déteste la police" ou encore, "Paris, debout, soulève-toi". Des militants s'en sont par ailleurs pris à un restaurant Mc Donald's à coup d'engins incendiaires, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Heurts entre manifestants et policiers
Heurts entre manifestants et policiers
AFP

Le défilé syndical a rassemblé mardi 20.000 personnes, a annoncé PP, qui a aussi dénombré 14.500 personnes hors du cortège déclaré.

Dans la même thématique

France New Parliament
7min

Politique

Cafouillages à l’Assemblée nationale pour l’attribution des postes clés

Les députés procèdent ce vendredi à la nomination des membres du « Bureau » de l’Assemblée nationale, la plus haute autorité au Palais Bourbon. Un premier tour du scrutin visant à faire élire six vice-présidents a été annulé à cause du trop grand nombre de bulletins de vote recueillis au moment du dépouillement.

Le

Ursula Von Der Leyen Elected President of the European Commission for the Second Time, Strasbourg, Gallia – 18 Jul 2024
7min

Politique

Qu’est-ce que le « commissaire à la Méditerranée » qu’Ursula von der Leyen propose ?

Ursula von der Leyen vient d’être confortée par les députés européens pour un second mandat à la tête de la Commission. Dans son programme pour les 5 ans à venir, elle s'est engagée à créer un portefeuille de commissaire, séparé, dédié à la Méditerranée. Un premier pas timide pour renforcer les liens fragiles et distendus entre l’Union européenne et les pays de cette région

Le

Paris: Yael Braun-Pivet reelected National Assembly presiden
6min

Politique

Yaël Braun-Pivet réélue au perchoir : « Il faut que tout change pour que rien ne change », observent les sénateurs

Malgré un revers électoral aux dernières législatives, la candidate de la majorité sortante, Yaël Braun-Pivet a été réélue à la présidence de l’Assemblée nationale. Au Sénat, la gauche évoque « un hold-up démocratique ». Chez les LR et les centristes, c’est le soulagement de ne pas voir un membre du Nouveau Front Populaire qui domine.

Le