Violences : « La situation est quasi insurrectionnelle » s’inquiète Frédérique Espagnac

Violences : « La situation est quasi insurrectionnelle » s’inquiète Frédérique Espagnac

Frédérique Espagnac, sénatrice socialiste des Pyrénées-Atlantiques, était l’invitée de Territoire Sénat ce vendredi 7 décembre. La sénatrice revient sur la colère des Gilets jaunes et les manifestations prévues à Paris et en province ce week-end.
Public Sénat

Par Marion D'Hondt

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Après les événements du samedi 1er décembre, Frédérique Espagnac considère que « la République vacille et est en danger ». La responsabilité des élus est « d’écouter et d’apaiser » face à « un week-end de tous les dangers. » Elle est néanmoins confiante sur la solidité des institutions.

Elle reconnaît que « toute manifestation est utile » mais qu’ « aucune cause ne mérite des morts. » La sénatrice fait un appel au calme, elle exhorte à « rester en province », « manifester paisiblement » et « ne pas prendre de risque inconsidéré. »

La sénatrice rend hommage aux forces de l’ordre et considère que la situation est « quasi insurrectionnelle. » « Il ne s’agit pas de jouer avec les peurs, il y a une situation. »

Il s’agit d’une « grosse crise sociale très profonde », causée par « l’accumulation de politiques menées depuis 20, 30 ans. » Selon elle, « 30 ans de politiques publiques font que des gens travaillent et ne vivent pas. »

La sénatrice s’interroge : « Où est la décence dans un pays comme le nôtre ? » Elle considère que la situation est « inacceptable. » Les taxes sur les carburants n’ont été qu’une goutte d’eau, surtout que « le gouvernement a menti sur l’utilisation des fonds. »

À propos de la suppression de l’ISF, la sénatrice « peut comprendre qu’on arrête si on réinjecte dans l’économie. » Or, constate-t-elle, « rien n’a été réinjecté dans l’économie. » Quant à la commission d’évaluation prévue, la sénatrice considère que « c’est au Sénat de le faire. »

Emmanuel Macron est « lucide sur la violence à son égard », mais il reste « le Président de tous les Français », élu pour cinq ans.

Sur les images de Mantes-la-Jolie, Frédérique Espagnac « attend une parole du ministère de l’Intérieur. » Elle se déclare « choquée » et veut comprendre. La sénatrice « ne jette pas la pierre », elle veut comprendre l’ensemble du contexte avant de se prononcer.

Frédérique Espagnac ne soutient pas la motion de censure PS-PC-LFI. Elle considère qu’elle « n’arrive pas au bon moment. La sénatrice laisse la responsabilité à Olivier Faure. Pour elle, le Premier secrétaire « veut faire un acte politique » mais « tout le monde n’est pas sur cette ligne-là. »

Le rôle des élus est, selon elle, « l’écoute et l’apaisement », elle salue l’initiative « mairie ouverte » des maires ruraux. La sénatrice considère que « la violence ne justifie pas tout » et que « laisser penser que la violence permet d’obtenir est une erreur. »

Dans la même thématique

France New Parliament
7min

Politique

Cafouillages à l’Assemblée nationale pour l’attribution des postes clés

Les députés procèdent ce vendredi à la nomination des membres du « Bureau » de l’Assemblée nationale, la plus haute autorité au Palais Bourbon. Un premier tour du scrutin visant à faire élire six vice-présidents a été annulé à cause du trop grand nombre de bulletins de vote recueillis au moment du dépouillement.

Le

Ursula Von Der Leyen Elected President of the European Commission for the Second Time, Strasbourg, Gallia – 18 Jul 2024
7min

Politique

Qu’est-ce que le « commissaire à la Méditerranée » qu’Ursula von der Leyen propose ?

Ursula von der Leyen vient d’être confortée par les députés européens pour un second mandat à la tête de la Commission. Dans son programme pour les 5 ans à venir, elle s'est engagée à créer un portefeuille de commissaire, séparé, dédié à la Méditerranée. Un premier pas timide pour renforcer les liens fragiles et distendus entre l’Union européenne et les pays de cette région

Le

Paris: Yael Braun-Pivet reelected National Assembly presiden
6min

Politique

Yaël Braun-Pivet réélue au perchoir : « Il faut que tout change pour que rien ne change », observent les sénateurs

Malgré un revers électoral aux dernières législatives, la candidate de la majorité sortante, Yaël Braun-Pivet a été réélue à la présidence de l’Assemblée nationale. Au Sénat, la gauche évoque « un hold-up démocratique ». Chez les LR et les centristes, c’est le soulagement de ne pas voir un membre du Nouveau Front Populaire qui domine.

Le