Wauquiez en campagne pour les retraités, “premiers sacrifiés” de Macron

Wauquiez en campagne pour les retraités, “premiers sacrifiés” de Macron

Laurent Wauquiez s’est livré mercredi à un long plaidoyer en faveur des retraités, "premiers sacrifiés" de la politique d...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Laurent Wauquiez s’est livré mercredi à un long plaidoyer en faveur des retraités, "premiers sacrifiés" de la politique d’Emmanuel Macron, lors d’un meeting de soutien à Jean-Pierre Door, candidat des Républicains (LR) pour l’élection législative partielle de dimanche dans le Loiret.

"Les retraités sont les premiers oubliés, les premiers sacrifiés de cette politique". "Huit millions de retraités ont connu, depuis le début de l’année, une augmentation de 25% de leur CSG. Qu’avaient-ils fait pour mériter cela ?", a lancé le président de LR devant 250 à 300 personnes à Montargis.

"Il est rarissime que dans l’histoire de notre pays, les retraités soient à ce point poussés à bout que pour se faire entendre ils n’aient plus comme façon de faire que de manifester", a insisté M. Wauquiez, qui avait auparavant indiqué à la presse qu’il soutenait "totalement" la manifestation de retraités prévue jeudi à Paris.

"Le problème, dans cette politique, c’est qu’il y a trop d’oubliés, trop de sacrifiés, trop de territoires laissés pour compte. Cette politique est faite pour les premiers de cordée, et tous les autres sont laissés au bord de la route", a insisté le président de la région Auvergne-Rhône Alpes, qui avait auparavant visité une entreprise implantée dans la circonscription, Cegedim SRH, ainsi qu’une exploitation agricole du Gatinais.

MM. Wauquiez et Door étaient notamment accompagnés du chef de file des députés LR Christian Jacob et des députés UDI Philippe Vigier et Maurice Leroy. Le parti centriste soutient le candidat LR dans cette législative partielle.

Le Conseil constitutionnel avait annulé l’élection, de quelques voix, de M. Door contre la candidate de La République en marche (LREM) Mélusine Harlé, notamment en raison de la diffusion de messages de propagande électorale le jour même du scrutin sur les réseaux sociaux. "Il n’y a eu aucune fraude, aucune falsification, aucune irrégularité", a plaidé M. Door mercredi, évoquant des "mauvais perdants" ayant déposé un recours.

Défendant son action dans la 4e circonscription du Loiret dont il était le député sortant, M. Door a également, au diapason du président de LR, dénoncé des "attaques" de l’exécutif "contre le monde rural, le monde des retraités et le monde des classes moyennes".

Il a également dénoncé une France en voie de "métropolisation rampante". "Oui aux métropoles à conditions qu’elles rayonnent, mais pas aux métropoles qui siphonnent" les zones rurales et périurbaines, a-t-il dit.

Le premier tour de l'élection législative partielle se tient dimanche.

Dans la même thématique

Montpellier : New Popular Front atmosphere party
10min

Politique

Nouveau Front populaire : Jean-Luc Mélenchon, un caillou dans la chaussure des partenaires de LFI

L’alliance de gauche semble prise au piège des spéculations autour de son candidat pour Matignon. Le Rassemblement national et la majorité présidentielle ne cessent de renvoyer le Nouveau Front populaire à Jean-Luc Mélenchon, dont les sorties médiatiques nourrissent l’agacement des partenaires de La France insoumise. Le mode de désignation du Premier ministre, en cas de victoire de la gauche, reste également en suspens, même si le principe d’un « consensus » entre les différentes formations semble avoir été arrêté.

Le

Dams in Noumea, New Caledonia.31/05/2024
7min

Politique

Nouvelle-Calédonie : « Cette dissolution tombe mal. On a l’impression d’être abandonnés »

Passée quelque peu sous les radars de la campagne des élections législatives, la situation en Nouvelle-Calédonie s’est tendue ces dernières heures depuis l’arrestation et le transfert de militants indépendantistes de la CCAT en métropole. Au point mort depuis la dissolution, la perspective d’un accord global sur l’avenir institutionnel de l’île et sur le dégel du corps électoral aux élections provinciales va devoir attendre l’après 7 juillet.

Le