Wauquiez: avec Macron les immigrés clandestins seront de plus en plus nombreux

Wauquiez: avec Macron les immigrés clandestins seront de plus en plus nombreux

Le président des Républicains Laurent Wauquiez a critiqué dimanche la réforme de l'immigration et de l'asile préparée par le...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Le président des Républicains Laurent Wauquiez a critiqué dimanche la réforme de l'immigration et de l'asile préparée par le gouvernement, estimant que, "avec Emmanuel Macron, les immigrés clandestins (..) seront de plus en plus nombreux".

Interrogé par le Journal du Dimanche sur le projet de loi sur l'asile et l'immigration que devrait adopter le Conseil des ministres dans les deux mois, M. Wauquiez a affirmé que "c'est un catalogue de mesures techniques qui ne changeront rien à la politique migratoire", regrettant qu'"on s'attaque à l'asile, mais pas à l'ensemble de la politique migratoire".

"Ce n'est pas d'un texte qu'on a besoin, mais du courage politique de dire que l'immigration doit être réduite à son strict minimum. Avec Emmanuel Macron, les immigrés clandestins resteront sur notre sol. Ils seront même de plus en plus nombreux", a ajouté M. Wauquiez.

Alors que la France a enregistré l'an dernier un record de plus de 100.000 demandes d'asile, et qu'un gros tiers des demandeurs ont obtenu le statut de réfugié en 2017, Emmanuel Macron et le gouvernement défendent une politique à la fois plus digne s'agissant de l'accueil des étrangers ayant obtenu l'asile, et plus stricte dans les reconduites de déboutés.

Dans cet entretien au ton très offensif, M. Wauquiez a également été interrogé sur la laïcité, soulignant que "on attend toujours (le) grand discours sur la laïcité" du président, qui selon lui "fuit le sujet".

Il a jugé "choquants" les propos prêtés à M. Macron sur la "radicalisation de la laïcité", rapportés par des représentants des cultes reçus à l'Elysée en décembre: "que je sache, aucun Français n'est mort victime de la 'radicalisation de la laïcité!'", a souligné le président de la région Auvergne Rhône-Alpes.

Selon lui, "il est temps d'avoir le courage de mettre les mots sur la réalité. La radicalisation qu'il faut combattre, c'est celle de l'islamisme".

Enfin M. Wauquiez a rappelé qu'il était favorable au retour des peines planchers pour sanctionner les agressions visant des policiers. "La peur doit changer de camp. Ces petites frappes doivent savoir que cela les conduira systématiquement derrière les barreaux. Et pour longtemps. Mais le ministre de l'Intérieur a la main qui tremble et a refusé cette mesure de bon sens", a déploré M. Wauquiez.

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le

Operation Wuambushu a Mayotte : Demolition en cours d’un vaste bidonville – Operation Wuambushu in Mayotte: Ongoing demolition of a vast slum
8min

Politique

« Mayotte place nette » : « La première opération était de la communication et la deuxième sera de la communication », dénonce le sénateur Saïd Omar Oili

Le gouvernement a annoncé ce mardi 16 avril le lancement du dispositif « Mayotte place nette », un an après le maigre bilan de l’opération baptisée « Wuambushu ». Saïd Omar Oili, sénateur de Mayotte, regrette le manque de communication du gouvernement avec les élus du département et met en doute l’efficacité de ce « Wuambushu 2 ».

Le