Wauquiez et Maurras: “on assume l’Histoire” de la France dit Hortefeux

Wauquiez et Maurras: “on assume l’Histoire” de la France dit Hortefeux

"On assume notre Histoire. On ne se cache pas", a déclaré lundi Brice Hortefeux, conseiller de Laurent Wauquiez, interrogé sur d...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

"On assume notre Histoire. On ne se cache pas", a déclaré lundi Brice Hortefeux, conseiller de Laurent Wauquiez, interrogé sur d'éventuelles références à Charles Maurras dans le discours du président des Républicains (LR).

M. Hortefeux était interrogé par LCI, qui voyait une allusion à une expression connue (opposition du "pays légal" au "pays réel") du journaliste et écrivain d'extrême-droite (1868-1952) dans une déclaration de Laurent Wauquiez ("le pays réel a parlé") employée après la victoire de deux candidats LR lors d'élections législatives partielles.

"La France n'est pas une page blanche. C'est une histoire. Et il faut assumer toute cette Histoire. Il faut assumer toute notre Histoire", a répondu M. Hortefeux.

"On assume notre Histoire. On ne se cache pas. On ne la gomme pas. On assume", a insisté M. Hortefeux, sans démentir la référence à Maurras.

"Laurent Wauquiez a la conviction que pour réussir, pour être utile à notre pays, il faut que nous reconstruisions une droite qui soit à la fois forte, c'est-à-dire qui sache faire respecter l'autorité de l'Etat --très exactement l'inverse de ce que le gouvernement a montré comme exemple sur Notre-Dame-des-Landes--, une droite qui soit populaire, qui soit offensive sur les questions de sécurité, de justice, d'immigration", a expliqué le vice-président d'Auvergne-Rhône-Alpes.

"Et puis une droite sociale", "c'est-à-dire qui concrètement défende les classes moyennes qui ont été massacrées sous le précédent quinquennat, qui soit attentive et qui protège les retraités". "On est riche, avec ce régime, à partir de 1.300 euros net". "Et puis une droite aussi qui propose une nouvelle politique familiale", a ajouté M. Hortefeux.

"Nous devons reconstruire une droite qui soit à la fois forte, populaire et sociale, et on réussira en conciliant ces trois objectifs", a-t-il conclu.

Dans la même thématique

Paris : Deux policiers blesses par balle comissariat 13 eme arrondissment
4min

Politique

Sécurité : que proposent les grands blocs politiques pour les élections législatives ?

Ce lundi 14 juin, la campagne pour les élections législatives s’est ouverte, et les programmes des principales forces politiques ont été dévoilés. La sécurité est au cœur du débat et suscite une attention tout particulière au sein de l’opinion publique. Petit aperçu des différentes propositions et promesses sur ce sujet clivant entre les partis.

Le

Rentree scolaire Ecole Primaire Maternelle Saint-Philippe a Nice
7min

Politique

Législatives anticipées : que proposent les trois blocs sur l’éducation ?

Après le pouvoir d’achat, la sécurité et l’immigration, l’éducation divise les différents candidats aux élections législatives. Si le programme gouvernemental sur l’école est bien connu, les deux autres blocs politiques en lice pour les élections législatives prônent des mesures radicalement opposées.

Le

Paris : Auditions au MEDEF
6min

Politique

Législatives : ces sénateurs tentés par la ligne Ciotti/Bardella

Depuis l’alliance annoncée entre Éric Ciotti et Jordan Bardella aux élections législatives, les sénateurs du groupe LR du Sénat font officiellement bloc derrière la ligne d’autonomie définie par le bureau politique du parti. Mais dans cette campagne éclair, certains expriment leurs divergences. Après les 7 juillet, elles pourraient bien s’accentuer.

Le