Woerth (LR) voit une “coexistence” avec Macron plutôt qu’une “opposition”

Woerth (LR) voit une “coexistence” avec Macron plutôt qu’une “opposition”

Éric Woerth, chargé du projet LR pour les législatives, a déclaré mardi qu'il souhaitait "une coexistence" entre Les Républicains...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Éric Woerth, chargé du projet LR pour les législatives, a déclaré mardi qu'il souhaitait "une coexistence" entre Les Républicains et le président élu Emmanuel Macron, plutôt qu'une "opposition" ou "cohabitation dure".

Considérant que "la majorité" du mouvement La République en marche ne sera "pas une opposition" à LR, le député de l'Oise et ancien ministre a déclaré sur Radio Classique que "ce n'est pas une cohabitation dure comme il y a pu en avoir en France ces dernières décennies". "C'est au contraire une coexistence qui peut amener à la France un rééquilibrage des pouvoirs", a-t-il précisé.

"M. Macron a apporté de l'oxygène, de la fraîcheur" à la campagne présidentielle, a encore estimé M. Woerth.

Pour ce député LR, il "n'y a aucune raison de sanctionner ces trois personnalités" que sont Edouard Philippe, Bruno Le Maire et Xavier Bertrand, dont les noms circulent pour rejoindre un gouvernement Macron, car "ils ont tous dit qu'ils soutiendraient nos candidats aux élections" législatives.

En revanche, le chargé du projet LR pour les législatives a confirmé l'exclusion du parti "pour ceux qui essaient de jouer sur tous les tableaux", "parce que ce sont des trajectoires personnelles qui nuisent au collectif".

Si M. Woerth a répété que son parti "travaillera en très bonne intelligence avec le nouveau président de la République", il a néanmoins déclaré qu'il "est dangereux de donner une majorité à M. Macron". Le député-maire LR de Chantilly a appelé à "donner une majorité claire, nette, franche à la droite et au centre" lors des élections législatives.

Dans une interview aux Echos à paraître mercredi, M. Woerth a aussi demandé aux Français de "rééquilibrer les pouvoirs" lors du scrutin de juin.

"Nous avons une vision constructive des choses: il faut que la France réussisse. Dans l’esprit de la population, le terme de cohabitation est négativement connoté. Nous ne sommes pas dans une logique d’affrontement, ni dans un combat d’arrière-garde", a-t-il assuré.

L'élu de l'Oise a détaillé le projet LR remanié, qui a été validé mardi par le bureau politique du parti. Selon lui, le premier tour de la présidentielle a "montré qu’il faut donner au projet une base plus élargie" et "la question, ce n’est pas de lui retirer sa crédibilité économique ni sa puissance régalienne mais c’est de parler à tous les Français, autour de quatre piliers - l’école, l’entreprise, la famille et la laïcité - et d’un contrat de majorité pour les Français".

Pas d'augmentation de la TVA, défiscalisation des heures supplémentaires, baisse de l'impôt sur le revenu: "nous souhaitons mettre en avant un certain nombre de mesures sur le pouvoir d’achat des Français tout en conservant la force de la baisse du coût du travail et la compétitivité", a-t-il affirmé, soulignant que sur ce dernier point le projet LR est "infiniment plus fort que celui d’En Marche!".

Dans la même thématique

Woerth (LR) voit une “coexistence” avec Macron plutôt qu’une “opposition”
7min

Politique

Européennes : « La tentation d’un pacte brun, à la fois sur l’écologie et les idéologies, nous menace », alerte l’écologiste David Cormand

Dans la dernière ligne droite de la campagne des européennes, trois candidats, chacun à la seconde place de leur liste, sont venus sur le plateau d’Extra Local : Céline Imart pour la liste LR, David Cormand pour la liste des Ecologistes et Guillaume Peltier pour Reconquête. Ils se sont exprimés notamment sur l’immigration, la future présidence de la Commission européenne ou le nucléaire.

Le

French Prime Minister Gabriel Attal visit in Valence
7min

Politique

Délinquance des mineurs : après l’avoir supprimée, le gouvernement veut réintroduire la comparution immédiate

Un peu plus d’un mois après ses annonces destinées à « renouer avec les adolescents et juguler la violence », Gabriel Attal a esquissé des nouvelles pistes sur la justice pénale des mineurs qu’il souhaite voir intégrer dans un projet de loi d’ici la fin de l’année, notamment la possibilité d’être jugé à partir de 16 ans en comparution immédiate. Une procédure qui avait été supprimée lors de la réforme de la justice pénale des mineurs en 2021.

Le